Articles tagués : ecouter

Comment bien conseiller

Rien de plus difficile que de donner un conseil. Selon les cas, il sera pris pour une leçon, une pression, un jugement. Le conseilleur n’étant pas le payeur, il doit rester humble. Qui sollicite un conseil n’est pas forcément perdu mais surtout embrouillé. Le bon conseil est celui qui remet les idées en place pour décider aussi sereinement que faire se peut.

Première chose à conseiller au conseiller : ÉCOUTER.

Les besoins exprimés sont souvent confus ou contradictoires, mal formulés ou pas pour tout de suite. Le bon conseil est celui qui est UTILE et au BON MOMENT. Exprimez ce qui vous préoccupe, mettez tout sur la table, nous trierons ensemble.

Deuxième chose : COMPRENDRE.

Le type d’analyse désiré n’est pas le même suivant les besoins de la personne qui demande conseil. S’agit-il de lister les pour et les contre ? De supputer les conséquences d’un choix ou d’un autre ? De prendre une posture ? De décider et de voir ?

Troisième chose : QUELLE EST LA VRAIE QUESTION ?

Trop souvent, celui qui demande conseil ne sait pas trop ce qu’il cherche. Comme les trains ou les histoires, la question peut en cacher une autre. Par exemple un placement : est-il pour faire fructifier son argent ? Pour gagner gros et vite ? Pour contrer l’inflation ? Pour échapper à l’impôt ? Pour transmettre à ses enfants ? Pour un projet d’investissement futur ? Parce qu’on n’aime pas voir l’argent dormir ?

Quatrième chose : DE QUELLES INFORMATIONS A-T-ON BESOIN ?

Le questionneur comme le conseiller ont-ils tous les renseignements nécessaires pour analyse et répondre ? Que manque-t-il ? Que faudrait-il savoir ?

Cinquièmement : QUELLE EST LA POSITION DE BON SENS ?

Existe-t-il un consensus social sur « ce qu’il faut faire » en pareil cas ? Un guide moral ou familial ? Un raisonnement réaliste en mettant tout à plat, en décortiquant chaque étape, peut certainement aider à y voir clair et à décider après débroussaillage de la vraie question.

Sixièmement : QUELLES SONT LES LIMITES ET LES INCERTITUDES ?

Décider n’est jamais la résultante d’une formule mathématique qui, partant d’un point A et usant d’une équation, peut logiquement et imparablement aboutir à la décision B. IL existe des incertitudes, des limites, des faiblesses. Les comprendre aide à décider car cela aide aussi à prendre ses propres responsabilités.

Septièmement : NE PAS CONFONDRE CONVICTION ET RESPONSABILITÉ

Ce sont là deux éthiques qui ne se recouvrent pas, deux champs qui peuvent entrer en contradiction. Max Weber en a fait un livre célèbre, Le savant et le politique, dans lequel il distingue l’éthique de conviction, fondée sur « la vérité » ou « les valeurs » – et l’éthique de responsabilité, qui est celle du décideur, toujours en position d’incertitude. La première s’en tient aux Grands principes, la seconde examine les conséquences réalistes de ses décisions. Selon François Jullien, Un sage est sans idée parce qu’il n’en a pas de préconçues. Il est sans parti pris, donc ouvert. Cela s’applique à tout le monde, s’il veut avancer.

Huitièmement : QUELLES SERONT LES CONSÉQUENCES ?

Aucune décision n’est juste à cent pour cent. Tout choix implique des impasses et des impacts sur les uns et les autres, sur sa propre vie, ses habitudes. Les « stress tests » permettent de déployer le réel dans toutes ses possibilités

C’est de tout cela qu’est fait le « conseil ». Qu’il soit à l’usage d’un ami, d’un parent, d’un collègue – ou d’une entreprise, d’un personnage politique, d’un client, d’un étudiant, le conseil se doit d’être à la fois humble et éclairé. Humble parce que celui qui conseille n’aura pas à assumer les décisions ; éclairé parce qu’il importe que le conseil donné soit bien compris.

Ce n’est pas simple. Mais rien n’est simple de ce qui est humain.

Catégories : Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire