Naipaul

Décidément, la prose de Sir Vidiadhar Surajprasad Naipaul ne parvient pas à accrocher ma lecture. Lors de sa parution en français, j’avais déjà tenté de lire A la courbe du fleuve. C’était en 1979 et je ne l’ai jamais terminé, ce qui m’arrive fort rarement. 25 ans plus tard, la lecture d’Un chemin dans le monde, paru en 1994, m’ennuie profondément.

Ce livre est décousu, les chapitres semblent des raclures de tiroirs rédigées à diverses époques et assemblées en un semblant de Mémoires. S’y trouvent des récits quasi journalistiques, des scénarios « jamais écrits », quelques souvenirs plus méchants que caustiques. Naipaul s’essaie à cet humour anglais qui ne sera jamais dans son tempérament. Il a trop de ressentiment colonial en lui, trop de haine sociale, pour ne pas rester crispé devant ses souvenirs.

Le style qu’il adopte est pesant, amidonné, monocorde comme un anglais d’économiste. Rares sont les instants de plaisir. Il y en a cependant, au chapitre 3, Un vêtement moderne, comme au chapitre 7, Un homme nouveau. L’auteur s’intéresse alors à de vraies personnes en dehors de la sienne, avec un sens aigu de l’observation et un certain recul critique. Mais tout le reste est lourd, inutile, sans relief, je le survole en diagonale tant ce parti-pris de style me rebute. Aucun bonheur d’écrire en ses pages, aucune jubilation d’être, mais une pesanteur bien élevée de notaire. C’est un style peut-être « chic » pour un Indien de Trinidad élevé dans la contraignante société victorienne, mais cela passe mal à la lecture.

V.S. Naipaul, mort en 2018 à 85 ans, a reçu le prix Nobel de littérature 2001 parce qu’il est représentatif d’une certaine société caraïbe méritante et qu’il en exprime les valeurs. Mais certainement pas pour la qualité universelle de son style.

Naipaul, Œuvres romanesques choisies, Bouquins Laffont 2009, 960 pages, €31.00

Catégories : Livres | Étiquettes : , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :