Palenque 1

Le bus nous conduit, par une riante matinée, à l’entrée du site de Palenque que nous devons visiter avant les grosses chaleurs du jour et l’afflux des touristes. Voilà un site enchanteur tel que je les rêvais dans mes lectures d’enfants, de vieilles pierres monumentales érodées, une jungle proliférante au-dessus et alentour, les mystères des rites oubliés…

Bob Morane, dans les années soixante, y situait quelques-unes de ses aventures fortes en action et saines en morale, exaltantes pour les gamins de 12 ans. Les photos de quelques têtes mayas parues en noir et blanc dans la vieille revue « Archaeologia » ont entretenu ma flamme d’archéologue en herbe et décidées de l’embryon d’une vocation. Les gravures romantiques de Frederick Catherwood, anglais emmené par son copain américain John Lloyd Stephens en 1840, me séduisent toujours. « Aux confins septentrionaux du pays lacandon, où la montagne couverte de forêts vient s’achever en contreforts et en gradins qui dominent la plaine marécageuse, les monuments gris et dorés de Palenque se détachent sur le moutonnement vert de la jungle », écrit joliment Jacques Soustelle dans son livre Les Quatre Soleils, p.93).

Et cela est exact : nous pénétrons dans un bois clairsemé au-delà duquel nous pouvons apercevoir une partie des 15 hectares fouillés sur une superficie évaluée à 16 km². « Palenque » signifie « maisons de pierres fortifiées », traduction espagnole du mot chaol « Otulum ». Le site aurait été occupé de -100 à +900 avec son apogée au 7ème siècle sous le roi Pacal pendant 46 ans, auquel a succédé son fils durant 18 ans. Le déclin de la cité commencera quand le successeur du fils sera vaincu par le roi de Tonina et décapité selon les rites. Des peuples venus du golfe du Mexique affaibliront progressivement la ville continentale jusqu’à son abandon. Cortès ne l’a pas vue durant son périple. Le père de Solis, venus évangéliser, la redécouvrira en 1746, un capitaine la mutilera de quelques sculptures en 1786 pour le compte du roi d’Espagne, le comte aventurier français Jean Frédéric Maximilien de Waldeck y passera un an en 1832, à 66 ans, pour dessiner les ruines. Après s’être remarié pour la troisième fois avec une anglaise de 17 ans qui lui donnera un fils, ce Vert-galant Waldeck qui a connu Bonaparte s’éteindra à l’âge de 110 ans à Paris, rue des Martyrs. On dit qu’il mourut en se retournant vers une jolie femme !

Mais ce seront Stephens et Catherwood, en 1840, qui révèleront Palenque au public – surtout américain – en publiant leur récit de voyage. Il est vivant, sensible et imagé, illustré de gravures réalistes ; il se lit encore agréablement aujourd’hui. « Nos Indiens crièrent « el palacio ! » et nous vîmes, par les éclaircies de la forêt, la façade d’un grand édifice dont les piliers étaient ornés de personnages en stuc, aux formes curieuses et raffinées. Des arbres avaient cru tout près et leurs branches pénétraient dans ses ouvertures. Unique par son style et l’effet qu’elle produisait, cette extraordinaire structure nous frappa par sa beauté funèbre. » (1841, édition française Pygmalion 1997, p.131 – on ne le trouve plus aujourd’hui qu’en anglais) John Stevens était né à Boston en 1805. Les fouilles scientifiques du site n’ont débuté qu’en 1949 et se poursuivront longtemps.

Seuls deux guides parlant français officient sur le site aujourd’hui. Vacances scolaires et afflux de troisième âge oblige, ces deux-là sont pris par d’autres groupes. Nous aurons un guide espagnol que Thomas s’efforcera de traduire. Curieusement, le troisième âge en retraite part le plus souvent « comme d’habitude », durant les vacances de tout le monde – encore un signe de la répugnance typiquement française à refuser toute adaptation, même des plus cartésiennes.

Le guide me lasse vite, reproduisant sans distance les scies et préjugés populaires sur l’érection des pyramides. Rendons-lui cette justice : nous échappons quand même aux forces extraterrestres. Les explications sont toujours trop longues pour mon impatience à découvrir et trop scolaires pour moi. Je préfère voir en premier et approfondir en second, si possible auprès de gens qualifiés et, à défaut, de livres. Seuls les livres sont pensés et construits.

Les commentaires commencent devant le temple de la Calavera. Ce terme signifie « bambocheur » mais aussi « tête de mort » ; l’attribuer à ce temple montre que l’on y a découvert un relief en stuc de crâne modelé sur l’un des piliers de la galerie. Pour les amateurs de chiffres, la tombe contenait 670 pièces de jadéite, aujourd’hui au musée du site, un vrai trésor ! Mais le roi Pacal a sa vraie tombe dans le temple en pyramide d’à côté, dit « des Inscriptions ». Elle fut découverte en 1952 après 1269 ans de secret. Quatre hommes et une femme ont été sacrifiés en même temps que le roi et laissés là, dans le couloir funéraire, pour l’accompagner dans cet au-delà auquel la plupart des humains tentent désespérément de croire. La crypte renfermant le sarcophage de 3 m de long et pesant 20 tonnes a une voûte de 7 m de haut. Le Maître de Jade, à San Cristobal, a fait reproduire la tombe parce que de somptueux ornements de jade reposaient sur la poitrine, les poignets, les doigts et les oreilles du défunt. Un masque funéraire en mosaïque de jade recouvrait son visage, les yeux en coquille et obsidienne. Les deux têtes en stuc de Pacal à 12 ans (âge où il devint roi) et de Pacal adulte, pourtant sous le sarcophage, n’ont pas été reproduites. Seule la matière verte intéresse Herberto. La pyramide a, selon les datations au carbone 14 des restes organiques, été construite après la tombe, en une vingtaine d’années.

Le fameux « palacio » sous les arcades duquel avaient campé Stephens et Catherwood en 1840, se visite en groupe. 100 m de long, 80 m de large, 10 m de haut, il comprend deux cours, une tour de 15 m de hauteur et une série d’édifices dont les usages restent obscurs. Des reliefs en stuc montrent le fils de Pacal, Chan-Bahlum, dansant devant sa mère. Dans la cour de la Maison A, ce sont des captifs agenouillés qui se soumettent. Des galeries souterraines, au sud, permettent de ressortir vers le rio Otolum. Une fois passé le pont, fin de la visite commentée, la liberté commence.

Catégories : Mexique, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :