Panache l’écureuil

En ce jour d’automne, pour les petits-enfants, une histoire de nature. Un animal de nos bois et de nos campagnes qui humanisent les bêtes et rendent peut-être plus intelligents les sapiens. Pour une écologie attentive au concret qui nous entoure, loin des fumées idéologiques de l’abstraction qui plaît tant à nos bobos hors-sols qui préfèrent taxer et punir au nom de grands Principes plutôt que d’encourager la vie au quotidien, au milieu de notre… milieu.

Panache est un écureuil roux, fils de Quick et Rouquette, né dans la forêt au faîte d’un vieux sapin. Il a pour frères et sœurs Follet, Lutin et Flamme : une belle portée de quatre ! Panache est le plus polisson et, comme un gamin plus enclin à s’éprouver qu’à s’admirer, laisse sa queue rousse en berne : « Fais bouffer ta queue ! » lui intime sa maman. Ce n’est pas une invite équivoque mais un conseil avisé : un garçon écureuil se doit d’entretenir son engin, d’autant que sa queue lui sert à planer lorsqu’il saute.

Ses voisins les bêtes lui sont familiers : le pic frappe de son bec l’écorce de l’arbre pour faire sortir les vers dont il se délecte, une chouette aux yeux ronds hulule le soir, des papillons volettent le jour, deux lapins de garenne ont fait leur terrier au pied du pin, merle et coucou chantent, cerfs et biches viennent s’abreuver à la source. A huit semaines, l’écureuil est adulte et il explore la forêt, rapportant un champignon pour le manger une fois sec, framboises et pommes de pin. Leur père leur apprend à nager pour trouver des noisettes de l’autre côté du ruisseau, qu’ils cachent dans la forêt pour assurer des provisions pour l’hiver.

Mais l’ennemi n’est jamais loin, la fouine et la belette… et les humains. Ce pourquoi un coup de queue est toujours bon pour atterrir sans dommage lorsque l’on saute de branche en branche ou du haut d’un arbre. Justement, le garde forestier et son gamin marchent sous les arbres ; prédateurs nés, ils ne demandant qu’à tirer et descendre. Panache, le jeune écureuil trop curieux, reçoit du plomb dans la patte et tombe. Il n’est pas achevé mais, rapidement mis en cage, sert de jouet au garçon.

Le petit Jean est gentil mais ce n’est pas la vie d’un être vivant que de rester en cage. Un jour que le môme a laissé la porte ouverte, pfuit ! Panache fuit. Il retrouve la forêt et sa famille qui cueillait les dernières mûres de la saison.

C’est une belle histoire, soucieuse de la réalité des bêtes et exposant sans fard leur lutte pour la vie. Les tirer, les capturer, les encager, ce n’est pas une vie pour eux. Ils sont libres tels que la nature les a faits et ils doivent le rester pour l’équilibre général, aussi bien celui des espèces et des plantes que celui, mental, des êtres humains.

Ce petit roman pour enfant de maternelle m’avait beaucoup plu lorsque j’avais cet âge. Aujourd’hui je mesure combien il sonne juste, combien il fait apprécier la nature et les petits animaux communs, bien loin des dithyrambes abstraits des proclamés « écolos ». Car faire aimer les bêtes concrètes qui nous entourent vaut beaucoup mieux que faire brailler des incantations théoriques comme « sauvez la planète » !

Lida, Panache l’écureuil, dessin de Rojankovsky, 1934, Albums du Père Castor, Flammarion2013, 35 pages, €9.90

Catégories : Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :