Peter Cheney, De quoi se marrer

peter cheney de quoi se marrer
L’auteur de roman policier se porte bien. L’ancêtre le plus moderne est anglais et se prénomme Peter. Né en 1896 dans l’East End à Whitechapel, au milieu d’une fratrie de cinq, il sera mauvais écolier donc bon écrivain – accessoirement clerc de notaire, acteur de théâtre, chansonnier et poète. Il deviendra même officier en 1914 et blessé sur le front des Flandres. Sa réussite est le roman noir, en prenant l’argot américain pour atteindre un plus vaste public. L’Amérique est à la mode depuis la victoire de 1918, et plus encore après 1945.

C’est dès l’après-guerre que Maurice Duhamel, créateur de la Série noire chez le prestigieux éditeur Gallimard, introduit Peter Cheney en France. Il se dit volontiers, dans le milieu initié, que les 100 premiers numéros de la collection Série noire sont des meilleurs. Quatre romans de Peter Cheney figurent parmi les dix premiers… Dont le numéro 9 : De quoi se marrer.

Nous sommes en 1940 et la guerre menace le monde avec l’agressive Allemagne hitlérienne. Les affaires conduisent les Américains à flirter avec le diable comme avec le bon Dieu pour refiler des armes contre du bon vieux dollar. Lemmy Caution, agent du FBI, file ainsi une poulette qui prend le bateau pour Le Havre. Elle doit le conduire à la bande qui a kidnappé le jeune héritier d’un magnat de l’industrie, Buddy Perriner. Mais rien ne se passe comme prévu, à Paris, en Hollande, sur la mer.

Il y a des automatiques, des pépées et du whisky, des bagarres et des entourloupes, de mauvais drôles et des patriotes. La langue argotique traduite par Jean Weil il y a plus de 65 ans a beaucoup vieilli et la moralité inhibait toute scène sexuelle plus torride qu’un baiser à pleine bouche. Mais l’intrigue se tient, ne cesse de rebondir, et les personnages sont fouillés, aussi menteurs qu’obstinés.

Cela fait un bon roman vintage qui vous change du sordide des banlieues et du parler plus qu’approximatif des raccourcis du ciboulot dézingués aux substances qui peuplent malheureusement de plus en plus le genre.

Peter Cheney, De quoi se marrer (Don’t be Surprised), 1940, traduit de l’anglais par Jean Weil, Série noire NRF 1948, 216 pages, €7.00

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :