Michael Connelly, Le verdict du plomb

michael connelly le verdict du plomb

Excellent Connelly. S’il fait se rencontrer l’inspecteur Harry Bosch et l’avocat Mickey Haller, ses deux personnages de précédents romans, ce n’est pas par hasard. D’abord parce que tous les deux se complètent, ils habitent deux versants de Los Angeles et sont les deux protagonistes du système judiciaire américain : celui qui enquête et celui qui défend son client. Mais aussi parce que ces deux hommes sont « le pile et face de la même montagne » (p.513) et que l’on apprend à ce stade pourquoi. Je ne vous le dirai pas, mais c’est une surprise de taille !

L’affaire qui les occupe est à rebondissements. Un ami avocat de Mickey se fait buter dans un parking. Haller, qui sort d’une cure de désintoxication et a pris une année sabbatique, se voit confier les dossiers du mort parce qu’il a été désigné comme second dans toutes les affaires. La plus grosse de ces affaires en cours concerne un producteur de cinéma, riche et impérieux. Walter Elliot est accusé d’avoir assassiné sa femme et son amant dans leur immense villa proche d’Hollywood. Bosch enquête, Haller défend.

Mais, dès le début, il y a quelque chose qui n’est pas clair dans toute cette affaire. « Tout le monde ment. Les flics. Les avocats. Les clients. Même les jurés. » Cette affirmation est répétée deux fois, au début de la partie un et de la partie trois. Elle est la clé du suspense, chacun cherchant à découvrir les mensonges des autres dans un ballet étonnant qui offre son lot de révélations.

Ce pourquoi le déroulé juridique du procès, qui pourrait sembler rébarbatif, est entrelardé de scènes d’action qui tiennent en haleine. Ce gros roman, divisé en six parties et 55 chapitres, est découpé comme un scénario de film. Toutes les pistes mènent à l’esprit d’Hollywood, à la mise en scène, au fric qui le permet.

Jusqu’à ce que tombe le verdict. Je ne vous en dirai rien, sinon qu’il est celui du titre, ultime pirouette de cette histoire de miroirs.

Michael Connelly, Le verdict du plomb (The Brass Verdict), 2008, Points policier 2015, 525 pages, €8.30

Les romans de Michael Connelly sur ce blog

Catégories : Etats-Unis, Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , ,

Navigation des articles

Une réflexion sur “Michael Connelly, Le verdict du plomb

  1. Voilà qui donne envie. J’aime bien un bon polar de temps à autre. Surtout par temps de gel. Adieu l’hiver, vive le printemps.

%d blogueurs aiment cette page :