Question santé à Tahiti

La veille sanitaire passe à la trappe ! Fini le bureau de veille sanitaire, ouste ! On ne renouvelle pas les contrats des deux médecins épidémiologistes en charge de ce service. Allez, du vent, du balai, ouste !

Il semble que ce service analysait, surveillait, informait et prévenait des risques sanitaires (en milieu tropical) : on peut s’en dispenser. Il faut alléger les charges ? Il faut avouer qu’en ce moment, pourtant on n’est plus en période cyclonique, les directions par intérim se succèdent, la création de la « communauté hospitalière » n’est pas encore arrivée à terme, elle qui devait régler tous les problèmes d’effectifs, et pendant ce temps, on réfléchit depuis de longs mois avant d’envisager de  prendre (peut-être) une décision.

taravao hopital

Le Directeur de la Santé par intérim depuis le départ de F.L. est remercié de ce même poste depuis le retour de F.L. On critique, on critique… Alors qui prendra ce poste ? On parle d’un certain C.M. qui aurait été déjà directeur des hôpitaux de Taravao (le ministre disait il y a peu que c’est un dispensaire) et de Uturoa. Cette personne a suivi le cursus de l’École Nationale de santé publique à Rennes mais n’a jamais validé son diplôme ! Le ministre de la santé l’aurait bien vu au Taaone (Pirae) mais pour le relationnel… On parie ? Les jeux sont ouverts !

On compte plus de 100 cas de syphilis confirmés depuis le début de l’année 2016. La direction de la santé avait tiré la sonnette d’alarme en 2015, elle avait noté une augmentation des cas de gonococcies, chlamydia et syphilis. Les prélèvements réalisés reviennent positifs dans 3 à 5% des prélèvements en « population générale » et jusqu’à 45% pour ce qui est de « la population à risque » (prostitué(e)s). Il semble que l’ensemble de la population soit concerné, les cas confirmés sont âgés de 15 à 65 ans et 40% sont des femmes.

syphilis attaque les os

L’épidémie de conjonctivite diminue, 1000 cas signalés, mais le nombre réel serait très largement supérieur.

La dengue serait en baisse sauf aux Marquises, 47 cas confirmés en ce début mai.

La leptospirose demeure active principalement aux îles Sous-le-Vent.

L’hôtel 5 étoiles de Papeari, pardon la prison, ne sera pas livrée en temps et heure. Les autorités annoncent 4 mois de retard… ce sera plus sans aucun doute. La gestion du chantier serait en cause ? Hum ! Deux entreprises sous-traitantes ont été mises en liquidation judiciaire, pas bon ça ! Des intempéries depuis octobre, ça c’est tristement la vérité. L’accueil des prisonniers serait prévu pour « courant mai 2017 » – c’est bien en mai qu’il y a un train de jours fériés ? Pour les prisonniers, pas grave ! Mais pour les 200 élèves futurs matons partis en formation dans la ville des pruneaux (Agen) c’est une catastrophe ! Ils devraient rester « en prison chez les Farani  et même pendant les fêtes de fin d’année. Inadmissible, scandaleux, inhumain, loin de leur soleil, de leurs plages, non, non, et non. Il paraitrait qu’on pourrait aller à l’ONU dénoncer ces sévices imposés par le pays colonisateur ? Certains édiles devraient bien avoir un passe pour entrer à l’ONU, non ? C’était lors d’élections qu’Oscar Tane affirmait « si nous étions indépendants, il n’y aurait pas de prison »…

Le temps n’est toujours pas clément, pluie, pluie alors que nous entrons dans l’hiver (austral). À nos doudounes !

Restez optimistes.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :