Tombes et marae de Rimatara

Le lendemain, c’est l’horreur, on ne peut mettre le nez dehors… un vrai désastre. Heureusement nous avons de quoi nous occuper. Le dîner sera encore aux chandelles !

Le surlendemain est le jour de notre départ. Nous espérons une éclaircie qui nous permettrait d’aller visiter les sites que nous n’avons pu voir à cause des intempéries. Nous négocions une sortie en voiture avec K. le fils de la pension.

RIMATARA

D’abord la tombe de Simon Lenoir. Le marin Simon Lenoir, catholique français, né en 1837 a échoué à Rimatara. Nul ne sait si son bateau avait fait naufrage, s’il était déserteur d’un navire baleinier, de toute façon il aborde l’île de Rimatara avec quelques compagnons d’infortune vers 1871, s’y fixe comme colon et marchand et épouse une fille de l’île Tapairu a lopu dont il aura 14 enfants. Sa nombreuse postérité influera jusqu’à nos jours sur le devenir de l’île. Ses descendants sont fort nombreux en Polynésie, à Rimatara, Raivavae et Tahiti. Il décède à Rimatara le 14 juillet 1916, sa tombe est au cimetière d’Amaru-Tuaporo. Certains descendants de Simon Lenoir présentent une maladie héréditaire appelée « syndrome d’Alport». C’est une maladie rare de l’ordre de « 250 cas » environ dans le monde entier. Des études récentes et plus approfondies ont démontré que cette lourde hérédité venait de son épouse, originaire des Iles Cook, où des cas similaires ont été retrouvés dans sa famille.

RIMATARA AMARU DERNIER VESTIGE DE L ANCIEN MARAE TONOHA'E

Puis le marae de Mutuaura – qui n’existe plus puisque les dalles qui le constituaient ont servi à la construction du temple protestant du même village !

Taorovea, lieu d’activité ancestrale, était un lieu de réunion du roi et de ses envoyés en mission ou en expédition guerrière. C’était une vaste propriété appartenant jadis au roi. C’était en ce lieu que se tenaient les réunions secrètes, où ses envoyés prenaient connaissance de ses désirs de roi et partaient « espionner » la population. Cette propriété a été offerte par la dernière reine Temaeva V à la France pour des raisons précises : la santé et l’éducation de sa population. Les constructions de l’infirmerie, des écoles et des bâtiments des travaux publics ont été élevées à cet endroit du village d’Amaru.

rimatara gisement de fer

Il y a encore le gisement de fer d’Amaru. La goethite affleurait en surface à je ne sais pas à quelle époque, ni si elle était exploitée, mais ce que j’ai vu ce sont deux blocs de ciment. Le lieu est loin d’être pittoresque ! Notre guide ne sait rien non plus.

Irirua ou temple du soleil est un amas de pierres actuellement. Au temps anciens, le soleil était l’un des dieux honorés, les habitants avaient choisi ce site Irirua, près de la mer, à l’est de Rimatara comme endroit idéal pour observer la boule de feu qui éclaire la terre. Il semble que le lever du soleil était le signal de départ pour « rejoindre les chefs appelés Araia qui vivaient dans un lieu sacré « Harema ». Une cérémonie aurait eu lieu chaque matin avec les habitants qui auraient reçu alors une autorisation de puiser de l’eau à la source appelée Vaimea, gardée par une anguille qui se rendait chaque jour à la mer. Je peux préciser que K. nous a indiqué la source Vaimea, remblayée maintenant, où poussent des purau derrière la demeure de P. et qui se jette dans la mer au lieu-dit Irirua.

Une question avait été posée par Maco Tevane, récemment décédé : quel était le plus grand marae de Polynésie ? et une seule personne, originaire de Rimatara, avait été capable de répondre c’était Maco Lenoir. C’était le grand marae de Rimatara dont il ne reste rien mais où furent construits l’infirmerie, la poste, la mairie entre autre.

Le marae Tonohae, le marais des rois, se situe à Amaru. Il n’en reste qu’une dalle de corail ce marae avait été rasé intentionnellement pendant l’évangélisation de l’île. Il paraîtrait que les premières tombes royales de l’île auraient même été bâties avec les pierres de ce marae. Une légende est attachée à ce site : « Hiro est venu de Havaï-i-te-po pour Raivavae où il construit le marae Tamahara. Il est venu à Tubuai, où il a habité quelques temps et a construit le marae Tonohae, utilisant une pierre prise sur le marae Temahara pour sa construction. Puis il partit pour Rurutu, où il construisit le marae Ahotea, utilisant une pierre du marae Tonohae et de Rurutu pour Rimatara où il construisit le marae Tonoha’e utilisant une pierre du marae Ahotea pour sa construction ».

Le marae Amaru se situe au pied de la falaise, au nord du village, à une centaine de mètres de la mer. Ce lieu sacré est constitué de dalles posées debout de 1m à 1m50 de hauteur, espacées les unes des autres. Cette disposition est une variante des marae de type Australes, très proches des marae que l’on peut rencontrer aux Iles Cook.

RIMATARA VIEIL HOTU ANAPOTO

Le vieil hotu d’Anapoto, dont le nom scientifique est Barringtonia, est un arbre appartenant à la famille des lécythidacées. Il est originaire du sous-continent indien. Il est très répandu dans les îles polynésiennes, sur les plages et dans les vallées. Sa fleur a une forme de blaireau et, à peine ouverte, tombe au sol au moindre coup de vent. Le fruit du hotu a la forme d’un cœur à quatre côtés, le bonnet d’évêque. Son amande est riche en saponine et était utilisée pour narcotiser le poisson. Il suffit de jeter dans l’eau l’amande râpée pour neutraliser poissons et chevrettes à l’exception des murènes qui au contact de la substance sont plutôt excitées.

Il serait très intéressant de lire Le voyage de la Manureva aux îles Australes du 28 septembre au 4 novembre 1938 par Yvonne de Harven, paru dans le n° 322 du bulletin de la SEO. Cette narration est d’un très grand intérêt « d’aventures touristiques » très rares à l’époque. Elle a 35 ans, son compagnon 27. Une mission protestante va entreprendre une tournée d’un mois aux Australes, ils en sont avertis, ils s’embarquent ! Car l’occasion est trop belle et Yvonne de Harven va tout noter. Ce périple est une succession de cultes, de tamaaraa, mais ils garderont un souvenir des paysages, des relations humaines nouées pendant ce voyage. Un vrai délice lorsqu’elle évoque les repas, le monoï, les difficultés pour entrer ou sortir de Rimatara qui ne possède pas de passe …

Retour à la pension, descente des sacs, prendre la voiture et deux minutes après nous sommes à l’aéroport. Quelques instants plus tard l’avion s’annonce. On nous couronne d’odorants colliers de tiare, de colliers de coquillages. Merci les amis de Rimatara et à la prochaine !

Portez-vous bien !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :