Dans le centre rouge de l’Australie

Les lapins, les immigrants illégaux, l’érosion des terres, la fragilisation du corail, les cyclones, inondations, sécheresse et grands incendies ne sont que les péripéties habituelles d’un pays-continent éprouvé plus que les autres par le changement du climat. Mais l’Australie mérite qu’on l’explore. Surtout depuis Tahiti dont on n’est guère éloigné par rapport à vous !

Ce périple de 7500 km dans un camion-bus 4×4 va nous mener en mai 2010 d’Adelaïde à Brisbane en passant par le centre du pays, Coober Pedy, Uluru et Ayer Rocks (la montagne rouge !), Alice Springs, Mount Isa, entre autre. Certains participants sont les mêmes que l’an passé auxquels se sont joint de nouvelles têtes.

Vingt personnes dans un bus de 33 places, une remorque pour les bagages, Rob notre chauffeur-guide préféré, Dave son copilote, et Jeff le traducteur. Mon amie B. venait de Paris et nous a rejoints directement à Adélaïde après Singapour et Sydney. En route ! Nous, les Tahitiens, avons du passer une nuit à Auckland avant de nous envoler pour Adélaïde.

Il faisait beau à Auckland et nous avons profité du soleil pour nous promener dans le quartier de notre hôtel. Le président Tong Sang de Tahiti avait pris le même vol que nous et nous avons eu la surprise de le croiser devant son hôtel. M., Chinoise-Polynésienne qui me suit comme mon ombre pousse soudain un cri. J’imaginais qu’une personne s’en était pris à son sac-coffre fort qui ne quitte jamais son épaule et transporte sa fortune, ses papiers…

« Mon président, tu es là. Qu’est-ce que tu fais ici. Quand tu es venu ? ». Elle lui saute au cou, lui fait la bise. Et moi ? Et moi… je vais faire la bise aussi !

« Je suis en escale à Auckland et prends ce soir la direction de Shanghai pour aller inaugurer le pavillon de la Polynésie Française à l’exposition universelle ».

« Alors tu t’en vas ce soir ? Nous, on va en Australie, et patati et patata ».

Le lendemain, nous partons pour Adélaïde. La douane australienne est des plus pointilleuse, elle veut tout voir, scanner, fouiller les poches, voir s’il reste de la terre étrangère sur les semelles de vos godasses, pas de gâteaux secs, pas de fruits, pas de vanille, enfin RIEN…

B. est déjà arrivée, a étrenné le beau camion-bus de Rob. Pas de temps à perdre, hop les valises dans la remorque, Rob nous véhicule dans le quartier du port. La région est sèche, la végétation « méditerranéenne ». Le littoral est immense, magnifique, non bâti, desservi par une large route bordée de villas historiques valant au bas mot un million de dollars australiens. Notre motel est situé à Glenech, plage urbaine. Dîner en commun, puis au lit, demain il faudra se lever tôt.

Adelaïde est située à la latitude 34° 55’ 01’’ Sud et longitude 138° 36’ 00’’ Est. Altitude 0 m, Superficie 1827 km², Population : 2 millions d’habitants.

Nous sillonnons la ville, capitale de l’Australie-Méridionale, la région la plus vinicole d’Australie. La ville pleine de charmes regorge de parcs, de jardins, de larges avenues, de beaux immeubles de pierre, de maisons cossues, de points de vue. De nombreux édifices coloniaux subsistent dans la cité. La capitale d’état était surnommée « City of Churches » (« ville aux églises ») à cause de la liberté religieuse qui y régnait. L’atmosphère semble très cosmopolite.

Le Central Market, vieux de 125 ans, demeure le plus pittoresque des marchés couverts d’Australie et offre fruits, légumes, viandes, poissons, graines et autres. Il est sis dans le quartier chinois. Les sections boucherie et poissonnerie sont des spectacles à elles seules. C’est l’automne, il y a du vent, le ciel peint d’un bleu pur, le soleil diffuse ses chauds rayons. La ville est entourée de collines couvertes de forêts et de vignobles. Cette région était peuplée par les Aborigènes depuis 10 000 ans quand commença la colonisation européenne en 1836. Cette implantation s’établit sans utiliser de forçats. La région fut cadastrée par Light. L’arrivée des premiers troupeaux de bétail en provenance de Nouvelle-Galles du Sud et de Tasmanie dopa l’économie. Le commerce de la laine prit une place importante. Les pionniers appartenaient souvent à des minorités religieuses et aspiraient à une société plus tolérante. Les luthériens allemands s’installèrent à Hahndorf et dans la Barossa Valley. Ils y développèrent la viticulture.

La petite ville de Hahndorf demeurée très allemande, pimpante dans ses couleurs automnales, offre au touriste ses galeries d’art, ses édifices germaniques et les spécialités culinaires à la boulangerie Kaffehouse. C’est la plus ancienne implantation allemande d’Australie. Elle doit son nom au capitaine Dirk Hahn commandant du Zebra à bord duquel arrivèrent en 1838 les Allemands qui fondèrent la ville dans les Adelaïde Hills. Ces luthériens avaient quitté la Prusse suite à des persécutions religieuses. Montée au belvédère du mont Lofty à 727 m d’altitude d’où l’on bénéficie d’un beau panorama sur Adelaïde et la mer. Ce seront les délices de la chocolaterie Haigh à laquelle Rob attribue la médaille du meilleur des chocolats australiens, pour moi je pensais plutôt à du chocolat à cuire !

Hiata de Tahiti

Catégories : Australie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :