Articles tagués : roi chaan-muan

Bonampak

Nous ne sortons de la jungle que pour entrer dans le site de Bonampak, découvert en 1946 par le cinéaste Giles Healey. Nous sommes toujours dans la vallée du rio Lacanja qui a donné son nom au village lacandon. Une vaste place rectangulaire mène à une colline aménagée en terrasses successives aux marches hautes et usées. Sur la place, une grande stèle représente le roi Chaan-Muan qui n’a été gravé là qu’après être passé entre les mains de ses coiffeuses. Très fier de lui, ce roi s’est fait représenter encore deux fois sur la première terrasse, lors de son accession au trône en +776, puis entouré de deux femmes qui pratiquent l’autosacrifice. Il s’agit de faire couler son propre sang, en général de la langue, de la poitrine ou des bras, par des mutilations à l’aide d’épines végétales ou d’un aiguillon de raie.

Mais le principal n’est pas là. C’est sur une terrasse isolée sur la droite de l’acropole, dans trois anfractuosités en forme de salles obscures, que se révèlent les peintures. Ce sont des fresques élaborées à l’occasion de la désignation de son héritier par le roi, donc vers 790. Les couleurs ont été appliquées sur de l’argile lissée, au-dessus d’un support humide de chaux mélangé à de la poudre de quartz volcanique.

Le résultat est une suite de scènes fraîches, d’une grande vivacité. La première salle présente l’enfant-héritier, qui n’est pas le fils mais un neveu du roi, aux nobles assemblés. La seconde salle figure l’inévitable bataille destinée à recueillir de futures victimes pour les sacrifices sanglants aux dieux. La cité de Lacanja y participe aux côtés du roi Chaan-Muan. La troisième salle, la plus à droite, représente la fête en son plein avec cérémonie du feu et autosacrifices par l’héritier et par « ses femmes » – bien qu’il soit encore enfantelet. Cette fresque n’a jamais été achevée, trace fugitive marquant la brièveté de la gloire comme du règne des hommes.

Le site est désert, sauf les deux « étudiants » fainéants qui, vautrés sur la terrasse, sont chargés officiellement de vérifier que les touristes ne prennent pas de photos au flash et n’entrent pas trop nombreux à la fois dans les alcôves. Il s’agit de ne pas abîmer les fresques par la lumière crue et le gaz carbonique. Un couple d’Allemands vient de quitter le site à notre arrivée et une famille de Français arrive en 4×4 lorsque nous partons.

Catégories : Mexique, Voyages | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire