Rochette, Le loup

C’est une très belle bande dessinée pour les 10 ans et plus, un hymne à la montagne et au loup, un plaidoyer pour les relations entre hommes et bêtes.

Gaspard le berger élève des moutons à l’estive dans le parc national du massif des Ecrins. Chaque année les loups lui en prennent quelques dizaines. Ils sont venus d’Italie, immigrés prédateurs, alors qu’ils avaient été éradiqués par les ancêtres. Le loup ne chasse pas que pour manger, sinon il n’égorgerait qu’une bête à la fois. L’odeur du sang et l’excitation de la chasse lui fait égorger tout ce qu’il peut attraper jusqu’à ce que sa fureur se calme.

Gaspard n’aime pas le loup, ennemi héréditaire. Les écologistes aiment le loup, eux qui sont dans les bureaux de la capitale et délèguent leurs fonctionnaires. Ils n’en ont rien à faire des carnages et des hurlements des bêtes, du traumatisme des troupeaux et de la perte économique. Les belles âmes qui aiment naïvement les bêtes à fourrure comme chez Disney font pression. Mais Gaspard en a marre. Depuis que son fils Damien est mort dans une autre guerre imbécile, contre d’autres immigrés prédateurs islamistes au Mali, il s’en fout. Ce ne sont pas les fonctionnaires qui vont faire la loi mais la nature.

Un soir, il tue une louve. Le lendemain, il voit un louveteau mais le laisse en vie car il ne fait pas la guerre aux enfants ; il lui laisse même le cœur et les abats d’un chamois qu’un aigle a tenté d’enlever et qu’il a abattu.

Plus aucune attaque, c’était la louve qui a tué seule 150 têtes en quelques années. L’hiver vient, le troupeau repart en bas. Gaspard passe seul l’hiver en montagne. Au printemps, c’est un couple de loups fraîchement arrivés sur le territoire de chasse désormais vierge qui convoitent les brebis. Mais le louveteau a grandi et défend son territoire ; il réussit à égorger le mâle alpha et chasse la femelle. Mais, ivre de sang et le cœur empli de démesure, il se jette sur les moutons, en égorge quelques-uns et fait paniquer le reste qui se précipite, comme chez Panurge, tous en même temps au même endroit : dans le précipice. Trois cents bêtes mortes d’un coup à cause du loup. De toutes façons ils auraient été livrés à l’abattoir, avoue Gaspard, façon de dire que la sauvagerie n’est pas d’un seul côté.

Mais Gaspard n’a dès lors qu’une volonté : tuer le loup qui l’empêche d’élever ses moutons dans sa montagne comme ses ancêtres avant lui. Et c’est un duel superbe entre deux grands prédateurs rusés et puissants qui va se produire dans l’espace violent et immense de la haute montagne. Le berger croit piéger le loup en l’acculant au col inaccessible ; mais c’est le loup qui le piège en l’attirant là où la tempête l’affaiblira. Le berger résiste bien qu’il meure de faim.

Je vous passe quelques péripéties jusqu’à une avalanche déclenchée par la haine de l’homme envers l’animal. Il blesse le loup mais est enseveli et c’est la bête qui va gratter pour le sauver. Il va même lui apporter le cœur d’un chamois mort en même temps…

C’est beau comme l’antique, tragique parce que chacun sait qu’il n’y aura pas de merci. Sauf si, peut-être, homme et bête parviennent à une sorte de pacte, bien loin des niaiseries bureaucratiques des écolos en chambre. C’est l’objet d’un chapitre en postface que je vous laisse découvrir.

Un dessin rude aux traits sévères, des couleurs franches qui disent les rigueurs du paysage et du climat ou qui chantent l’explosion du printemps et de la vie. Des pages entières sans texte car le dessin suffit, composé comme une séquence de film. Cette sévérité, cette retenue, font beaucoup pour l’émotion qui vous étreint à certains passages.

C’est une très belle histoire, un hymne à la montagne et au loup, tracée à la serpe parce que le sujet le veut.

BD Jean-Marc Rochette, Le loup, 2019, Casterman, 108 pages, €18.00

Catégories : Bande dessinée | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :