Articles tagués : ramboutan

Palma Sur

Nous partons à neuf heures avec un petit sac pour trois jours ; nous laissons le reste dans le bus à la garde du chauffeur Tita qui dort dedans. Dans le ciel, des vautours planent avec les thermiques ; les Indiens disent qu’ils font tourner la terre.

Le bain de Drake est le lieu du trésor piqué dans la ville de Panama. Au Costa Rica, le ramboutan s’appelle Mammon, la richesse matérielle biblique : je me demande pourquoi, peut-être parce que son aspect chevelu évoque les couilles du diable ? Adrian nous apprend, parce qu’il parle toujours beaucoup, que le dendrobate est la grenouille venimeuse, très petite et très colorée. Elle est aussi très toxique en liberté, probablement par ce qu’elle mange. Les Indiens utilisent son mucus comme poison pour leurs flèches, mais aussi pour augmenter la couleur des plumes de queue des perroquets. La toxine permet une repousse beaucoup plus vive.

A Palma Sur, nous visitons l’église Saint-François-d’Assise.

Dans cette petite ville, de grosses sphères de pierre sont exposées dans un parc, découvertes dans les années 1930 lors de défrichages de jungle par l’United Fruit Company pour planter des bananes. Elles sont reconnues patrimoine culturel par l’UNESCO depuis 2014. Les sphères ont été retrouvées avec des morceaux de poterie de la culture d’Aguas Buenas (-200 à 600), ainsi que des sculptures de type polychrome de Buenos Aires (1000 à 1500). Est-ce un phénomène géologique ou une création artisanale ? Nul ne sait vraiment à quoi elles servaient. Ceux qui les ont percées n’ont pas trouvé d’or à l’intérieur comme la légende le voulait.

Le parc voit ses bancs de béton décorés de scènes peintes figurant les paysages du Costa Rica ; c’est naïf mais assez joli.

En face, un petit train à vapeur anglais du XIXe siècle a été le premier train roulant sur un chemin de fer au Costa Rica. La locomotive portant le numéro 87 conduisait des wagons destinés au transport des bananes. Aujourd’hui, le pays n’a plus aucun train car ce moyen de transport est trop lent et coûte surtout trop cher à entretenir.

Après avoir bu une noix de coco fraîche, nous embarquons pour le paradis du pauvre homme, traduction de l’anglais (obligatoire ici pour les touristes) de Poor Man’s Paradise. Ce sera le nom du lodge dans lequel le bateau va nous mener, dans le parc national du Corcovado cher à Cizia Zykë. Ce Français de père albanais et de mère grecque a été délinquant avant d’être légionnaire puis trafiquant en Argentine, au Canada et au Mali. Il s’installe au Costa Rica à 29 ans en 1980 avec son épouse et il publie en 1985 son autobiographie, Oro, relatant son orpaillage clandestin dans le pays, au sein même de cette réserve naturelle que nous allons visiter ! Je me souviens que ce macho affirmait avoir sodomisé une blonde dans les douches de fortune – et qu’elle aurait aimé ça. Bernard Pivot l’avait apostrophé avant de se faire remonter les bretelles par l’ambassadeur du Costa Rica pour faire de la publicité à une exploitation illégale.

Notre bateau descend la rivière à mangrove et méandres, rencontre la mer dans un grand mouvement, ce pourquoi nous passons plutôt à l’étale de marée. Il y a moins de vagues même si la vitesse fait que le bateau de dix personnes où nous sommes dix-huit tape.

Le capitaine est grêlé, sa femme plutôt ronde portant double rangée de crocs alignés comme des perles, haut et bas, et le neveu Slade a du poil aux jambes mais pas encore à la lèvre supérieure.

Catégories : Costa Rica, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Oiseaux et jardins à Tahiti

Les jeunes noha (pétrels) vont quitter les nids pour suivre leurs parents vers le large, c’est un moment crucial de leur vie qui peut se mal passer dans  les zones urbanisées des îles hautes Les Anciens utilisaient leurs plumes pour fabriquer des leurres pour la pêche. Cet oiseau de mer au plumage brun-noir, au ventre blanc, au bec crochu est méconnu et pourtant chaque année il niche à l’intérieur des terres. Pour les marins, c’est un bon indicateur de la présence de poissons tandis qu’il rase les flots. Il se nourrit de petits poissons, de calamars, de crustacés qu’il capture en plongeant. Il vole majestueusement en une succession de battements d’ailes et de longues phases planées. Ils nichent dans une excavation ou établissent leur nid dans un tunnel qu’ils ont eux-mêmes creusé, toujours en montagne et en altitude car les pétrels ont besoin de hauteur pour prendre leur envol. Un seul œuf couvé par les deux parents. Au moment où il quitte le nid pour la première fois, le jeune pétrel se dirige vers la mer grâce au reflet des lumières célestes sur celle-ci. Dans les zones urbanisées ils sont trompés par les éclairages urbains et s’échouent au sol. L’association Manu a mis en place depuis plusieurs années un programme de récupération des oiseaux signalés par la population ayant atterri dans jardins et sur les routes.

Petrel tahiti

Le martin-chasseur des Gambier (Todiramphus gambieri) a disparu de cet archipel, il y a très longtemps. Aujourd’hui il resterait seulement 140 individus ce qui lui vaut d’être classé comme espèce en danger critique par l’UICN et la Polynésie française l’a classé dans la liste des espèces protégées. Cet oiseau de petite taille, 17 cm, fréquente les cocoteraies. Il délaisse les forêts denses. L’espèce est territoriale et le couple occupe un domaine qui peut atteindre 12 hectares. Il garde son domaine en se perchant très haut sur une palme de cocotier. Sa nourriture ? Les gros insectes et les lézards. Il chasse au sol et pour tuer les gros lézards n’hésite pas à frapper à plusieurs reprises son lézard contre un tronc d’arbre. L’espèce est monogame. Il niche dans un appartement creusé dans un tronc de cocotier mort. Sur l’atoll de Niau la population d’oiseaux se raréfie. Plusieurs raisons d’après les scientifiques, le cyclone de 1983, une régénération de la cocoteraie, et la prolifération des rats. Le rat apprécie aussi les lézards. Une concurrence pour la ressource alimentaire du koteuteu !

martin chasseur des gambier

Au PK 51.2, côté mer, sur le motu Ovini se situe le Jardin botanique de Papeari qui jouxte le Musée Gauguin (fermé). Ce jardin d’acclimatation a été créé par Harrison Smith, un Américain, en 1919, âgé de 46 ans à l’époque de son installation à Tahiti. Il acheta un domaine de 105 hectares à Papeari pour s’adonner à la botanique étant grand amateur de flore tropicale. 450 espèces végétales y sont plantées dont le fameux pamplemoussier sucré du Sarawak d’ Indonésie et le ramboutan, arbre fruitier proche du litchi. Le parc a été récupéré par le territoire, 18 ha en bord de mer. L’entretien laisse à désirer.

chatte grisette

Aujourd’hui 400 espèces d’arbres et de plantes peuvent encore être observées comme le majestueux banian du Bengale dont le diamètre excède 70 mètres, le fara ou pandanus apprécié des artisans locaux, l’arbre du voyageur dont les bases des feuilles servent de réceptacle d’eau aux voyageurs assoiffés, la forêt de mape (châtaignier tahitien). Deux tortues des Galápagos, arrivées en 1928, ainsi qu’un jardin de plantes médicinales complètent la visite. La signalétique ? Ben cela pourrait être mieux ! Les numéros et les indications du descriptif ne correspondent plus ! Préparez la monnaie, 600 XPF pour les adultes, les heures d’ouverture, tous les jours sauf fériés de 9 à 17 heures. Alors, bonne visite.

Inaugurée par le ministre de l’Agriculture, la foire agricole de Papeari vous propose des légumes, des plantes, de la volaille à Tatutu, au pied de la future prison. Bananes, ufi (igname), patates douces, choux, carottes, tomates, pourront réjouir votre palais, c’est beau, c’est frais, et les prix sont des « prix foire ».

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Fruits de Tahiti

Article repris par Medium4You.

Comme le printemps est arrivé – dans l’hémisphère nord – envie de goûter la nature ? Tahiti offre ses fruits…

Parmi les suivants, lequel n’a jamais eu l’honneur d’être goûté par vous ?

Cherimolia : (Annona cherimolia) Hélàs peu fréquent dans les jardins polynésiens. Ce fruit originaire des pays andins a été introduit à Tahiti en 1846 par l’amiral Legoavant.

Mangoustan (Garcinia mangostana) : Roi des fruits d’après les connaisseurs, il est originaire d’Indonésie, s’est acclimaté en Asie du sud-est. La chair est délicieuse encore plus lorsque le fruit est servi frais. L’arbre est splendide, mais sa culture est difficile et les fruits demeurent rares et chers à Tahiti – à moins d’avoir un tonton généreux comme celui de V. La principale contrainte culturale est sa longue phase juvénile (entre 7 et 12 ans).

Langsat, lancette, rincette (Lansium domesticum). Ce fruit est devenu rincette à Tahiti et on ne sait pas pourquoi ! Fruit d’origine indo-malaise, baies sucrées et acidulées, à consommer un jour après la cueillette à cause du latex qui colle aux doigts et lèvres. Rappelle un peu le goût du pomelo. Sur l’arbre, les fruits forment des grappes qui poussent directement sur les grosses branches.

Jambose, jamerose, pomme rouge ‘ahia (Syzygium malaccense) : Ces petites pommes rouges étaient connues en Polynésie avant l’arrivée des Européens. L’arbre est originaire de l’Asie du sud-est. La chair est blanche, légèrement spongieuse, rafraîchissante mais d’un goût assez plat. Les fruits poussent directement sur le tronc et les branches. Les feuilles d’ahia tenaient un rôle important dans la médecine des tradipraticiens d’autrefois.

Ramboutan (Nephelium lappaceum) :Ce fruit ou litchi chevelu, originaire de l’Asie du sud-est, a été introduit à Papeari par Harrisson Smith. Fruit très prisé, il est vendu en grappes au bord des routes. La pulpe est blanche, translucide, juteuse, sucrée. L’arille est fermement accroché au noyau, grosse graine lisse et brunâtre.

Abiu (Pouteria caimito) : Récemment introduit à Tahiti, très mode dans les jardins. Originaire du Brésil et du Pérou. Le fruit est jaune brillant, la peau épaisse et dure, la chair translucide, tendre, sucrée. A l’intérieur on trouve deux ou trois graines. Pourquoi un tel succès auprès des jardiniers polynésiens ? – L’arbuste produit dès la deuxième année !

Fruit du dragon, pitaya (Hylocereus undatus) : Relativement nouveau à Tahiti, ce cactée originaire du Mexique se plait à Tahiti et donne de beaux fruits, rouges ou blancs dans de nombreux jardins. Toutefois, il faut parfois féconder la fleur pour obtenir un fruit car le pollinisateur serait rare à Tahiti!

Fruit de la passion, maracuja, grenadille (Passiflora edulis) : A Tahiti, la variété ronde et jaune vif est très répandue, un peu plus acide que la variété à peau rouge. Originaire du sud du Brésil, du Paraguay et de l’Argentine, cette liane touffue est très commune à Tahiti. On fait une excellente tisane avec les feuilles.

Pamplemousse du Sarawak : Pour remplacer les orangers décimés par les maladies, le professeur Harrison W. Smith, retiré à Papeari, voulut doter Tahiti d’un pamplemousse de bonne qualité. C’est en 1919, sur les côtes de Bornéo que le professeur découvrit ce fruit, envoya ces graines au consul britannique à Papeete. A son retour Harisson Smith repiqua dans sa propriété Motu Ovini à Papeari les 3 jeunes plants issus des graines envoyées au Dr Williams. Un seul survécut et fut transplanté dans la vallée Vaiiti. Excellent fruit.

Marang : Originaire d’Indonésie, peu courant à Tahiti, a un parfum aussi fort que le durian. Ressemble à un uru poilu. On ne consomme que les graines et on n’oublie pas de cracher le noyau !

Régalez vous. C’est même bon pour la santé !

Hiata de Tahiti

Un site très riche en fruits, sur lequel j’ai emprunté la photo de pamplemousse variété Sarawak ci-dessus : Tahiti héritage 

Daniel Pardon & Michel Guérin, Guide des fruits de Tahiti et ses îles, 2006, éd. Au vent des îles, 268 pages, 180 espèces et variétés décrites et photographiées. Le seul guide existant à notre connaissance sur le sujet…

Docteur Guy Avril, Encyclopédie des thérapies naturelles : Soignez-vous autrement, 2005, éditions Dangles, 762 pages, €29.92 – LA référence en matière de thérapies naturelles, mais pas particulièrement sur Tahiti 

Catégories : Gastronomie, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Tahiti paradis du fruit

Toujours des fruits  dans nos assiettes du petit-déjeuner : avocat, il suffit de descendre dans le jardin le matin pour récolter un avocat, mûr, qui nous permet de beurrer nos tartines. Facile à digérer mais environ 30% de matière grasse d’où une valeur nutritive élevée. L’avocat ou Persea americana, comme son nom l’indique est originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, mais il s’est répandu dans le monde entier.

Papaye ou Carica papaya, qu’il nous faut disputer aux oiseaux. Ces volatiles choisissent avant nous le plus succulent. L’origine de ce fruit est inconnue. On sait qu’il a été découvert par les Conquistadors au contact des Amérindiens. Crue avec quelques gouttes de citron, la papaye solo, petite, à chair orangée est très parfumée.

Une tranche d’ananas pour honorer Moorea et le plateau des ananas de la presqu’île. Le painapo a été introduit par le Capitaine Bligh (HSM Bounty).

Un fruit de la passion ou maracuja ou grenadille bleue ou Passiflora caerulea  pour recevoir notre dose de vitamine C pour la journée. Il est originaire du Brésil, du Paraguay et de l’Argentine. Le fruit doit être lourd dans votre main. Préférez la variété à peau externe rouge au goût plus doux. Le nom de la fleur de la passion vient du latin « passio » (peine) et « flos » (fleur). De pieux interprètes y reconnaissaient la passion du Christ. Les 3 cicatrices de la fleur symbolisent les clous, la couronne d’appendices (coronule) la couronne d’épines, l’ovaire stipité le calice, les 5 anthères les stigmates, les feuilles trilobées la lance, les vrilles les fouets et la couleur blanche des fleurs l’innocence du Sauveur.

Ajoutons dans notre assiette une carambole ou Averrhoa carambola, les caramboliers croulent sous les fruits. Les poules et les merles des Moluques s’en régalent au pied des arbres. C’est pourtant un fruit très intéressant pour sa teneur en vitamine C (30mg/100g) et le jus combattrait le cholestérol.

Toujours des ramboutans dont je vous ai parlé le mois précédent.

Le longane ou œil du dragon ou Dimocarpus (Nephelium) longan originaire d’Asie du Sud-est. La chair est juteuse, le goût très fin. La chair presque transparente entoure une graine importante, de couleur noir anthracite. Les arbres les plus anciens introduits à Tahiti ont de très gros noyaux et peu de chair tandis que les variétés plus récentes offrent plus de chair autour d’un noyau plus modeste.

Pour sublimer l’assiette, le durian ou Durio zibethinus. Les Asiatiques en raffolent et videraient leur porte-monnaie pour ce fruit à l’odeur si particulière. On aime ou on n’aime pas ! L’arille (chair) et les 2 à 6 graines par fruit sont comestibles, crues ou même bouillies.  La chair contient des protéines, de la graisse et différents sucres. Si vous n’avez jamais osé, essayer au moins une fois.

Maintenant j’attends de pied ferme les mangoustans. Ne le dites pas mais ce sont mes préférés !

Pour le pacaye ou Inga feuillei, la saison est terminée.

L’abiu ou Pouteria caimito nous comble à nouveau. Ce fruit récemment introduit à Tahiti, est originaire du Brésil et du Pérou, il est de forme ovale d’un jaune brillant à maturité, la chair est translucide, tendre, sucrée et rappelle celle de la sapotille.

Voilà revenue la goyave (tuava) ou Psidium guajava, originaire d’Amérique du Sud. Les Aztèques la nommaient la prune sableuse à cause de multiples graines dans sa chair rose saumon. Petit fruit très riche en vitamine C (200 à 250 mg) qui fut introduite à Tahiti en 1815 depuis le Brésil. Alors, bon petit déjeuner !

Hiata de Tahiti

Catégories : Gastronomie, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , ,