Tahiti chante et bouffe

Kung hi fat choy, bonne année du lièvre ou du lapin. Il fait chaud 28°5C dans le fare, 83% d’humidité, un rhume carabiné, un ciel plombé. Après les mangues, ce sont les avocats en veux-tu, en voilà ; les caramboles, en veux-tu, en voilà ; les litchis chevelus, en veux-tu, en voilà. Si tu en veux tu te sers. Pour le moment je vis seule dans un grand fare de 100 m² avec pour seule compagne Grisette qui me fait l’honneur de m’autoriser à lui servir ses repas !

Préparée de longue date, reportée à cause de l’accident à l’œil de L., la lecture biblique adventiste a commencé lundi, pendant cette semaine de congés scolaires. Il faut trouver un endroit où dresser le chapiteau, il faut trouver une bonne âme pour fournir le courant, il faut transporter les chaises, propriété de l’église.

Le prédicateur est L. assisté de sa sœur T. qui traduit en tahitien. Sur l’écran, le rétroprojecteur diffuse les paroles des chants, les dessins, les photos, les versets de la Bible. La vidéo vous en donne un extrait, avec les paroles sur écran.

2011 02 chant tahiti hiata
envoyé par argoul.

Pendant une heure de 19 à 20 heures, les croyants, les curieux, les Autres écoutent. La chorale de l’église offre plusieurs chants à l’auditoire tandis que les enfants jouent, se lèvent, chahutent ; les mères essaient de les calmer pour un instant, ou les emmènent dans la voiture ou dans le fare s’il est proche quand ils crient trop !

Dans les districts, les gens sont heureux de trouver là une distraction. Les villages de Tahiti ne ressemblent pas aux villages français regroupés autour de l’église ou le temple, la mairie et l’école. Les habitations sont construites le long de la côte ou dans la profondeur des vallées. Elles s’étendent ainsi sur des kilomètres et ne bénéficient pas d’un « centre ». Un grand nombre d’auditeurs sous le  chapiteau sont protestants, mais l’Église adventiste leur apporte une lecture de la Bible qu’ils ne connaissent pas. S’ils vont à l’office le dimanche bon nombre de protestants ne possèdent pas même une Bible dans leur fare ou s’ils en ont une, l’ouvrent si peu !

Le prédicateur, qu’ils connaissent tous, doit toutefois dire et redire qui il est, le fils de, marié à, travaillant où, ayant eu un accident quand, etc. Cela alimentera les conversations à la maison ou dans le voisinage pendant quelques jours. Radio cocotier !

A la fin de cette semaine de lectures, de chants et de réflexions, les Adventistes offrent toujours du ma’a (de la bouffe) faite par eux-mêmes. Le jour de clôture, on devra  rajouter des chaises. Il y aura beaucoup de monde. Jeudi soir n’était pas le dernier jour mais c’était Le Jour. Il y avait le public habituel et qui sera encore là demain soir, mais tapis dans l’ombre… les vautours.

Dès que L. annonça la fin de sa prédication, des tables remplies de victuailles firent leur apparition, il y avait beaucoup de ma’a : sandwiches, crêpes, gâteau beurre, gâteau bananes, gâteau chocolat, canapés de toutes sortes, citerne de jus – à vue de nez pour au moins 100 personnes. Les auditeurs journaliers étaient chaque soir environ une cinquantaine. Petit problème : combien de vautours a-t-il fallu pour nettoyer le reste ? En 20 minutes, il ne restait plus une miette, plus un relief !

Connaissant la voracité, la rapacité des vautours (à deux pattes mais sans ailes), on ne met plus d’assiettes en carton à leur disposition. Du reste que ferait d’une assiette en carton un vautour ? Ils se servent des plats ou des couvercles des plats sur lesquels les donateurs avaient apporté le ma’a pour les remplir de toute la bouffe : six tranches de gâteau roulé.

Une femme enfourne une tranche dans sa bouche, saisit de sa main libre quatre autres tranches, avant de fondre sur le gâteau au chocolat. Elle prend une poignée de petits cubes, s’en enfourne deux dans la bouche, passe ainsi tous les plats en revue, enfin… ceux sur lesquels sa voisine ou cousine n’a pas pillé ! Dur, dur pour les invitants de retrouver leurs plats marqués de leur prénom et nom sauf si un gamin a eu la bonne idée d’aller chercher une gamelle chez lui !

Je suis fiu d’entendre les moteurs de la tondeuse et de la débroussailleuse qui coupe le gazon depuis des heures. Après cette évocation de bâfrerie, je vais aller m’oxygéner !

Niu niu

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Une réflexion sur “Tahiti chante et bouffe

  1. Angelique Blondel-Misbare

    28,5°C?
    Je peux venir?
    Ces photos sont splendides 🙂

%d blogueurs aiment cette page :