Articles tagués : morale universelle

Paul Svetter, Le monde des Ravis

Les Ravis ne sont pas ceux de la crèche mais ceux du politiquement correct international d’un monde futur. Imaginaire, bien-sûr – toute ressemblance, etc…

N’empêche ! Ces Ravis, qui sont disciplinés et hiérarchisés grâce à leur maîtrise mentale issue des philosophies orientales, donnent le Modèle de l’humain tel qu’il doit être. Une pression psychologique, morale et coercitive (via la technologie de pointe) que le reste du monde est enjoint de suivre.

L’évangélisme béat des États-Unis des XXe et XXIe siècle a laissé la place à un yoga avancé qui développe les pouvoirs psychiques jusqu’à la télépathie et la perception « en pleine conscience » du monde. Mais c’est plutôt du côté de la morale véhiculée par l’Union européenne, libérale, humaniste, écologique, qu’il faut chercher les références. Le corps s’est transformé, bannissant la viande au profit de céréales génétiquement modifiées pour apporter tout ce qui se doit, y compris un anesthésique léger pour calmer les pulsions. La morale « de paix » est assurée par des Inspecteurs vigilants armés de vecteurs de champs de force qui immobilisent sans jamais tuer. Le pouvoir n’existe plus mais la Cité est quand même dirigée par un Conseil qui fait bel et bien de la politique.

Est-ce à dire que le meilleur des mondes possible existe enfin et que toute violence est éradiquée grâce à la maîtrise scientifique de l’agressivité ? Pas si sûr. Car une contrée résiste encore et toujours à l’envahisseur… du politiquement correct et de la Morale universelle : le nord hostile. Le climat y est plus rude mais les humains plus résistants. Et ils se rebellent, en douce, passant des DVD de l’Ancien monde clandestinement qui glorifient par atavisme génétique de survie la haine, la torture, le viol, la guerre – tout ce qui fascine car chacun garde cela en soi. Tout ce que fit Anders Brevik, le nordique de Norvège, en « éradiquant » les jeunes socialistes contaminés par les idées post-chrétiennes ; tout ce que fait aujourd’hui la Russie pour contrer la moraline universaliste occidentale.

La « grande Catastrophe », que l’auteur imagine inévitablement, comme tant d’autres saisis par le pessimisme de notre XXIe commençant, a accouché d’une volonté accrue d’être maître et possesseur de la nature comme jamais. Cette fois, c’est l’humain qui est touché en une utopie douce plus contraignante que le soviétisme le plus stalinien. « Pas de guerre. Pas de débordement pulsionnel. (…) la capacité d’épanouir le talent des êtres, le confort matériel, l’empathie envers des populations si différentes de nous ; la volonté de nous adapter à ce que nous découvrons, ouvrir la possibilité à tous et pour tous d’accéder au bonheur dans ce monde d’Après » p.101 – tel est « le catéchisme ravi ». Le hasard ne doit plus exister, mais…

Car il reste toujours un mais.

Amargan est un haut dignitaire qui dirige la chambre des Conversions à la transformation Ravie. Il perçoit, de par ses pouvoirs sensitifs évolués, une légère onde de choc dans le monde, ainsi que des bribes de voix télépathiques. Cette perturbation le perturbe : il rend compte, il est envoyé enquêter aux confins du monde civilisé. Il découvre la contrebande, la propagande sourde des autres, l’agressivité prête à ressurgir – comme intacte malgré toutes les contraintes génétiques, physiques, alimentaires, morales, politiques. Le monde parfait craque de toutes parts, le hasard refait surface car tout ce qui est humain ne peut rester qu’imparfait.

L’auteur signe ainsi son premier roman d’anticipation. Une réflexion philosophique sur notre avenir possible sous la forme d’une aventure de science-fiction. Il se place en historien qui reconstitue de vieilles chroniques, recoupées par des témoignages, et toute une « littérature de poubelle » complotiste dont il retire ça et là quelques informations utiles – sur l’exemple de l’exégèse d’Eglise sur la Bible et les Évangiles dont la doxa n’a retenu que quatre. Il imagine un monde.

Mais cette histoire ne peut en rester là : pour que ce monde vive, il faut des rebondissements et des tomes nouveaux. A suivre, peut-être.

Paul Svetter, Le monde des Ravis, 2022, PhB éditions, 170 pages, €12,00

Catégories : Livres, Science fiction | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Parlementer est dangereux dit Montaigne

En son sixième texte de ses premiers Essais, Montaigne prend un exemple tout frais de sa propre histoire, la prise du village de Mussidan proche du château de Montaigne par son parti, malgré un traité d’accord. C’est que la victoire importe plus que la morale et que la trahison est après tout de bonne guerre si c’est pour l’emporter. « A toujours été conseil hasardeux de se fier à la licence d’une armée victorieuse l’observation de la foi qu’on adonné à une ville qui vient de se rendre », écrit Montaigne avec quelque raison. Les soldats sont chauds et n’obéissent plus guère quand il s’agit de piller et violer, se vengeant de leurs morts et grisés de leur victoire.

Cela vaut aujourd’hui pour les guerres asymétriques, où les règles de la guerre en dentelles n’ont pas cours mais plutôt celles du profit de toute occasion. Enlever des otages au mépris des « droits de l’Homme » ou même de la parole jurée (comme ce journaliste Dubois, bien niais d’avoir cru un imam du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans au Mali malgré son « expérience »),est de bonne guerre. Le mensonge est licite quand c’est pour la gloire d’Allah, la ruse est licite quand c’est pour sa survie devant un géant borgne qui ne songe qu’à vous dévorer, la trahison est un art de la guerre. L’islam comme L’Odyssée ou Sun Tzu sont d’accord.

Cela vaut aussi pour les guerres commerciales, dans lesquelles les Chinois sont passés maîtres, comme le prouve le fameux contrat de train à grande vitesse, dont la réalisation fut mise en concurrence auprès des Français, des Allemands, des Japonais, des Italiens, non pour le réaliser – ce sera une réalisation purement chinoise – mais pour accéder aux dossiers, aux plans et aux techniques. Les niais se sont fait berner, attirés par l’odeur de l’argent, sans voir que leur savoir-faire leur était purement volé. De même ce fameux laboratoire P4 de Wuhan, construit par l’avance technologique française et poussé par une diplomatie crédule en mal de justifier sa présence pléthorique et de moins en moins utile depuis qu’existe l’Internet. Il était « promis » que des contrats permettraient des échanges de connaissances et des recherches communes : il n’en a rien été et c’est désormais une générale chinoise qui dirige ce labo devenu militaire, dans le secret le plus absolu. Certains disent même que le Sars-Cov-2 aurait bien pu s’être échappé de ses paillasses, la sécurité étant prise plus à la légère qu’en France, alors même que les derniers chercheurs occidentaux ayant pu y avoir accès ont observé des travaux sur les virus de la chauve-souris. En 2004, le virus responsable du Sras (le Cov-1) s’était déjà échappé de l’Institut de virologie de Pékin… La production d’un vaccin très rapidement par les Chinois peut renforcer ce soupçon, d’autant plus que l’omerta du Parti est absolue sur le sujet de Wuhan, laissant proliférer tous les doutes…

Croire son ennemi est une naïveté, comme si tout le monde était gentil et chrétien adonné à l’amour de son prochain, ou du moins respectueux des « règles » émises par les Occidentaux qui en voient une morale « universelle » alors que de plus en plus de cultures non-occidentales contestent ce point de vue. « Cléomène disait que, quelque mal qu’on put faire aux ennemis en guerre, cela était par-dessus la justice, et non sujet à celle-ci, tant envers les dieux qu’envers les hommes ». Ce qui compte est de gagner et peut importent les moyens. Ils sont légitimés dès lors que vous êtes le plus fort. « Car il n’est pas dit que, en temps et lieu, il ne soit permis de nous prévaloir de la sottise de nos ennemis, comme nous faisons de leur lâcheté », observe encore Montaigne. Notre diplomatie française qui fait la leçon au monde entier laisse faire par faiblesse les gouvernements du tiers-monde qui bafouent les règles en mentant, arrêtant, enlevant nos ressortissants sans aucun droit – et sans que nous protestions vigoureusement. Ce fut le cas de Florence Cassez au Mexique, des pilotes « d’Air cocaïne » à Saint-Domingue, des chercheurs emprisonnés en Iran – et même du dirigeant de filiale Frédéric Pierucci, d’Alstom incarcéré aux Etats-Unis pour faire pression sur l’entreprise afin de la faire racheter (à bon prix) par General Electric. Soyez bêtes, vous en paierez le prix ; soyez vigilants et fermes, vous préserverez vos intérêts. Il serait peut-être temps d’éviter de prendre les voyous pour des gentlemen et d’adapter notre politique et notre diplomatie en conséquence. L’Europe, mais poussée aux fesses par les Etats-Unis devant lesquelles elle fait soumission, commence tout juste à hausser les sourcils envers la Chine et son racket.

« Monsieur d’Aubigny, assiégeant Capoue, et après y avoir fait une furieuse batterie, le seigneur Fabrice Colonne, capitaine de la ville, ayant commencé à parlementer de dessus un bastion, et ses gens faisant plus molle garde, les nôtres s’en emparèrent et mirent tout en pièces ». Qui baisse sa garde croyant au bon vouloir de l’autre risque fort d’en être blessé. Et citant l’Arioste : « Vaincre fut toujours fait glorieux / Qu’on ait vaincu par chance ou par ruse ».

Cela est la réalité et il faut la connaître. « Mais le philosophe Chrysippe n’eût pas été de cet avis, dit Montaigne, et moi aussi peu ». Et d’en appeler à Alexandre, dit le Grand, qui refusait « d’employer des victoires dérobées » mais user plutôt de son talent et de sa force pour emporter la victoire.

Ainsi va Montaigne, balancé entre réalisme et morale, réalpolitique et politique légitime. Réflexion de philosophe qui se choque à celle de l’homme d’action – sans conclure. Laissant à chacun la pensée en chantier.

Disons après sa leçon que tout dépend des circonstances… mais que les faits sont plus têtus que les idéaux.

Michel de Montaigne, Les Essais (mis en français moderne par Claude Pinganaud), Arléa 2002, 806 pages, €23.50

Michel de Montaigne, Les Essais (mis en français moderne par Bernard Combeau et al.) avec préface de Michel Onfray, Bouquins 2019, 1184 pages, €32.00

Catégories : Géopolitique, Livres, Montaigne, Philosophie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,