périgord

Domme

Nous partons ce matin du gîte à pied à neuf heures. La montée initiale est assez longue dans la campagne vers le village de Cénac, où nous franchissons la Dordogne par le pont. Nous tournons à gauche vers le lavoir. Là, un platane se présente en brandissant une pancarte : « je suis un platane, je m’appelle Thermidor. J’ai planté mes racines vers l’an 1750, j’ai vu la Révolution » puis « je mesure 7 m 60 de tour de taille à 1 m 30 du sol, 45 m de hauteur et 33 m d’envergure ». Suit une prière écolo à la déesse Gaïa : « Si le ciel me protège et si les hommes prennent soin de moi, j’espère bien être encore là en l’an 2089 ». La prière a oublié les petites bêtes et le climat !

Derrière le lavoir, le chemin longe l’école ou des petits en récréation jouent au tricycle sous les hêtres. Ils piaillent comme le troupeau d’oies vues auparavant. Non loin de là, le pré ou a été installé un terrain de foot est occupé par les garçons et filles du primaire qui s’initient au rugby, plus en pantalon qu’en short. Il fait moite et gris, ils sont très habillés et pas vraiment sportifs, comme s’ils avaient froid.

Nous montons par le sentier à Domme, derrière nous des Anglais en vélo électrique tentent l’ascension mais les ornières et la pente sont trop fortes ; ils rebroussent chemin pour passer par la route, plus sûre. Les remparts de Domme sont du XIIIe siècle. La ville est une bastide, un privilège du roi de France Philippe le Hardi en 1281 pour protéger le commerce et tenir le pays. Les habitants étaient exemptés d’impôts. Les protestants menés par le capitaine Geoffroy de Vivans ont pris la ville par la falaise de la Barre en 1588, le seul endroit où il n’y avait pas de remparts, en escaladant directement la roche au matin. Les catholiques, qui ne l’avaient pas prévu, ont été surpris. Ils ont dû rendre la bastide – ruinée – en 1592.

Des « graffitis des Templiers » dans la pierre de la porte des Tours à la bastide de Domme ont fait l’objet d’un article d’Archaelogia n°32 de février 1970 sous la plume du chanoine Paul-Marie Tonnellier (1886-1977), historien amateur persuadé de sa méthode d’estampage au buvard humide, mais surtout persuadé de découvrir la vérité par sa plume, inspirée à mettre au jour les traits imaginaires. Selon lui, 70 Templiers y auraient été enfermés de 1307 à 1320 et y auraient gravé leur foi. Mais cette « belle histoire » – un storytelling religieux – a été remise en cause par une étude plus sérieuse de 2018 effectuée par l’agence de l’archéologie. Ce « lieu d’oisiveté » aurait incité aux gravures et elles seraient postérieures à l’époque templière. Chacun croira ce qu’il voudra, Bruno ne croit pas à la légende dorée des Templiers victimes. Les relevés fantaisistes de Tonnellier relevaient comme par hasard l’octogone pour le Graal, le triangle surmonté d’une croix pour le Golgotha, le carré pour le Temple, les cercles pour l’enfermement ou le cosmos.

Il pleut sur Domme, ville en damier, aujourd’hui uniquement touristique avec pour seuls commerces de la bouffe, du gîte, de l’artisanat (bijoux, poterie, décoration, peinture) et des produits de l’inévitable « terroir » dont, outre le foie gras, les conserves de canard et le vin, ces savons artisanaux mis à la mode par les post-hippies des années 70. Tout le Périgord est là : l’oie, le foie, les noix, le bois. Un restaurant affiche une enseigne où Jacquou le croquant est statufié en paysan adulte. Il faut dire qu’Eugène Leroy son créateur a habité la ville, une plaque sur une maison en témoigne. Son menu est aux prix « touristiques », plus élevés qu’à Sarlat même. Sauf le « menu enfant » du jambon-frites à 10.50 € pas moins, le menu à 21 € propose des banalités : foie gras (maison quand même), ou jambon de pays, ou salade au chèvre chaud des années 70 chère aux Gault & Millau – puis confit de canard, ou aiguillettes de canard, ou Parmentier de canard, ou émincé de magret de canard grillé – enfin gâteau aux noix crème anglaise. Le menu à 25 € est un tantinet plus gastronomique, mais un tantinet seulement avec une salade de gésiers d’oie au vinaigre de framboise, une omelette aux cèpes en plus. Mais la carte offre une salade tomate-mozzarella ou des burgers pour les malbouffeux qui ont atterri en Périgord par pur hasard. Le marché attire, mais vend toujours la même chose. Il faut évidemment porter le masque entre les étals. Seule une vieille librairie pittoresque fait envie.

Nous visitons rapidement l’église. Une plaque aux « morts pour la France » 1914-1919 affiche 53 noms. Pour une petite ville comme Domme, 1411 habitants en 1911, c’est énorme ; en 1921 il en était attesté 1220. La grippe dite espagnole a dû sévir autant que les combats, y compris en Orient. La démobilisation s’est faite par les plus anciens et les engagés volontaires en premier mais a duré jusqu’en 1920 tant la logistique ne pouvait suivre. Il ne reste que moins d’un millier d’habitants aujourd’hui, faute de travail après l’été touristique.

Depuis le point de vue sur la falaise, nous parvenons à distinguer dans la brume le toit orange de notre gîte, en bas dans la plaine. Nous voyons du cingle de Montfort dans la vallée de la Dordogne jusqu’à Beynac. Un buste en bronze représente Jacques de Maleville, mort en 1824, qui fut l’un des rédacteurs du Code civil du temps de Napoléon.

Nous pique-niquons dans le jardin public du Jubilé, d’une salade de lentilles aillée avec des dés de jambon et un œuf dur. Il ne pleut plus. Le « vin de Domme » acheté par Bruno pour que nous y goûtions me laisse dubitatif ; il a le goût plutôt acide d’un vin de l’année, bien que millésimé 2018 (3 ans d’âge).

Nous redescendons par le cimetière puis par un sentier qui mène à l’autre pont sur la Dordogne. Nous nous arrêtons au Chalet, en bord du fleuve, pour une bière blanche. Le courant est fort et il y a peu de canoës à l’eau alors que l’endroit est d’habitude plein. Retour par les sous-bois chez papy. Nous aurons fait aujourd’hui 15 km pour 340 m de dénivelé positif.

À l’apéritif, nous goûtons le Fénelon, un vin de noix au cassis. Au dîner, nous avons un pâté de foie gras à 50 %, « moins fort pour les gens qui n’aiment pas » déclame papy (mais surtout moins cher à servir), un cassoulet maison où domine la saucisse et le canard beaucoup plus que les haricots, et une tarte coco chocolat de style Bounty.

FIN du voyage.

Ce périple a été effectué avec Terres d’Aventure

Catégories : périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

La Roque-Gageac

Nous longeons à pied la Dordogne jusqu’au village de La Roque-Gageac, construit au pied d’une falaise qui s’écroule de façon épisodique. Le 17 janvier 1957 à 10h du matin, 2500 m3 de calcaire se sont détachés de la falaise avant de s’écrouler sur le village, écrasant six maisons. Le drame a fait trois morts et un blessé, heureusement aucun enfant. De nombreuses maisons sont aujourd’hui à vendre malgré les filets en grillage pitonnées sur les falaises pour empêcher les chutes de pierres.

Il y a beaucoup de touristes, presque tous gros, pas toujours vieux. Le village s’étend entre la falaise et la Dordogne, cafés et restaurants d’un côté, canoës et kayaks de l’autre. La rivière étant relativement haute et son courant plus fort qu’habituellement en raison des pluies de cet été, tout ce qui flotte a été remisé. La fin de la saison d’été n’est pas propice au tourisme des jeunes, et les vieux ne prennent aucun risque.

Pluies et orages sont prévus en fin d’après-midi mais la promesse n’est pas tenue, comme hier. La météo annoncée n’est jamais la bonne, même de la veille au lendemain ! Quelques gouttes de pluie que nous subissons ne nécessitent pas même la sortie de la cape, elles ne durent que 10 minutes à peine. Nous prenons un cidre en terrasse au bar. Nous devions rentrer à pied au gîte, situé à quelques kilomètres, mais il est déjà tard et Bruno appelle l’agence pour que quelqu’un amène le bus et viennent nous chercher. Il restait encore 4 km à pied et il est déjà 17h20, alors que nous avons rendez-vous ce soir pour dîner à 19h30 au restaurant.

O’plaisir des sens est dit « restaurant bistronomique » par son cuisinier qui semble avoir fait un stage au Japon si j’en juge par sa cuisine. Le site Internet est www.o-plaisirdessens.com Il se trouve « sous la grande vigne » à La Roque-Gageac, à 5 mn en voiture du gîte. Bruno Marien tente une cuisine inventive mais avec des portions nouvelle cuisine (une large assiette avec trois petits trucs au milieu) et une présentation un brin affectée.

Ce dîner, prévu comme l’acmé du séjour, offre une entrée originale de foie gras râpé, mais trois brefs bouts de silure avec trois mini bouts de légumes sauce pain d’épices et quatre-épices anisées, ainsi qu’une crêpe en brick de chocolat noir, heureusement Valrhona. Si l’entrée est inventive, le silure se perd dans les épices sans qu’aucun goût ne domine, tandis que le dessert est minimaliste. Au global, un dîner chichiteux avec des portions ridicules dans de la vaisselle chinoise d’importation. Bien sûr, il s’agissait d’un menu agence à prix « étudiés ». La carte ou le menu gastronomique offre probablement des plaisirs plus consistants – pour un prix plus en rapport avec le talent que se prête le chef.

Catégories : périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Château de Beynac

Le bus nous emmène jusqu’au château prévu pour l’après-midi. C’est un magnifique castel médiéval bien restauré, à l’intérieur sobre. Mais il est vrai que le seigneur se déplaçait de château en château et qu’il apportait à chaque fois son gîte et son couvert, notamment les coffres, les lits et les tentures qui ornaient alors les murs de façon provisoire. Il surveille la Dordogne, la vallée et le plateau.

Le nom de Beynac est attesté dès 1115 quand le seigneur Mainard de Beynac donne (par générosité ou plus probablement par peur de Dieu dans l’au-delà) des terres pour fonder l’abbaye de Cadouin. Son écu est de cinq bandes de gueule sur fond d’or. On dit que ce furent la trace des cinq doigts ensanglantés du premier sire sur son bouclier lors d’une bataille mémorable – mais on dit tant de choses… Les couleurs de Beynac se retrouvent dans celles de son suzerain au XIe siècle, le comte de Toulouse. Pris par Richard  Cœur de Lion et confié au capitaine Mercadier qui met à sac le pays pour le roi d’Angleterre, le château fort est repris par Simon de Montfort en 1214 qui le démantèle.

En 1365, les terres de Beynac comptaient neuf paroisses avec 631 feux, montrant sa prospérité. En comptant quatre à six personnes par feu, on arrive à une population grosse de 2500 à 4000 habitants. Le seigneur de Beynac était rattaché au duc d’Aquitaine, il était l’un des plus prospères du Périgord. Les gabarres à fond plat sur la rivière espérance (la Dordogne) transportaient vers Bordeaux noix, châtaignes, bois et vins, suscitant de fructueux droits de passage versés au seigneur. Les pluies d’automne et du printemps rendant la rivière navigable en été et en hiver et il fallait trois jours pour aller à Bergerac, six pour en remonter. Au XIIIe siècle, le sire de Beynac fait installer des pêcheries de saumon au pied du château. Il percevait aussi le tonlieu, taxe sur le passage de marchandises d’une rive à l’autre.

Le donjon est du XIIIe, une double enceinte protège côté plateau tandis que la falaise à pic sur la Dordogne, 150 m plus bas, offre un panorama étendu. La salle des états au XVe siècle manifeste la puissance du seigneur avec sa voûte en berceau brisé. Il réunissait ici les quatre barons du Périgord, Beynac, Biron, Bourdeilles et Mareuil. Les épées, arbalètes, haches et pertuisanes présentées aujourd’hui sont des reconstitutions. On nous montre « la chambre de Richard Cœur de Lion », où il serait mort des suites d’un carreau d’arbalète pris dans l’épaule au siège de Châlus, à la frontière du Limousin, berceau d’une branche de ma famille. Au XVIIe siècle, le château est démédiévalisé et sert de demeure de plaisance jusqu’à la Révolution avec ses grandes fenêtres à meneaux, les courtines décrénelées, l’escalier italien à rampe droite dans la cour pour faciliter les passages.

Nous rencontrons une vieille à chat, la minette noire tenue en laisse. Elle a un peu peur et est fatiguée (la chatte à poil, pas celle de la vieille), mais « il faut qu’elle s’habitue », dit sa maîtresse. Je ne vois pas pourquoi : un chat n’est pas un chien qu’on tire en laisse.

Catégories : périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Sarlat la Caneda

J’ai passé une excellente nuit due peut-être à l’effort et aux litres d’eau bus hier. Aujourd’hui nous visitons Sarlat-la-Canéda, fusion des communes de Sarlat et de La Caneda. « Sale rat » comme dit Bruno, une inversion courante de cet amateur de contrepets. Nous allons en minibus visiter la ville ce matin. Nous commençons par le marché aux produits régionaux place de la Liberté, où nous achetons le pique-nique du midi, des grillons de porc, des rillettes de canard de la ferme des Roumevies à Saint-Crépin, du pain de Jaya aux noix  (artisan-boulanger bio), des fraises du Périgord « Morgno Harmonie », du melon et cette tourte pastis aux pommes, très jolie mais étouffe-chrétien en diable. Je ne suis pas amateur après une bouchée et je laisse ma part aux avides : c’est trop lourd, trop sucré.

Les rues sont plus Renaissance que médiévales, malgré la restauration des vieilles pierres dans le style années 1970 grâce aux subventions Malraux. Les privilèges de Charles VII après la défense de la ville contre les Anglais ont permis une reconstruction et un développement fin XIVe siècle, époque des hôtels que l’on peut encore voir dans la vieille ville En dépit du marché de produits locaux, la ville est surtout dédiée au tourisme. Nous croisons cependant des collégiens et des lycéens sur les trottoirs, une fois sortis du centre-ville. Il y a quelques industries, outre des hypermarchés. Dans la vieille ville, les boutiques sont principalement des restaurants et des produits du terroir. Un « menu des poètes » est diablement alléchant ! Jugez-en : feuilleté de gésiers d’oie et sa crème de framboise, ou terrine de foie gras mi-cuit maison et son poivre malabar, ou nems de canard sauce soja maison, ou croustillant de Rocamadour frais et son mesclun – et éventail de magret sauce à l’orange ou badiane, ou coq au vin façon bourguignonne (avec du Bergerac, je suppose), ou aiguillette de canard sauce marchand de vin, ou truite désarêtée en papillote parfum romarin – fromage de chèvre AOC Rocamadour, ou tarte aux noix et sa crème anglaise maison, ou crème brûlée maison, ou dessert du jour maison. Les trois plats au choix sont à 15,80 € !

La lanterne des morts est une tour ressemblant à un obus construite au XIIe. Elle aurait été élevée pour célébrer saint Bernard, passé à Sarlat en 1147 pour bénir des pains qui ont guéri des malades (ils devaient souffrir surtout de dénutrition). La tour-lanterne serait une interprétation du dôme du Saint-Sépulcre de Jérusalem tel qu’il était représenté depuis le IVe siècle puisqu’elle a été bâtie à l’époque des croisades. Nous passons devant le Présidial, ancien siège de la justice royale, créé en 1552 par Henri II.

Une cour dédiée à Véronique Filozof montre que cette honorable dame (1904-1977) était… artiste-peintre : une autre voie de pratiquer la sagesse. Les armoiries de la ville présentent une salamandre (réputée sortir indemne du feu) sous trois fleurs de lys. Peut-être pour exorciser les dangers d’incendie. Place de l’ancien Marché aux oies, trois volatiles en bronze défient les passants de leur bec en face de la Maison des vins de Bergerac. Tout près de là, la fontaine Sainte-Marie s’ouvre en grotte dans le bas d’une ruelle, face à l’hôtel de Plamon. Demeure de drapiers, cet hôtel récapitule les styles de Sarlat : un rez-de-chaussée du XIVe à deux arcades en ogive, un premier étage gothique aux trois baies en rayonnant, un second étage du XVe aux fenêtres à meneaux. Sur le portail monumental de l’hôtel de Maleville, une inscription en latin entre deux médaillons d’Henri IV et Marie de Médicis, cite un Psaume : « que Dieu veille sur ton entrée et sa sortie ». Les temps n’étaient pas sûrs. Non loin de l’église, une vaste maison où serait né le 1er novembre 1530 Etienne de La Boétie, l’ami de Montaigne (né en février 1533) et auteur du célèbre Discours de la servitude volontaire – écrit à 16 ans. L’arc du rez-de-chaussée servait d’échoppe tandis que les étages sont de style Renaissance italienne avec des baies à meneaux et une lucarne aux décorations chantournées.

L’église de Sacerdos – saint évêque de Limoges au IXe siècle – est l’ancienne cathédrale, siège de l’évêque instauré par le pape Jean XXII en 1317. La construction du XIIe a été démolie en 1504 par l’ambition de l’évêque Armand de Gontaut-Biron d’en faire bâtir une neuve, plus grande et plus belle. Toujours le prestige du pouvoir pour l’Eglise dont la vocation devrait être plus humble et plus humaine.  L’évêque, ayant été appelé à Paris par le roi en 1519, a laissé ses brebis et son église, mais sans en perdre aucun bénéfice. Les travaux seront abandonnés jusqu’au XVIe siècle ! Dans une chapelle latérale, un cahier d’écolier recueille les vœux dans la chapelle latérale droite. Je peux y lire cette niaiserie : « Seigneur, faites que les gilets jaunes triomphent et que Macron parte » – comme si Dieu existait et, si tel est le cas, comme s’il s’intéressait aux mesquineries des petites politiques des misérables humains. Pourquoi ne pas se prendre en mains et voter, plutôt que de se plaindre à la maîtresse ? Le « protège mes petits-enfants » qui suit sur le cahier est plus raisonnable, voire rationnel.

Nous pique-niquons avec les rillettes de canard de barbarie de la ferme des Roumevies, achetées ce matin au marché et médaille de bronze à Paris en 2020 ; elles sont fameuses avec le pain aux noix car pas trop grasses.

Catégories : périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Castel–Merle

Il nous faut monter encore rudement sur la route, puis dans la forêt où retentissent déjà les coups de fusil des chasseurs de sangliers. Suit alors une longue descente dans le chemin caillouteux raviné du sous-bois vers Castel-Merle. Cet effort me raidit les tendons des genoux.

Après m’être assis un moment, je teste le propulseur, comme David. Je sais enfin comment fonctionne et à quoi sert le propulseur à sagaie préhistorique. Il multiplie la force par un mouvement des bras et des hanches qui est l’inverse du swing au golf. Il produit un effet de levier qui projette la sagaie bien plus loin qu’avec le seul bras. Je touche également de la peau de renne traitée, bien plus épaisse que celle de vache. Nous visitons l’abri avec la petite-fille (adulte) du découvreur, c’est un site privé. Malgré les bisons gravés en ronde bosse, très abîmés par la calcite, le site est bouleversé par les fouilles du XIXe siècle et présente au fond peu d’intérêt pour les non-spécialistes. La fille est cependant très sympathique et donne beaucoup d’explications.

Nous suivons un chemin le long de la Vézère qui nous ramène jusqu’à Saint-Léon-sur-Vézère, un village typique de la région bien restauré où, à part le tourisme en été, il ne doit pas se passer grand-chose. L’église de Saint-Léon des XIe et XIIe siècle, que nous visitons, est bâtie sur une villa gallo-romaine. Elle était initialement un prieuré bénédictin qui dépendait de l’abbaye de Sarlat. Le toit est couvert de lauzes calcaires très lourdes qui ont obligé à construire une charpente très pentue en chêne. Le clocher carré, solide, est égayé par deux étages d’arcatures à trois et deux ouvertures. Sur la base, des traits rappellent la hauteur des crues de la Vézère, fort fréquentes dans l’histoire.

Nous rentrons au gîte à 18 heures. Nous avons fait 19 km avec un dénivelé en cumulé de 384 m, selon le GPS de Daniel. Au dîner, tourin à l’ail, enchaud froid de porc et pommes de terre sarladaises peu grillées, brownie au chocolat et aux noix. L’enchaud est de l’échine ou de la côte filet mijotée longuement avec de la graisse de canard, du gros sel, de l’ail, du thym et du laurier, et laissé refroidir. Il se garde longtemps et peut être servi froid avec de la moutarde ou réchauffé avec des pommes de terre cuites à la graisse d’oie, du chou cru ou des cèpes.

Il pleut en soirée, avec des éclairs.

Catégories : Archéologie, périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

La Roque Saint Christophe

Tout près se tient le site troglodytique que j’ai visité il y a 25 ans. C’est un Monument historique classé, un site troglodytique d’1 km de long et 80 m de haut avec cinq niveaux et une centaine d’abris sous roche. Le Moyen-Age a vu son âge d’or avec une forteresse et une cité à flanc de falaise, avec même un port sur la Vézère au bas. Il y a beaucoup moins de monde que lorsque je suis venu, Covid oblige, et nous pouvons visiter sans être gênés. Évidemment, il faut encore monter.

Le lieu présente des témoins négatifs de l’existence médiévale. Nous pouvons voir un lieu de vie, une cuisine, une étable, une chapelle creusée dans le roc, et quelques instruments de levage reconstitués en bois pour monter les marchandises ou descendre les animaux. Une maquette du site en bois avec de petits personnages intéresse beaucoup la jeunesse, mais notre âge mûrissant aussi. L’endroit pouvait abriter environ mille personnes, plus les animaux. Les maisons, aujourd’hui simples alvéoles ouvertes, étaient fermées de parois en bois ou en torchis. Les restes d’une église montrent des croix gravées, des fonts baptismaux et six tombes orientées sud-est/nord-ouest – vers Jérusalem.

Côté forteresse, une porte fortifiée gardée par une sentinelle permettait de jeter de grosses pierres sur les assaillants depuis le haut ; elle était suivie d’une fosse piégée avec un pont basculant. Des passages étroits ne permettaient le passage que d’un seul homme à la fois. Des passerelles mobiles rejoignaient les différentes sentes creusées à même le rocher, ce qui permettait une défense facile lorsqu’elles étaient ôtées. Les raids de Vikings – Périgueux est prise en 849 – et les querelles incessantes entre petits seigneurs incitent l’évêque Frotaire de Périgueux à faire construire cinq forts défensifs, dont La Roque Saint-Christophe pour barrer les voies d’accès navigables. Des encoches creusées dans le plafond rocheux d’une vaste grotte ouverte sur le vide permettaient d’attacher la longe des chevaux. Un coffre-fort du XIIe siècle est creusé à même la roche, il était fermé d’une porte en bois avec un système de verrouillage pris dans la pierre. Le fort sera rasé pendant les guerres de religion.

Nous pique-niquons sur les tables en béton du parking au pied de la falaise, sous les arbres. Il y a des touristes, mais pas trop, quelques Allemands et Néerlandais en camping-cars, et une horde d’Américains cyclistes avec une camionnette d’accompagnement et une pléthore de nourriture et de boissons dans des glacières. Un clan de Hollandais d’une même famille, tous adultes, bavarde fort et se congratulent en visitant le lieu. Notre boîte comprend cette fois une salade de pâtes au thon à la tomate, un sandwich au pâté et une banane. Le tout est trop copieux pour nos âges, je finis la salade mais réserve la banane. En revanche, je reprends de l’eau dans ma gourde aux toilettes de l’accueil. Certes il fait chaud et lourd, certes les montées nous font transpirer, mais il me semble que je bois beaucoup plus après 50 ans qu’à 35 ans. Bruno me le confirme, plus le corps est vieux, plus il fatigue et plus il lui faut d’eau.

Le coude de la route au-dessus de l’accueil en falaise donne sur la Vézère, et il est dit qu’ici nombre de collabos ont été exécutés et balancés à la flotte en 1944. Les colonnes nazies qui remontaient du Sud vers la Normandie ont en effet été impitoyables avec les habitants des villages et pas seulement à Tulle ou à Oradour-sur-Glane. Il y avait trop de résistants pour que cela ne les énerve pas et tout mort allemand se voyait payer d’un village brûlé, gamins compris. Bruno nous dit que les Allemands sont encore mal vus dans la région 75 ans après la fin de la guerre, même lorsqu’ils sont jeunes et touristes. Les Hollandais, qui parlent une langue gutturale comme l’allemand et qui sont blonds comme eux, sont assimilés aux anciens occupants, alors qu’eux-mêmes ont été victimes de la barbarie nazie.

Catégories : périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Saint-Léon sur Vézère

Le minibus nous emmène directement au village que nous visiterons en fin de randonnée. Nous commençons par la côte de Jor. Évidemment il faut monter, ce qui nous met en eau et nous donne soif. Nous passons d’une altitude de 75 m à une altitude de 220 m sur seulement 3 km. Il devait pleuvoir, il n’a pas plu, mais le temps est orageux l’après-midi, comme hier. Nous serons rentrés avant que l’orage ne commence à gronder. Il fait lourd mais le chemin est la plupart du temps en sous-bois. Nous avons une longue montée dès la sortie du parking.

Suit alors un plateau sur lequel nous avons une vaste vue sur la vallée de la Vézère, partiellement sous la brume, tandis que des parapentistes évoluent lentement dans le ciel. Derrière nous s’étend Dhagpo Jagyu Ling, lieu de référence du bouddhisme tibétain très connu depuis les années 1980. L’ingénieur en armements Bernard Benson a donné son terrain en 1975 au 16ème Karmapa tibétain. Je me souviens avoir été béni par lui lors d’un trek au Tibet, avant qu’il ne gagne l’Inde à la barbe des Chinois. Ce fut un bref instant, mais intense ; son regard vous perçait jusqu’au fond de l’âme.

Nous passons devant une truffière, un pré planté de trois arbres différents : le noisetier, le chêne vert et le chêne pubescent. Leurs racines sont ensemencées et lorsqu’apparaît le « brûlé », cet endroit où l’herbe a du mal à pousser, les truffes sont dessous. Le cochon les sent très bien mais il en est friand, il vaut mieux un chien dressé à l’odeur car lui ne les mange pas, pour le plus grand bonheur des humains.

Nous traversons le hameau de Chaban, que le résistant Delmas qui s’y est réfugié durant la seconde guerre mondiale a pris pour nom de guerre avant de l’adopter avec un tiret. Jacques Chaban-Delmas a été maire de Bordeaux durant plusieurs décennies. Le château de Chaban (ou Chabans), détruit au XIIIe puis reconstruit un siècle plus tard, ne se visite pas. Après avoir appartenu à M. Benson et Monument historique depuis 1972, il est la propriété très privée d’un professeur en médecine émérite trop connu.

Au village de Peyzac-le-Moustier, nous faisons un détour par le petit site archéologique toujours en cours de fouilles qui a donné son nom à l’industrie lithique du Moustérien au Paléolithique moyen entre 200 000 et 40 000 ans avant le présent, dès sa découverte en 1863. C’est une façon de tailler le silex propre à l’homme de Neandertal, notamment le biface, le racloir, la pointe moustérienne et le fameux débitage Levallois. Nous ne pouvons pas entrer car le lieu est minuscule et occupé par une pléthore d’étudiants, y compris américains. Certains fouillent mais la plupart sont en pause en train de discuter ou de boire du café. Un jeune nous donne quelques explications.

Catégories : Archéologie, périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Cap Blanc

Nous pique-niquons avec ce que nous avons emporté du gîte devant le château, sur les tables et bancs mis à disposition près de l’accueil. Une boîte contient du taboulé à la tomate, un sandwich au fromage et une pêche. Je reprends de l’eau à la source près du château ; elle est parfaitement buvable au sortir du tuyau.

Nous allons à pied à travers la forêt jusqu’à l’abri de Cap Blanc en traversant la rivière Beune sur un pont de pierre en arche qui date du XIIIe siècle, puis un canal mort sur des briques posées à même la boue. Le site magdalénien de Cap Blanc, découvert en 1909, est fermé d’un mur pour conserver les gravures en ronde bosse des préhistoriques. Aucune photo n’est autorisée, décision de fonctionnaires peu compréhensible alors que la photo ne peut endommager la pierre et que l’État, c’est nous. Mais c’est ainsi. De même que nous devons porter le masque anti-Covid parce que nous sommes « à l’intérieur ».

Après le petit musée qui jouxte l’accueil, la grotte nous est ouverte – qui était initialement un abri sous roche désormais clos. Une frise de chevaux et autres animaux, des bovidés, des cervidés, sont sculptés en ronde bosse sur la paroi. Le sommet s’est écroulé, préservant les sculptures. Le site a été découvert en 1901 – toujours un 12 septembre. Le lieu a été fouillé par Peyrony, dont le seul intérêt était de trouver de belles pièces pour les mécènes qui le finançaient. Un squelette de femme a été découvert lors de secondes fouilles. Il est d’époque magdalénienne et celui d’une personne de la trentaine avec des dents saines, ensevelie en position de fœtus sans aucune parure mais avec trois grosses pierres sur elle, sur la tête, sur les mains et sur les pieds. Peut-être pour ne pas qu’elle s’envole de sous la terre. Le fait que cette jeune femme soit ensevelie au pied de deux chevaux sculptés au-dessus d’elle est peut-être symbolique. Était-elle l’une des artistes de la frise ? L’anecdote est amusante, le squelette a été vendu au musée de Philadelphie aux États-Unis en 1910 mais celui-ci, n’achetant que des vestiges découverts devant des témoins fiables, le squelette a été remis en terre et « redécouvert » devant lesdits témoins pour assurer la transaction. Celui que nous voyons actuellement est un moulage. La perforation rectangulaire du pariétal droit par un net coup de tête de pioche est celle du fouilleur terrassier qui l’a découvert avant de stopper le massacre. Les fouilles d’époque étaient du terrassement pour découvrir de beaux objets à vendre aux collectionneurs, sans aucun souci scientifique. Il faudra attendre les années 1950 et les méthodes d’André Leroi-Gourhan, pour que la préoccupation du sol archéologique intervienne dans le geste de fouilles.

Dans le musée existe la tête de cette Dame du Cap Blanc reconstituée en résine par le Field Museum avec des parures tout à fait hypothétiques puisque rien n’a été trouvé lors des fouilles. La femme, qui ressemble à l’une des nôtres, porte une parure de perles de pierres et de coquillages en résille sur la tête. Il s’agit d’une analogie.

Nous poursuivons par deux heures de marche en forêt parmi les surfaces planes d’anciens terrains de charbonniers qui faisaient couver le charbon de bois pour augmenter son pouvoir calorifique avant qu’on ne découvre le procédé du coke, la pyrolyse de la houille dans un four. Ce charbon alimentait les fonderies de fer dont le métal est présent à l’état dans la région pour fabriquer des boulets et des canons à Bordeaux et la Rochelle.

Nous avons à monter une rude côte en sous-bois puis une côte sur une route surchauffée avant de retrouver l’église de Sireuil et le parking du minibus à ses pieds. Ce fut une rude journée et la douche est bienvenue, chaude de cette fois car la manette est montée à l’envers ! Le temps est lourd et se couvre jusqu’à l’orage.

Nous avons au dîner un plat de charcuterie avec du beurre, une tourte au confit de canard et aux salsifis, et des fraises du Périgord. Le confit de canard est effiloché et les salsifis très épluchés, ce qui n’a aucune des conséquences intestinales habituelles. L’apéro est cette fois un vin de figues que je trouve un peu trop sucré ; je préférais le vin de noix d’hier. Ce sont toutes les spécialités du pays que nous fait goûter l’hôte.

Catégories : Archéologie, périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Château de Commarque

La Ferme fleurie, chambres et gîte à La Roque Gageac, où nous allons loger le temps du séjour est tenue par un jeune couple, Martine et Alain, qui a deux enfants, une fille et un garçon. Simon, dans les 10 ans, est très pâle et un peu replet. La grand-mère Fanny tient la cuisine et le papy Sébastien, qui est un papy recomposé, tient la pépinière où il vend des roses et autres plantes. Il a planté un « arbre aux Kleenex » dont le nom scientifique est Davidia involucrata. Lors de la floraison, les pétales font comme une suite de mouchoirs entre les branches. Il s’est installé ici en 2006.

Très en verve, avé l’assent ! il adore raconter des histoires et c’est plus la manière dont il raconte qui retient l’attention plutôt que ce qu’il dit. Il nous offre chaque soir un apéritif, pour cette première fois un vin de noix. Le menu de ce premier dîner est servi ce soir sous les tilleuls et le catalpa ; il fait encore beau. Il est composé de rillettes de canard avec des cornichons, de veau marengo et d’un moelleux aux châtaignes.

Nous partons en minibus Renault Trafic pour l’église Saint-Marcel de Sireuil que nous visitons rapidement. Saint-Marcel est statufié avec son dragon au pied. Un gros monument en béton au carrefour célèbre « la Vénus de Sireuil » – qui n’a rien d’une Vénus – découverte par hasard en 1900 sous la roue d’une charrette dans l’ornière d’un chemin. C’est une femme de 91 cm de haut d’il y a 25 000 ans aux attributs féconds hypertrophiés, sculptée dans un calcaire translucide. On y admire surtout des seins, un ventre, un pubis et des fesses. Ni tête, ni membres – pas utile pour pondre. Les féministes d’aujourd’hui doivent enrager.

Nous prenons ensuite un chemin forestier jusqu’au château, à quelques heures de marche surtout dans la forêt. Nous sommes sous le charme, mais aussi sous le chêne, le châtaignier, le merisier, et l’érable de Montpellier aux feuilles plus petites que l’érable habituel. La forêt est entretenue et il y a de l’essartage par endroit. Nous sommes toujours à l’ombre et la chaleur est lourde, nous faisant transpirer et consommer largement le litre et demi d’eau emporté pour la journée.

Le château de Commarque, sur la rive sud de la Beune, n’est pas initialement un château défensif mais un lieu de pouvoir et de prestige. La première tour a été construite au XIIe siècle pour marquer le territoire, ensuite seulement le château alentour lorsqu’il s’est agi de se défendre contre les Anglais durant la guerre de 100 ans. Le terme « Anglais » n’implique pas des gens venus de l’île de Grande-Bretagne mais le plus souvent des Français partisans du duc de Gascogne qui était aussi roi d’Angleterre. Des parties du château étaient confiées à des « capitaines », chevaliers ou non, chargés de défendre leur point tandis que le donjon constituait le rempart ultime. Vers 1170, le seigneur fut capturé par traîtrise. La rançon demandée était énorme et la famille a perdu le château. Il a été racheté par des descendants depuis 1250 de la famille des Commarque.

Nous montons au plus haut du donjon où l’on a un sentiment de puissance en même temps qu’un certain vertige qui prend aux reins. Le dernier escalier est sur le vide, malgré des rambardes métalliques. Collés comme des chancres sur les murailles, des chiottes ouvertes sur le vide permettaient d’emmerder les ennemis. Elles étaient placées en décalé d’un étage à l’autre pour ne pas que le chieur du dessous en prenne sur la gueule. Ingénieux ! On les voit très bien depuis le pied du rempart.

Depuis le bas, trois étages coexistent : une grotte préhistorique avec des animaux gravés dont un superbe cheval ; un abri sous roche juste au-dessus qui a servi d’habitation au Moyen Âge ; enfin le château lui-même édifié sur les rochers par-dessus. Un petit film sur la grotte, aujourd’hui inaccessible au public car trop étroite, montre les gravures et la topographie. En face, sur le flanc de l’autre colline, s’élève le château de Laussel, sur l’autre rive de la Beune, datant du XVe siècle avant des remaniements au XIXe. Nous n’irons pas.

Bruno notre guide est venu souvent en vacances lorsqu’il était enfant puis adolescent depuis Bordeaux. Sa famille était du coin. Il a joué dans les ruines, bien conservées car loin de tout village qui aurait pu piquer les pierres et s’en servir de carrière pour bâtir la maison. Le lieu a été recouvert par la végétation jusque dans les années 1960. La tour a été condamnée longtemps, après la mort de deux scouts tombés depuis le haut lors d’un jeu de nuit. C’était l’époque de La bande des Ayacks, amitiés garçonnières, jambes nues et chemise ouverte.

Catégories : périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Lascaux IV la grotte

Nous pénétrons sous les voûtes bétonnées où les peintures ont été reconstituées. Le plafond de la grande salle est une « Chapelle Sixtine de la Préhistoire », selon l’abbé Breuil, rappelle Enzo. La tendance actuelle n’est plus au structuralisme à la Leroi-Gourhan comme durant mes études, mais à considérer plutôt les analogies. Il semble que les animaux représentent les saisons, notamment les trois principales, le printemps étant trop rapide pour être mentionné. Des animaux sont croupe à croupe en position d’amour, l’un est laineux comme en hiver et l’autre non, comme en été. Il y a sur les murs des peintures d’aurochs, de chevaux, de bouquetins et de cerfs, mais pas de rennes, pourtant les animaux les plus chassés.

Il y a aussi un ours griffu, animal qui faisait peur parce qu’il vivait dans les grottes. Mais pas de mammouth, animal trop imposant pour être véritablement chassé. Il n’était récupéré que lorsqu’il mourait de mort naturelle, dit le guide-étudiant. Je trouve cette affirmation bien péremptoire, il est parfaitement possible de piéger un très gros animal en creusant un trou dans le sol comme le faisaient encore récemment les pygmées d’Afrique pour les éléphants. Mais Enzo régurgite le savoir qu’il vient d’apprendre. Il existe à Lascaux des milliers de gravures en plus des peintures, même si elles sont moins visibles.

Les peintures sont composées en trois couleurs, l’ocre jaune, l’ocre rouge, le manganèse noir, ainsi que d’argile blanche. Elles étaient broyées au galet sur un mortier en pierre et apposées au pinceau ou en soufflant à travers un os creux. Les traits gravés l’étaient au silex. Certains motifs sont faits au pochoir en soufflant de la peinture dessus. Tous les traits sont tracés sans remords, à main levée, démontrant une très fine observation des animaux. Les artistes s’éclairaient aux lampes à graisse, creusées dans un bloc de calcaire ou de grès.

Dans un puits figure un humain à tête d’oiseau renversé par un aurochs blessé. L’animal a une flèche dans le flanc et l’homme la sagaie à terre. La tête d’oiseau, qui était interprétée auparavant comme le masque d’un sorcier, est aujourd’hui considérée comme le tabou de représenter un visage humain.

L’art des cavernes est un art intime d’expérience humaine. Il montre une empathie unique avec les animaux, vecteur d’une vision du monde quasi panthéiste. Les dessins et peintures sont médiateurs de la beauté ressentie due à la connaissance du réel. Il s’agit d’un art « normal », traditionnel, visant à embellir le quotidien plutôt qu’à augmenter son ego ou à spéculer sur ses œuvres. Un art d’artisans mais aussi de mages, intermédiaires entre la réalité et l’idéal, le monde tel qu’il est et l’humain tel qu’il se ressent.

Le musée se termine par quelques salles d’artistes contemporains inspirés par Lascaux. Ce sont des œuvres très Mini Cult emplies de couleurs comme à l’école maternelle et il faut aimer. Je ne suis guère convaincu. La sortie est inévitablement encombrée par l’inévitable boutique de « souvenirs » où l’on vend de l’apéritif de noix ou de figue et même du « whisky de Lascaw » de 5 ans d’âge ! C’est la mode : désormais n’importe qui fabrique sa propre bière et son propre whisky n’importe où.

Catégories : Archéologie, périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Lascaux IV

L’autoroute A10 puis la voie rapide A20 jusqu’à Limoges me permettent de mettre 3h30 pour 15 €, avant de passer le reste du temps sur les petites routes, dont la D702 qui passent par Saint-Yriex. Lascaux est indiqué à partir de Montignac. Je rejoins les autres sur le parvis du nouveau musée.

Nous effectuons la visite guidée en groupe avec des appareils audio au-dessus des oreilles qui permettent d’entendre très bien le jeune guide. Nous sommes au moins 25 personnes. Enzo, étudiant presque rachitique vêtu de noir, nous montre qu’il n’est pas du tout comme l’homme de Cro-Magnon qui a peint cette grotte. Pour lui, en effet, Cro-Magnon découvert aux Eyzies-de-Tayac mesurait plus d’1m80 et était très musclé – tout son opposé. Ce sont les dernières tendances de l’anthropologie qui tendent de plus vers Rahan que vers le modèle bestial du XIXe siècle. Pour mémoire, Cro-Magnon signifie « trou de Monsieur Magnon », la grotte où l’on a trouvé les premiers restes. L’homme de Cro-Magnon est un Homo sapiens sapiens identique à nous-mêmes qui vivait à Lascaux il y a 21 000 ans.

Nous effectuons une longue visite de la grotte reconstituée, plus complète que la reproduction précédente que j’avais visitée il y a 25 ans. Nous sommes le 12 septembre 2021, soit exactement 81 ans après le jour de la découverte, le 12 septembre 1940, par quatre adolescents, Georges Agniel, Simon Coencas, Jacques Marsal, Marcel Ravidat. Si Lascaux 1 est la grotte originelle fermée au public en 1963, Lascaux 2 la première reproduction partielle effectuée début des années 1980, Lascaux 3 est une exposition en kit qui parcourt le monde et se trouve aujourd’hui à Liège en Belgique, tandis que Lascaux 4 est le musée aménagé à la façon contemporaine de l’autre côté de la colline où se trouve la grotte, avec deux vastes parkings.

Nous commençons par un film qui reconstitue le climat des quatre saisons. La glaciation de Würm le rendait froid, plus sec que la Scandinavie actuelle. Il donnait des plaines herbacées de graminées, de fougères et de centaurées avec de rares arbres, bouleaux et pins sylvestres. Les vallées de la Beune et de la Vézère offraient des points de repère tandis que le creusement des eaux avait donné des falaises calcaires au pied desquelles il était aisé de s’abriter, sans compter les abris sous roche et les grottes. Mais rien qu’une paroi permet de renvoyer la chaleur d’un feu si l’on place un paravent de peau devant.

Un lion des cavernes de 6 m de long saute sur une bichette pour la plus grande terreur des enfants s’il y en avait eu. Mais ils sont à l’école. Il y a dans notre groupe que des étrangers, des retraités ou carrément des vieux. L’hiver, il faisait -20°, l’automne -4° et l’été plus 15° seulement, nous dit-on. Il fallait donc des calories à manger et se vêtir chaudement les trois-quarts de l’année. Pas de sauvages nus glapissant en hordes, mais une vie sociale organisée en clans d’une trentaine de personnes peut-être, avec du temps pour penser, parler et peindre. L’art des cavernes et en effet un art, beaucoup plus qu’une pratique chamanique pour exorciser les démons ou favoriser la chasse. Du moins peut-on le supposer en analysant les compositions des peintures et des gravures.

Catégories : Archéologie, périgord, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire