Articles tagués : utopie douce

Paul Svetter, Le monde des Ravis

Les Ravis ne sont pas ceux de la crèche mais ceux du politiquement correct international d’un monde futur. Imaginaire, bien-sûr – toute ressemblance, etc…

N’empêche ! Ces Ravis, qui sont disciplinés et hiérarchisés grâce à leur maîtrise mentale issue des philosophies orientales, donnent le Modèle de l’humain tel qu’il doit être. Une pression psychologique, morale et coercitive (via la technologie de pointe) que le reste du monde est enjoint de suivre.

L’évangélisme béat des États-Unis des XXe et XXIe siècle a laissé la place à un yoga avancé qui développe les pouvoirs psychiques jusqu’à la télépathie et la perception « en pleine conscience » du monde. Mais c’est plutôt du côté de la morale véhiculée par l’Union européenne, libérale, humaniste, écologique, qu’il faut chercher les références. Le corps s’est transformé, bannissant la viande au profit de céréales génétiquement modifiées pour apporter tout ce qui se doit, y compris un anesthésique léger pour calmer les pulsions. La morale « de paix » est assurée par des Inspecteurs vigilants armés de vecteurs de champs de force qui immobilisent sans jamais tuer. Le pouvoir n’existe plus mais la Cité est quand même dirigée par un Conseil qui fait bel et bien de la politique.

Est-ce à dire que le meilleur des mondes possible existe enfin et que toute violence est éradiquée grâce à la maîtrise scientifique de l’agressivité ? Pas si sûr. Car une contrée résiste encore et toujours à l’envahisseur… du politiquement correct et de la Morale universelle : le nord hostile. Le climat y est plus rude mais les humains plus résistants. Et ils se rebellent, en douce, passant des DVD de l’Ancien monde clandestinement qui glorifient par atavisme génétique de survie la haine, la torture, le viol, la guerre – tout ce qui fascine car chacun garde cela en soi. Tout ce que fit Anders Brevik, le nordique de Norvège, en « éradiquant » les jeunes socialistes contaminés par les idées post-chrétiennes ; tout ce que fait aujourd’hui la Russie pour contrer la moraline universaliste occidentale.

La « grande Catastrophe », que l’auteur imagine inévitablement, comme tant d’autres saisis par le pessimisme de notre XXIe commençant, a accouché d’une volonté accrue d’être maître et possesseur de la nature comme jamais. Cette fois, c’est l’humain qui est touché en une utopie douce plus contraignante que le soviétisme le plus stalinien. « Pas de guerre. Pas de débordement pulsionnel. (…) la capacité d’épanouir le talent des êtres, le confort matériel, l’empathie envers des populations si différentes de nous ; la volonté de nous adapter à ce que nous découvrons, ouvrir la possibilité à tous et pour tous d’accéder au bonheur dans ce monde d’Après » p.101 – tel est « le catéchisme ravi ». Le hasard ne doit plus exister, mais…

Car il reste toujours un mais.

Amargan est un haut dignitaire qui dirige la chambre des Conversions à la transformation Ravie. Il perçoit, de par ses pouvoirs sensitifs évolués, une légère onde de choc dans le monde, ainsi que des bribes de voix télépathiques. Cette perturbation le perturbe : il rend compte, il est envoyé enquêter aux confins du monde civilisé. Il découvre la contrebande, la propagande sourde des autres, l’agressivité prête à ressurgir – comme intacte malgré toutes les contraintes génétiques, physiques, alimentaires, morales, politiques. Le monde parfait craque de toutes parts, le hasard refait surface car tout ce qui est humain ne peut rester qu’imparfait.

L’auteur signe ainsi son premier roman d’anticipation. Une réflexion philosophique sur notre avenir possible sous la forme d’une aventure de science-fiction. Il se place en historien qui reconstitue de vieilles chroniques, recoupées par des témoignages, et toute une « littérature de poubelle » complotiste dont il retire ça et là quelques informations utiles – sur l’exemple de l’exégèse d’Eglise sur la Bible et les Évangiles dont la doxa n’a retenu que quatre. Il imagine un monde.

Mais cette histoire ne peut en rester là : pour que ce monde vive, il faut des rebondissements et des tomes nouveaux. A suivre, peut-être.

Paul Svetter, Le monde des Ravis, 2022, PhB éditions, 170 pages, €12,00

Catégories : Livres, Science fiction | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire