La mer en jachère à Tahiti

Rahui signifie ‘jachère de la mer’. C’est une pratique ancienne en déclin dans nos îles. Les anciens ma’ohi possédaient le souci de protéger leur environnement, de préserver les ressources marines. Ils avaient instauré une pratique simple d’interdictions afin de garantir la survie de leur communauté : le rahui. Il leur suffisait d’interdire la pêche de certaines espèces pour laisser à celles-ci le temps de se multiplier. On rouvrait  ensuite la pêche sur un secteur donné, pour un temps donné, pour une ou plusieurs espèces données.

Aujourd’hui, les habitants de l’atoll sont approvisionnés par goélette de denrées diverses et les ressources de la mer ne sont plus indispensables. Néanmoins on collecte sans se soucier des conséquences. Le manque de transmission des savoirs des anciens, de leurs usages, est aussi la cause. Toutes les espèces sont touchées par des prises incontrôlées : poissons, oiseaux, crustacés, crabes de cocotier… On ne se soucie pas de la taille minimale des prises, des périodes de reproduction, le filet ramasse tout. Sur un de ces atolls perdus dans le vaste océan, une femme se plaignait du passage de la goélette seulement tous les 30/40 jours. Il arrive que la boutique du Chinois manque de provisions. « Vous vous rendez compte lorsqu’il n’y a plus rien sur ses rayonnages, on est obligé d’aller pêcher… « Les rahui étaient à l’époque  gérés par les toohitu, ces comités composés de sages.

Le ministre de la mer vient de prendre la décision (28 octobre) d’interdire la pêche de oura miti (=langouste), upai (=crabe vert), tianee (=cigale de mer) varo (=squille) jusqu’à fin janvier 2012 ; nato (=perche) et oura pape (=chevrette) seront quant à elles interdites jusqu’à fin février 2012. Pour l’île de Rapa (Australes) les récoltes de oura miti, upai, tianee, varo seront interdites jusqu’ 30 avril 2012. Heureuse initiative, mais qui va surveiller l’application de ces interdictions ? Noël et Jour de l’An approchent à grands pas… et il y aura une langouste ou une squille sur la table de Noël !

Scilly est un atoll de 4 km² appelé aussi Manuae à l’ouest de Bora Bora (Iles sous le vent), à 154° 27 ouest et 16° 26 sud, atoll sans passe, loin de tout, couvert de cocotiers, habité par tortues et parcs à huîtres, et 40 personnes d’une même famille. Cet atoll fut durement frappé par le cyclone Martin en 1998. Quand il y a un malade grave à Scilly, il faut réclamer, par radio, une évacuation sanitaire. Si le temps le permet, l’hélicoptère se rend à Scilly. La dernière « évasan » (évacuation sanitaire) a eu lieu le 14 octobre. Parti de Bora Bora à 6h du matin, l’hélicoptère fit une escale à Maupiti pour pomper, puis Scilly, chargement du malade, passage obligé à Maupiti, enfin le malade a été déposé à 20h à Raiatea (Iles sous le vent). A partir de Raiatea, on peut rallier Tahiti. Voilà un an que les habitants de Scilly n’avaient pas mangé de pain puisque les bateaux n’y vont pas. La famille a troqué des carangues contre le pain détenu par les occupants de l’hélicoptère.

En Polynésie, on dévore 600 tonnes de crevettes à l’année et l’on n’en produit que 60 tonnes… Problème. C’est décidé, on va en produire un max. Alors tout le monde s’y attèle : le pays, l’État. On vient d’inaugurer à Vairao (presqu’île) le CTA (= Centre Technique Aquacole). Ce centre permettra de fournir aux producteurs de crevettes et de paraha peue (=platax) des larves de qualité à un prix attractif. Oscar Tane qui n’avait pu assister à l’inauguration officielle  aurait fait passer le message suivant « Plutôt que de donner du poisson, il faut donner la canne à pêche ». N’était-ce pas un proverbe chinois ?

L’Otaha est la frégate du Pacifique. Découverte par un habitant d’Arue (à Tahiti) une Fregata minor manifestait des troubles nerveux graves. Recueillie, soignée pendant plusieurs jours par la société d’ornithologie du Pacifique, celle-ci a pu reprendre son vol. La frégate, oiseau marin, assez commun, possède de longues ailes pouvant atteindre 2,3 m chez les mâles, une queue pointue, un long bec crochu. La femelle se distingue par un col blanc, le mâle par une poche rouge sous la gorge ; ils se nourrissent de poissons et de calmars. Un œuf couvé par les deux parents à tour de rôle, l’incubation dure 55 jours.

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :