Récitations de cours préparatoire

J’ai retrouvé mon cahier de récitations du cours préparatoire, pour l’année scolaire 1962. En le relisant, j’ai revécu les premières impressions fortes que m’ont données les mots. Dans ces vieux cahiers traditionnels lignés de bleu pastel, avec leurs marges verticales en rouge, où l’on devait écrire à la plume Sergent-Major et à l’encre violette trempée dans l’encrier de porcelaine, gît désormais mon amour du langage avec sa fraîcheur de première fois.

Oui, les grands poètes sont vitaux pour les enfants de 6 ans, autant que le soleil et l’eau fraîche, presque autant que le les baisers d’une mère ou la main ferme d’un père sur l’épaule. J’en témoigne.

C’est Lamartine qui m’a appris la sensualité des mots. Les pampres, les grains dorés, les grappes de miel de son poème ont fondé en moi la notion du riche et du juteux. Les brumes, l’air rugueux et cru de Verhaeren, sont pour moi l’automne frileux à jamais, la poule appelant ses poussins sous l’aile comme ma mère, le soir venu, ou le chat auprès du feu. C’est encore la robe rousse de la forêt, les glands, les champignons de Samivel, les provisions que l’on engrange pour l’hiver, le bois que l’on rentre pour se chauffer.

La magie de l’hiver, je l’ai illustrée aux crayons de couleurs sur la page en face du poème de Béranger. Ce sont les fleurs scintillantes que dessine la vapeur gelée sur les vitres, la glace recouvrant les trottoirs, le froid et les flocons qui soulignent d’un trait doux les branches nues, comme une ombre jolie et mortelle qui descend du ciel gris.

Ce bois de pin de Régnier, sa verdure marine, sa chaleur qui fait suinter la résine – tout cela est pour moi la quintessence de l’été. Le sable et les coquillages dans l’odeur balsamique, la touffeur de l’air immobile qui fait se taire même la cigale, ivre de sommeil, sur l’écorce de pin chauffée, telle que je l’ai dessinée en brun et gris. Ainsi ai-je vu le cœur de l’été sous les mots de Paul Arène.

Quant au printemps, c’est la saison entre toutes que je préfère. Celle des deux jonquilles, trois anémones et de la mésange à tête blanche de Verhaeren. C’est l’époque du neuf et du fragile encore, du preste et du léger dans l’air vif. Bientôt, comme chaque année à cette saison, j’aurai un an de plus, et chaque printemps me fait le même effet de sève qui monte.

A 6 ans, l’âge où l’on ressent si fort, apprendre les mots des sensations, c’est déjà exprimer sa vie pour la vivre plus fort.

Catégories : Société | Étiquettes : , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :