Affaires de randonnée

C’est en effet le grand jour, la première randonnée à pied du séjour. Coincés en avion, jetés à l’hôtel, entassés en bus, nous avons bien besoin de nous dégourdir les jambes et de nous aérer un peu. Que faut-il mettre dans le petit sac à porter sur le dos ? Ce n’est pas un bien grand mystère dès que l’on a réalisé une ou deux sorties de ce genre. Mais souvent, ces sorties datent de la vie étudiante voire, pour certaines, du scoutisme enfantin. Alors, autant préciser. Nous sommes ici au Mexique, dans une région chaude la journée mais fraîche dès le soleil descendu à l’horizon. Peu de chances qu’il pleuve en cette saison et, vu la température, il est tout à fait désagréable de porter une cape de pluie. Nous serions plus mouillés dessous que dessus ! Donc, affaires légères.

Un sac de 30 litres suffit largement. Il comprendra la fourrure polaire (indispensable partout), un coupe-vent, les lunettes de soleil, le bob et la crème solaire. Le foulard est utile pour se protéger la nuque du soleil ou, éventuellement, le visage de la poussière. Nous emportons le pique-nique dans de petits sachets déjà préparés pour lesquels le couteau n’est même pas indispensable. Ne le prendront que les baroudeurs.

L’appareil photo est un luxe – mais bien agréable, comme tout ce qui est « luxe ». J’ai ce gros Nikon d’il y a 15 ans (depuis tombé en panne) qui pèse 1,5 kg avec son objectif zoom ; il est aujourd’hui remplacé par un Leica D-LUX 7 plus léger. Mais il existe aujourd’hui de légers appareils numériques qui sont bien plus pratiques pour un usage courant. En guise de « carnet de notes », j’ai ainsi un Sony DSC T1 (depuis remplacé par un DSC RX100). Porté à la ceinture, il évite de poser le sac pour prendre une photo. Pour compléter le sac, un peu de papier toilette (on ne sait jamais), du sparadrap anti-ampoules, quelques pochettes de désinfectant et voilà tout.

Pour boire, la gourde d’1 litre suffit. Les bébés encore au biberon et les plus soiffards prendront 1 litre et demi, mais il faut le porter et ce n’est pas très utile en ces randonnées courtes. Sans nier, loin de là, la nécessité de boire, surtout pendant l’effort, je me souviens quand même de mes diverses expériences en Europe, au Tibet et au Sahara. Boire sans cesse, comme ces Américaines qui tètent à longueur de journée leur demi-bouteille d’eau minérale, c’est physiquement inutile et psychologiquement infantile. C’est se créer une dépendance. Nous ne sommes pas dans un marathon où la dose d’efforts à la minute nécessite de se réapprovisionner sans cesse pour tenir la compétition !

Là, c’est l’archéologue qui parle : l’être humain est bâti comme un chasseur nomade, ce qu’il est resté durant des milliers d’années avant de se sédentariser tout récemment (6 ou 7000 ans pas plus sur 200 000 ans d’existence de l’Homo Sapiens Sapiens et peut-être 4 millions d’année pour ses ancêtres très lointains). Les chasseurs sont comme des lions : ils mangent deux fois par jour et ne boivent que toutes les deux à trois heures. Cela pour ne pas s’alourdir durant la marche ou la course, mais aussi pour que la machinerie du corps opère à plein rendement. Si vous habituez le corps à recevoir du liquide sans arrêt, il va chercher à l’éliminer par tous les moyens (mictions, transpiration). Si vous l’abreuvez à certains moments, par exemple durant les pauses, il va stocker le nécessaire et gérer le flux de manière efficace. Vous serez nettement plus en forme (moins « lourds ») et vos reins n’en fonctionneront que mieux.

C’est ce que m’ont appris les Touaregs du désert où l’eau buvable est rare. Inutile et gaspilleur de noyer le moteur : boire beaucoup lors des repas (pour la digestion, notamment des viandes et l’assimilation des alcools éventuels le soir), boire beaucoup le matin (parce que cela fait 8 ou 9 h que l’on n’a pas bu – puis ne boire (modérément) que durant les pauses entre les efforts. Aussi, un litre pour 5 à 6 h de marche suffit bien. Avec le petit-déjeuner et le dîner, cela fera sans peine trois litres dans la journée. Sauf à mettre dans la gourde de l’eau en bouteille (pourquoi pas ?), ne pas oublier d’emporter des pastilles de purification. C’est de la chimie « saine » : ce n’est peut-être pas idéal d’ingérer du chlore ou du permanganate de potassium, les désinfectants de l’eau les plus courants, mais c’est beaucoup mieux que d’attraper microbes et bactéries pathogènes. D’autant que « la courante » vous déshydratera alors au galop !

Ces détails triviaux ne siéent peut-être pas aux esprits sensibles ; mais à ceux-là, je dis « évitez la randonnée », contentez-vous de vous laisser trimbaler en bus climatisé de site culturel en parc de loisir ; ne venez pas faire la morale à ceux qui désirent vivre à plein. Le corps n’est qu’un outil pour l’esprit mais, comme tout bon ouvrier le sait, les « bons » outils s’entretiennent soigneusement. A nous de faire de même pour notre machinerie de chair, de nerfs et d’os.

Voilà le sac. Il ne devrait pas dépasser 3 ou 4 kg, gourde pleine et pique-nique au complet. Les montagnards rajouteront divers accessoires comme un tee-shirt de rechange, un sifflet si l’on se perd, une boussole, une couverture de survie, etc. Mais nous sommes dans une région où les villages sont proches et nous marchons en groupe accompagnés de guides locaux, tout cela est superfétatoire. Inutile de prendre un livre : en ces étapes rapprochées nous n’avons pas de « sieste » longue. Inutile de conserver sur soi le Guide du Mexique : ces villages accessibles à pied ne sont guère abordés par le tourisme et ils ne sont qu’à peine mentionnés ! On le voit, faire son sac est surtout une question de bon sens. La question n°1 est : de quoi ai-je besoin aujourd’hui ? La question n°2 : est-ce que je vais porter tout ça sans peiner ? Si vous répondez dans l’ordre, la marche restera un plaisir et ne deviendra pas une épreuve de fond.

Catégories : Mexique, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :