Expressions félines

Ce petit livre ravira les amateurs de chats (13 millions de bêtes estimées en France) et sera utile aux puristes de la langue qui cherchent à connaître le sens des expressions.

L’auteur, qui aime les chats et écrire sur chats et enfants, recense 84 expressions du français. Elle intègre certes quelques expressions québécoises, tout à fait justifiées, mais aussi des expressions anglaises et même colombiennes, donc « traduites ». Est-ce un effet de la globalisation du langage ? Utilise-t-on vraiment comme proverbes des expressions mot à mot de l’anglais comme « il pleut des chats et des chiens » ? J’ai quelque doute.

De même avec certains proverbes : ne dit-on pas « curieux comme une vieille chatte » ? Or l’auteur se contente de « curieux comme un chat »… ce qui est curieux pour une auteurE femme qui devrait s’empresser de féminiser tout ce qu’elle dit par tendance. Est-ce aussi pour cela qu’elle fait une impasse totale sur le terme « chatte » utilisé pour le sexe féminin dans certaines expressions ? Ou qu’elle évite le sens évident de l’expression « aux vilains matous les belles chattes » ? Il suffit de penser à Serge Gainsbourg et Jane Birkin ou à la Belle et la Bête, mais non, l’auteur se noie dans les phéromones. Ce ne sont là que doux reproches sur un ensemble qui intéresse.

J’ai eu le plaisir de découvrir des expressions félines qui, même si elles sont peu utilisées (voire jamais) sont bien trouvées. Comme « on commande au valet, le valet au chat et le chat à sa queue », qui signifie cause toujours, chacun compte sur autrui pour exécuter l’ordre. Ou « aller comme un chat maigre » qui veut dire courir très vite : on visualise sans peine un adolescent énervé d’énergie. Et au Québec « lâcher la queue du chat » qui fait référence au parrain ou marraine pour la première fois, et dit donc qu’il faut marcher sans tuteur en prenant la responsabilité du petit, filleul ou filleule.

Le lecteur trouvera encore les expressions… expressives comme « le chat fourré » pour le magistrat engoncé dans son hermine ou seulement bien-portant (on dit aussi « le greffier »), ou « faire la chattemite » que Mitterrand a remis au goût du jour – pas seulement pour le double t de son nom. « Avoir l’air d’un chat fâché » vous montre immédiatement la tête du type – un proche de l’air chafouin (expression non reprise par l’auteur, un oubli ?).

Un joli petit livre, chat(rmand) et pas chat(grin).

Brigitte Bulard-Cordeau, Expressions félines expliquées, collection Les subtilités du français, éditions du Chêne 2017, 93 pages, €4.90

 

Catégories : Chats, Livres | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :