Stig Dagerman, Automne allemand

Alors que l’on va bientôt célébrer le 30ème anniversaire de la réunification des deux Allemagne d’octobre 1989, il n’est pas inutile de relire ce recueil d’articles écrits par un journaliste suédois sur le pays vaincu de 1946. L’Allemagne est effondrée, les villes bombardées, les habitants désorientés, humiliés, réduits à la misère. Bien de leur faute, direz-vous ? Ce n’est pas ce que pense Stig Dagerman, écrivain sensitif, volontiers anarchiste, et qui a 23 ans. Pour lui, les Allemands sont d’abord une humanité qui souffre et les Alliés (Soviétiques inclus) d’impérieux occupants. La politique aveugle souvent les hommes alors que c’est l’humain qui doit compter.

Il se promène donc en journaliste, des ruines de Berlin au fantôme de Hambourg, des caves inondées aux villas miraculeusement épargnées, des trains pour bétail où s’entassent les expulsés d’une région allemande à l’autre aux prisons où croupissent les ex-nazis en attente de procès. Il décrit les enfants allemands aux pieds nus qui courent derrière les distributeurs de lait de la Croix rouge – qui le réservent aux petits de moins de 4 ans. Il évoque le « gâteau du pauvre » fait d’infâme pain berlinois glutiné de son mais recouvert d’une très mince couche de sucre pour faire vrai. Il observe les vieilles parcourant des kilomètres dans la campagne, un sac de jute à la main, mendiant des pommes de terre auprès des paysans pour nourrir une famille. Et ces maquignons qui rachètent à vil prix des fermes aux membres du parti nazi compromis. Ces gamins de 16 ans rattrapés par une inscription obligatoire dans la Hitlerjugend – cette jeunesse maître du monde à 18 ans et réduite à rien à 22 ans. Ces machines qu’on démonte pour les livrer à l’est, tandis que la file des chômeurs s’allonge et que la population vit du ravitaillement concédé par les alliés.

Il ne s’agit ni de misérabilisme ni d’appel à la révolution. Stig Dagerman n’est pas Victor Hugo pour faire des phrases sur la misère en se drapant dans les grands mots. Stig Dagerman n’est pas théâtral ; il est luthérien et sensible. Il voit simplement la réalité du monde. Le nazisme était un système totalitaire et abominable, il est bon qu’il ait été vaincu. Mais après ? En 1946, il ne faut pas désespérer la jeunesse allemande si l’on veut qu’elle devienne démocrate. Il ne faut pas affamer volontairement les travailleurs, si l’on veut qu’ils ne regrettent pas l’ordre ancien. Ce qui compte est toujours l’avenir.

Stig Dagerman, Automne allemand, 1967, Actes Sud Babel 2006, 165 pages, 6.60€ 

Catégories : Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :