Patrice Montagu-Williams, La fille qui aimait les nuages

Cette suite de trois micro-romans d’espionnage est une commande du magazine Gavroche Thaïlande ; ils sont parus en feuilleton et réunis en volume. Le style d’écriture du feuilleton est particulier et exige un suspense à chaque fin de chapitre pour que lecteur ait envie du prochain numéro. D’où cette façon haletante de construire les histoires.

Celle qui aime les nuages s’appelle Aï Van et c’est ce que signifie son nom. Elle est la fille du ponte communiste vietnamien Anh Hung, au Bureau politique, ancien directeur de camp de « rééducation » où il s’agissait de laisser crever les opposants politiques. Il est chargé d’aller à Paris négocier l’achat de sous-marins français Scorpène à cause de la progressive invasion chinoise de la mer de Chine méridionale. « Mettre tout le monde devant le fait accompli en faisant régner la loi du plus fort a toujours été la règle de la politique extérieure chinoise », explique l’auteur, bien au fait de la géopolitique. Anh Hung à l’autorisation d’emmener en touriste sa famille, dernier cadeau avant son éviction probable. « Depuis que sa flotte ne comporte plus aucun jet d’origine soviétique, la compagnie n’a pas connu d’accident majeur ; elle est considérée comme l’une des meilleures et des plus sûres au monde », dit avec humour l’auteur à propos de Vietnam Airlines. Ces traits d’humour égaient souvent l’action. Aï Van tombe amoureuse de Haï, un inspecteur français d’origine vietnamienne, arrivé à l’âge d’un an avec les bateaux Kouchner ; son père Anh Hung a torturé et laissé mourir le père du garçon et, quand elle l’apprend, elle ne veut pas rentrer. C’était d’ailleurs le projet secret du père de rester en France tant il craint d’être éliminé par ses camarades. Mais sa mère, Maï, qui répugne à quitter Hanoï, en parle au garde du service secret viet…

Ly est Hmong, minorité du Vietnam, et devient un agent de la DGSE après Science Po pour défendre sa minorité. Il a déjà réussi une mission anti-islamiste en Thaïlande, pays dont il parle la langue, et il est envoyé pour une autre mission dans le même pays, anti-chinoise cette fois. L’empire du milieu fait chanter la France qui s’immisce dans la surveillance des voies maritimes en mer de Chine par des livraisons de drogue depuis la Thaïlande, un agent en eau profonde l’a clairement avoué aux policiers parisiens venus l’arrêter devant un gros butin – « un Corse, une Arabe et une Sénégalaise », décrit l’auteur du multiculturalisme ambiant. Les petits détails qui tuent font partie du roman d’espionnage et donnent du relief aux actions. L’impératrice rouge est cet agent Wu du Guoanbu, implanté par les Chinois pour acheminer la drogue en France afin de déstabiliser sa société. Ly va la chercher, l’aborder, la baiser et en finir avec la mission en douceur. A Paris, pendant ce temps, un fils lui est né avec une bourgeoise propriétaire de galerie d’art…

Martin le Parisien a 32 ans et vit sous couverture sur la Butte, « à côté de l’hôtel où vécut Dalida » ; il ne garde jamais une liaison plus de trois mois, il ne doit pas s’attacher. Science Po, Langues O, DGSE, le parcours classique. En 1996, Total étant accusé de soutenir les militaires birmans par son exploitation pétrolière, il est envoyé sur place pour voir ce que cela cache car « la morale » n’a rien à voir avec les affaires et – bien évidemment – les Américains cherchent à évincer la compagnie française en jouant et rejouant sans cesse ces petits meurtres entre alliés qui leur font tant plaisir. « Blaser bleu marine, chemise blanche et cravate tricotée bordeaux. Les diplomates de carrière sont tous fabriqués en série et formatés, se dit Martin en pénétrant dans la salle de réunion ». Nous sommes dans le bain. Cela se passe à Bangkok car le pays a besoin du gaz birman exploité par Total et croit à « une manipulation » de l’opinion. Par qui ? C’est ce qu’il faut découvrir. « Faire l’amour permet de mieux connaître son partenaire » déclare la jolie capitaine du service secret Winnie, Chinoise de Thaïlande en entraînant Martin sur son lit sous écoutes. C’est joliment troussé. Puis c’est la belle Jessie, du HCR, qui défend les réfugiés Karen que les militaires birmans veulent éradiquer avec l’aide de mercenaires américains payés par l’argent du pétrole. Jessie, qui veut un enfant, adopte Nina, petite karen de 3 ans. Lors d’une attaque terroriste sur le camp de réfugiés, Jessie est égorgée. Martin adopte Nina avec l’aide de Winnie. Une fois adulte et devenue journaliste, Nina a été violée par un oligarque russe brutal et grossier et a fait une chute dans les escaliers qui l’a rendue tétraplégique. Martin se venge et se réfugie pour échapper aux tueurs de l’oligarque dans Le royaume de Nina – le nord de la Thaïlande, le paradis des éléphants.

Patrice Montagu-Williams, La fille qui aimait les nuages suivi de L’impératrice rouge et de Le royaume de Nina Micro-romans, Gope éditions, 2022, 246 pages, €15,00

Les romans policiers ou d’espionnages de Patrice Montagu-Williams chroniqués sur ce blog

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :