Au pays imagine R

Un soir d’octobre, sur le quai du RER C.

Une mère et son fils de 7 ans attendent d’un train. Le petit s’ennuie. Il engloutit deux sucettes, feuillette son Journal de Mickey qu’il récupère dans le cabas de sa mère. Puis il le remet et veut aller voir sur le panneau à quelle heure arrive le bon train.

Sa mère : « non, c’est trop loin, reste ici !

L’enfant : « c’est le prochain train ?

– Non, celui qui arrive ne prend pas de voyageurs, c’est marqué.

– C’est pour les animaux, alors ?

– (Rire). Il ne prend pas de voyageurs, cela veut dire qu’ici il ne s’arrête pas, il en prendra plus loin, ou bien il va au garage… ».

Coïncidence de la logique enfantine et de l’imaginaire de cet âge. Dans le Journal de Mickey, les animaux parlent comme des humains ; pourquoi ne pourraient-il alors pas prendre le train ?

Bien sûr, l’enfant sait que ce sont des animaux qui n’existent pas, il n’en rencontre pas dans sa vie courante. Mais, quand on a 7 ans, on peut être un peu étourdi et mélanger les univers, la réalité et la fiction…

Catégories : Société | Étiquettes : , , , , , , ,

Navigation des articles

2 réflexions sur “Au pays imagine R

  1. Pas ces trains-là, ce sont des trains de banlieue qui transportent les moutons travailleurs de leur lointaine banlieue pas chère au centre de la capitale trop chère.
    Quant à la carte ImagineR, c’est un produit marketing du réseau ferré d’Île-de-France. https://www.imagine-r.com/

    J'aime

  2. Sait-il qu’en réalité les trains transportent des animaux à tuer, à découper et à manger? (Délicieux!)

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :