Nils Blanchard, Elmar Krusman – Un Suédois d’Estonie au camp de concentration du Struthof

Nils Blanchard est prof d’histoire-géographie ; nommé en Alsace, il s’est intéressé à l’histoire du camp du Struthof, exactement le K.L. Natzweiler. Le seul camp implanté par les nazis en France.

D’origine suédoise par sa mère, Nils (comme le personnage de Selma Lagerlöf) a « été interpellé » par la présence d’un déporté suédois d’Estonie, Elmar Krusman.

Il choisit une victime comme « ambassadeur de cette humanité martyrisée » des camps qu’il explique à ses élèves, prétexte à rendre plus affective l’étude du système concentrationnaire. Cet exemple montre qu’il n’y a pas que les Juifs qui soient passés par les camps, ni y ont péris. « Près d’une trentaine » de nationalités aussi : Suédois, Norvégiens, Estoniens, Baltes, Européens de l’Est, Alsaciens réfractaires, Néerlandais, Anglais, Tsiganes… sans parler des homosexuels, des communistes, des résistants. L’histoire individuelle permet d’ancrer les événements dans la grande histoire, et de mieux la mémoriser via l’émotion suscitée par un destin personnel.

La Suède est restée neutre durant la Deuxième guerre mondiale mais l’origine estonienne du Suédois a elle aussi « interpellé » les nazis qui l’ont interné.

Après une introduction sur l’histoire de cette minorité ballotée dans l’histoire, l’auteur aborde le destin d’Elmar dans son contexte. Sa jeunesse d’abord. Il est né en 1921 et a donc 19 ans en 1940. Ses parents étaient fermiers et lui est devenu tailleur après l’école de base. Il a été arrêté dans l’imprimerie d’Hapsal où il travaillait. Le jeune homme avait été fiché comme sympathisant communiste pour avoir assisté à des réunions de Komsomol lors de la première occupation soviétique des pays baltes. Il a été arrêté vraisemblablement vers fin septembre 1941, peut-être par dénonciation pour avoir fricoté avec les Komsomol et peut-être pire encore, mais ce sont des accusations gratuites pour faire bon poids dans les motifs de la Sipo (« Service de sécurité »). Elmar est condamné à 1 an, puis à 3 ans, passant par la prison de Tallin où étaient détenus les prisonniers les plus politiquement suspects, avant le transfert en bateau au camp du Struthof le 1er septembre 1944.

Suit une étude des divers camps et leur rôle de main-d’œuvre comme de punition – objectifs nazis contradictoires. Sous-alimentés, malades et battus, les « travailleurs » sont peu efficaces tandis que le sadisme et la cruauté de certains kapos, militaires inaptes au combat ou jeunes civils, abîment la main d’œuvre cruciale pour servir les objectifs du Reich. Le plan Wuste crée sept camps extérieurs au Struthof et dix sites de production du schiste bitumineux pour produire du carburant le long de la ligne de chemin de fer Tübingen-Rottweil. Le jeune Kusman de 24 ans, affecté à l’exploitation dans le froid et l’humidité mourra en mars 1945 d’épuisement, de maladie ou de violences (ou peut-être des trois).

Pour conclure, l’auteur s’interroge sur la validité des témoignages d’époque. Précieux, ils sont à prendre avec précaution et doivent être recoupés par d’autres sources. Les erreurs possibles sont innombrables, sur l’orthographe des noms, les dates, les faits, les omissions, les déformations du souvenir. La distance déforme et la répétition des erreurs de copie égarent.

Ce livre n’est pas un roman mais un essai historique. Il cherche à humaniser le souvenir de la barbarie pour mieux s’en souvenir. A l’époque où les tendances nazies reviennent – en Ukraine après la Syrie ou l’Irak – où les commandos de fanatiques arborent avec fierté la croix gammée qui leur permet toutes les audaces cruelles ou sexuelles (comme le groupe Wagner, le bataillon Azov, les tortionnaires du laogai ou les suprématistes blancs américains ou français), il n’est pas inutile de décrire avec une précision d’entomologiste les détails des buts, de l’organisation et de la fin de ces groupes hors humains qui se croient supérieurs et martyrisent à plaisir leurs victimes esclaves. Bien sûr, le style n’est guère fait pour attirer les adolescents de collège mais le métier d’historien y gagne.

Nils Blanchard, Elmar Krusman – Un Suédois d’Estonie au camp de concentration du Struthof, Editions L’Harmattan, collection Mémoires du XXe siècle, 2021, 169 pages, €18.00 e-book Kindle €13.99

Catégories : Géopolitique, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :