Articles tagués : réemploi

Gavrinis

Nous avons une demi-heure de taxi depuis l’hôtel pour joindre le bourg de Locmariaquer d’où nous prendrons une navette pour l’îlot de Gavrinis. Nous en n’aurons autant le soir au retour. Le bateau à moteur pour Gavrinis et son tumulus ne comprend pas seulement notre groupe mais aussi plusieurs autres touristes.

Nous accueille un jeune Clément, étudiant en Master d’anthropologie à Toulouse, venu faire ici de petits boulots. Son sujet était les rites funéraires bouddhistes au Vietnam mais le Covid et l’absence de bourse l’ont empêché de le poursuivre. Il s’est replié sur un sujet français, la comparaison des rites funéraires et des croyances en l’au-delà. Il est gentil, Clément, un peu timide et délicat d’expression.

Le tumulus de Gavrinis comprenait une chambre funéraire en forme de dolmen à couloir destinée à un personnage important, recouverte de pierres et de terre de façon à former un tertre visible de loin, marquant la puissance du personnage dans le paysage. Si la chambre fait environ 2m50 sur 2m50, le couloir de 13m10 est très long, supporté par 23 dalles support dont la plupart complètement ornées. Une hache pendeloque votive en jadéite a été découverte ici, désormais au musée de Carnac.

Le niveau de la mer était 8 m plus bas qu’aujourd’hui et le climat moins propice à l’éclosion d’arbres de grande hauteur. Ce genre de tumulus était donc visible à la ronde et marquait le pays et la société de son empreinte. L’îlot d’er Lanic, situé en face de Gavrinis, montre un hémicycle de monolithes dont une partie se trouve sous l’eau aujourd’hui. La mer, qui remontait lentement depuis -11000 ans aurait brutalement remonté lors de tempêtes, ce qui aurait cassé vers -4300 la civilisation prospère de Carnac fondée sur l’extraction et le commerce du sel.

Deux haches en jade trouvées dans la baie de Morlaix par un gamin et son père, plantées verticalement sur le rivage d’époque, montrent peut-être la fonction de limite symbolique opposées à la montée des eaux ; mais leur pouvoir sacré n’a pas agi. Les élites auraient dépéri et le système de signes qui formaient une pré-écriture comme dans l’Egypte antique, allant jusqu’à essaimer dans le massif de Fontainebleau selon Serge Cassens, n’aurait pas abouti. Peu à peu, les grands tertres tumulaires ont laissé la place à des allées couvertes, puis à de simples dolmens, montrant la moindre importance des rois mages et une certaine égalisation sociale faute de richesse échangeable.

Le principal attrait de Gavrinis est ses dalles gravées du couloir et de la chambre. L’archéologie expérimentale a montré que la gravure était un artisanat spécialisé. Il fallait préparer la surface du granit au percuteur de quartz avant de graver par percussion indirecte. Pour 1 cm de gravure, il faut à peu près 2 mn de travail, c’est dire le nombre d’heures qu’a nécessité la gravure sur les dalles de Gavrinis ! Nous pouvons voir la sinuosité des vagues et les tourbillons des courants, le serpentin des rivières, et sur la dalle L6 (6ème gauche) un arc, un carquois et des flèches, l’eau calme ondulée, les barges chargées d’homme accolées en miroir comme une porte vers l’autre monde. Il y avait les deux rivières d’aujourd’hui, celle venue d’Auray et celle venue de Vannes qui empêchaient les transports purement par la terre : le transport par grandes barges était donc probable. Mais sont gravées aussi des haches, un arc, des pointes de flèche. Tout est rempli comme par horreur du vide, ce trou noir inhumain qui caractérise la mort.

Des troncs de bois creusés en forme de pirogue monoxyles sont disposés le long du sentier menant à la jetée. Ils sont une reconstitution d’archéologie expérimentale des barques du néolithique.

La dalle la plus grosse qui couvre la chambre est un réemploi d’un menhir brisé de Locmariaquer. Sa face cachée, visible par un puits creusé depuis le sommet (réservé aux archéologues) comprend une partie d’une gravure qui subsiste à plusieurs kilomètres de là sur une stèle de couverture de la Table des marchands réemployée à Locmariaquer. Le style ne convenait pas aux nouveaux tombeaux. La stèle reconstituée montre un ovin et un bovin tournés vers la gauche, tout comme la hache emmanchée, et un cachalot tourné vers la droite, comme s’il fallait séparer symboliquement le monde terrestre des humains et celui infini de la mer.

Catégories : Archéologie, Bretagne, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire