Tahiti bêtes

Laissez venir à nous les tortues vertes. Entre octobre et mars, elles sont sous haute surveillance car elles viennent pondre leurs œufs. À Tetiaroa, c’est l’Association Te Mana o te Moana qui s’y colle. Quelques détails sur la ponte de la belle verte : la profondeur des nids est de 54 cm, le diamètre de la chambre d’incubation de 30 cm, le nombre moyen d’œufs par nids de 85, le temps moyen d’incubation entre la ponte et l’éclosion des œufs dure 73 jours. Elle est de plus en plus rare te honu (tortue) matie (verte). L’association en recense quelques-unes à Mopelia, Tetiaroa et Tupai. L’association a encouragé l’hôtel The Brando à s’adapter aux tortues pendant la saison de ponte : les lumières de l’hôtel sont équipées de filtres rouges, le niveau sonore est abaissé pendant la nuit et les clients et employés sont sensibilisés aux bons gestes pour ne pas déranger les reptiles aquatiques ! Mais ta honu matie rencontre d’autres dangers, comme la pollution.

tortue verte

En Nouvelle-Calédonie, le méconnu et menacé dugong est aussi sous étroite surveillance. Celui qu’on appelle la « vache marine » ou le « jardinier des mers » se nourrit exclusivement de plantes et de fleurs des herbiers marins ; il vit dans le lagon entre 2 et 20 m de profondeur. Il ne migre pas. Il a un ancêtre commun avec l’éléphant, pèse entre 300 et 400 kilos, possède des petites défenses plantées dans son museau moustachu. Il est discret, possède une queue échancrée comme les baleines et les dauphins mais ne plonge pas. Les femelles n’ont que 5 à 6 petits au cours de leurs 60 à 70 ans d’existence. Le dugong est menacé par les prises accidentelles dans les filets de pêche et surtout par le développement de la navigation de plaisance. Les collisions ou les coups d’hélice sont un risque tandis que les herbiers sont détruits par les ancrages.

dugong

C’est la pleine saison des Annonacées. Nous récoltons des totara (corossol Annona muricata).

corossol exterieurC’est un fruit originaire d’Amérique du Sud. Il ressemble à un gros cœur vert couvert de petits piquants souples. Pour le consommer il faut extirper la chair et ôter toutes les graines de son intérieur.

corossol interieur

On dit que la chair très crémeuse calmerait les anxieux, chasserait les angoisses et procurerait un sommeil réparateur. Normal : la teneur en sucre est élevée !

jacquier fruit tahiti

Une autre délicatesse est l’uru taratoni (jacque – fruit du jacquier -, Artocarpus heterophyllus de la famille des Moracées). Lui est originaire de l’Inde, c’est le plus fruit du monde puisque ses dimensions peuvent atteindre 1 m de longueur pour un poids de 50 kg. Il pousse à même le tronc de l’arbre. Les fruits sont composés de nombreuses carpelles liées entre elles par des tubes et des cordons de fibres. Ici, à Tahiti, ce sont les Chinois qui en sont friands – et moi. C’est un dessert succulent, mais sa dégustation passe après un temps certain à enlever les graines comme pour le totara. Les graines se mangent cuites ou grillées, leur goût rappelle celles des marrons sur la braise. L’appellation tahitienne uru taratoni signifie qu’il a été introduit en Polynésie depuis le Fenua taratoni (la Nouvelle-Calédonie). Le bois dur de l’arbre est utilisé pour la construction de bateaux, on peut également en faire des masques. Il fournit également le basanti, la couleur jaune permettant de teindre les vêtements des moines bouddhistes.

jacquier intérieur du fruit tahiti

Les scientifiques l’ont finalement prouvé car ils le soupçonnaient : la perle tourne pendant sa formation au sein de l’huître. C’est à l’Ifremer que l’on doit cette découverte. Vous savez tous que l’on introduit un nucléus dans les perles d’élevage, Pinctada margaritifera, l’espèce polynésienne. D’après les scientifiques « durant les 40 premiers jours, la perle est animée de mouvements chaotiques, interrompus régulièrement par des périodes d’immobilité. La perle met en moyenne 4h43 pour faire un tour complet dans l’huître. La rotation se poursuit pendant 12 à 18 mois durant le processus de formation de la perle. Cette rotation est associée à un certain nombre de défauts des perles. Les chercheurs ont introduit des nuclei magnétiques de 6,5 mm de diamètre dans plusieurs huîtres d’élevage (le nucleus est l’élément autour duquel se forme la perle). Les huîtres ont été suivies à l’aide d’un magnétomètre ultra-sensible, un dispositif d’étude novateur. L’étude a été publiée dans la revue Royal Society Open Science du 15 juillet 2015 ».

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :