Oiseaux et jardins à Tahiti

Les jeunes noha (pétrels) vont quitter les nids pour suivre leurs parents vers le large, c’est un moment crucial de leur vie qui peut se mal passer dans  les zones urbanisées des îles hautes Les Anciens utilisaient leurs plumes pour fabriquer des leurres pour la pêche. Cet oiseau de mer au plumage brun-noir, au ventre blanc, au bec crochu est méconnu et pourtant chaque année il niche à l’intérieur des terres. Pour les marins, c’est un bon indicateur de la présence de poissons tandis qu’il rase les flots. Il se nourrit de petits poissons, de calamars, de crustacés qu’il capture en plongeant. Il vole majestueusement en une succession de battements d’ailes et de longues phases planées. Ils nichent dans une excavation ou établissent leur nid dans un tunnel qu’ils ont eux-mêmes creusé, toujours en montagne et en altitude car les pétrels ont besoin de hauteur pour prendre leur envol. Un seul œuf couvé par les deux parents. Au moment où il quitte le nid pour la première fois, le jeune pétrel se dirige vers la mer grâce au reflet des lumières célestes sur celle-ci. Dans les zones urbanisées ils sont trompés par les éclairages urbains et s’échouent au sol. L’association Manu a mis en place depuis plusieurs années un programme de récupération des oiseaux signalés par la population ayant atterri dans jardins et sur les routes.

Petrel tahiti

Le martin-chasseur des Gambier (Todiramphus gambieri) a disparu de cet archipel, il y a très longtemps. Aujourd’hui il resterait seulement 140 individus ce qui lui vaut d’être classé comme espèce en danger critique par l’UICN et la Polynésie française l’a classé dans la liste des espèces protégées. Cet oiseau de petite taille, 17 cm, fréquente les cocoteraies. Il délaisse les forêts denses. L’espèce est territoriale et le couple occupe un domaine qui peut atteindre 12 hectares. Il garde son domaine en se perchant très haut sur une palme de cocotier. Sa nourriture ? Les gros insectes et les lézards. Il chasse au sol et pour tuer les gros lézards n’hésite pas à frapper à plusieurs reprises son lézard contre un tronc d’arbre. L’espèce est monogame. Il niche dans un appartement creusé dans un tronc de cocotier mort. Sur l’atoll de Niau la population d’oiseaux se raréfie. Plusieurs raisons d’après les scientifiques, le cyclone de 1983, une régénération de la cocoteraie, et la prolifération des rats. Le rat apprécie aussi les lézards. Une concurrence pour la ressource alimentaire du koteuteu !

martin chasseur des gambier

Au PK 51.2, côté mer, sur le motu Ovini se situe le Jardin botanique de Papeari qui jouxte le Musée Gauguin (fermé). Ce jardin d’acclimatation a été créé par Harrison Smith, un Américain, en 1919, âgé de 46 ans à l’époque de son installation à Tahiti. Il acheta un domaine de 105 hectares à Papeari pour s’adonner à la botanique étant grand amateur de flore tropicale. 450 espèces végétales y sont plantées dont le fameux pamplemoussier sucré du Sarawak d’ Indonésie et le ramboutan, arbre fruitier proche du litchi. Le parc a été récupéré par le territoire, 18 ha en bord de mer. L’entretien laisse à désirer.

chatte grisette

Aujourd’hui 400 espèces d’arbres et de plantes peuvent encore être observées comme le majestueux banian du Bengale dont le diamètre excède 70 mètres, le fara ou pandanus apprécié des artisans locaux, l’arbre du voyageur dont les bases des feuilles servent de réceptacle d’eau aux voyageurs assoiffés, la forêt de mape (châtaignier tahitien). Deux tortues des Galápagos, arrivées en 1928, ainsi qu’un jardin de plantes médicinales complètent la visite. La signalétique ? Ben cela pourrait être mieux ! Les numéros et les indications du descriptif ne correspondent plus ! Préparez la monnaie, 600 XPF pour les adultes, les heures d’ouverture, tous les jours sauf fériés de 9 à 17 heures. Alors, bonne visite.

Inaugurée par le ministre de l’Agriculture, la foire agricole de Papeari vous propose des légumes, des plantes, de la volaille à Tatutu, au pied de la future prison. Bananes, ufi (igname), patates douces, choux, carottes, tomates, pourront réjouir votre palais, c’est beau, c’est frais, et les prix sont des « prix foire ».

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Une réflexion sur “Oiseaux et jardins à Tahiti

  1. En 2001 j’ai visité ce jardin botanique de rêve où j’ai passé une journée magique. Je n’ai pas remarqué alors le laisser aller « fiu » que vous déplorez… Il faut peut être imputer cela au manque d’intérêt français pour la science botanique, très peu subventionnée… l’état de nos herbiers est un scandale, un patrimoine méprisé, maltraité. Revenant du Népal, j’ai constaté là-bas une toute autre considération et une mise en valeur bien plus respectueuse ! Merci pour vos articles plein de bon sens.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :