Jacques Attali ou l’écologie pour les autres

Jacques Attali livre un bien intéressant article dans le journal les Échos du 5 mars. Il relate son expérience personnelle d’un voyage en avion aller-retour à l’autre bout de l’Asie. Ce témoignage est doublement intéressant en ce qu’il montre concrètement le laxisme des contrôles et des gestes barrières de la part de ceux qui prennent l’avion, et combien l’écologie est toujours pour les autres mais surtout pas pour les élites qui se croient le sel de la terre.

Les contrôles des multiples documents demandés à Roissy se font à la va-vite, sans regarder. Cet état de fait me rappelle les « contrôles » à l’embarquement pour les Etats-Unis juste après les attentats du 11-Septembre. Ils étaient effectués à Roissy par… des Arabes ! Il est vrai que les sociétés de sécurité attirent les sans-diplômes et que la perspective d’avoir un petit pouvoir attire les délaissés des banlieues. Les Américains, pas idiots, complétaient ce soi-disant « contrôle » anti-islamiste par des musulmans par un second contrôle avec du personnel à eux. Ils se méfiaient, à juste titre, du laxisme français qui édicte des Règles et croit que leur seul énoncé fait peur à tout contrevenant. Les protestants n’ont pas cette crainte révérencieuse du Dieu tonnant qui assène ses Commandements sous peine de griller en enfer pour l’éternité : ils vérifient.

Selon Attali, les queues à l’embarquement de Roissy, pourtant quasi vide depuis un an, seraient dignes du métro parisien juste avant 18 heures (heure du couvre-feu), les « papiers » passant de mains en mains sans gel ni gant avant d’être rendus à leurs propriétaires, tandis que la promiscuité des sièges d’avion côte à côte et des repas servis à bord qui permettent de manger sans masque et de converser comme si de rien n’était à trente centimètres de la tablette qui renvoie les postillons sont considérés comme « normaux ». Pas question d’un siège sur deux ni de masque obligatoire. Les compagnies aériennes, si elles veulent sortir du marasme suscité par la pandémie et attirer à nouveau des clients, devront sans tarder se mettre sérieusement à faire respecter les mesures désormais banales contre la pandémie de Covid-19 (et des suivantes) : la distance permanente, l’organisation de l’embarquement, le gel et le masque systématiques. Pour ma part, au vu de ces témoignages, je ne suis pas prêt de reprendre l’avion !

Jacques Attali avoue ingénument avoir fait un aller-retour en deux jours pour aller à une réunion en Asie, c’est-à-dire à l’autre bout de la terre. Lui qui prône l’écologie pour tout le monde, il s’en dispense manifestement. Ce voyage probablement inutile, qui aurait pu être remplacé par une visioconférence, a consommé du carburant fossile qui devient rare et engendré des kilos de gaz carbonique qui dégrade le climat. Mais Jacques Attali n’en a cure, l’écologie, c’est pour les autres. Lui se targue d’appartenir à une élite hors-sol d’hypernomade – c’est lui qui le dit en 2010 –, probablement élu par Dieu lui-même pour commander par leur intelligence supérieure aux autres hommes et leur indiquer la « bonne » voie à suivre. Mais ces Commandements ne s’adressent qu’aux autres, pas au prophète lui-même. L’écologie c’est donc très bien, cela fait quinze ans que Jacques Attali la prône en économie et pour la planète, mais lorsqu’il s’agit d’agir concrètement dans sa vie personnelle, pas question.

Cet homme expert, sur éduqué et très influent qui a écrit un nombre étonnant de livres, souvent composé à partir de fiches de lecture concoctée par des petites mains qui l’admirent, a accouché de trois présidents en moins de dix ans. Sherpa de François Mitterrand, il est devenu ami avec Nicolas Sarkozy, a eu sous ses ordres François Hollande et Emmanuel Macron. C’est d’ailleurs lui qui a présenté l’actuel président au précédent, dans son propre appartement. Ces états de service le dispensent probablement, à ses yeux, de mettre en conformité ses actes quotidiens avec la morale qu’il prône. Un voyage aller et retour en avion en Asie sur deux jours n’a rien d’écologique, loin de là – un trajet aller-retour Paris-Pékin correspond à un bilan carbone d’une année de chauffage d’un foyer moyen – mais peu importe. Jacques Attali fait partie de ces hypernomades qui croient penser le monde global et se dispensent ainsi de penser leurs actes quotidiens, sans doute trop triviaux pour l’importance de leur mission.

Son témoignage dans les Échos, que je vous invite à lire, prouve deux choses : que les avions sont infects et que l’écologie c’est pour ceux qui y croient.

Catégories : Economie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Jacques Attali ou l’écologie pour les autres

  1. alainrivier

    Jacques Attali est un mondialiste et un universaliste dangereux.
    Ces théories sont à bannir et utopistes.
    Alain RIVIER

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :