Clifford D. Simak, Demain les chiens

Cette anticipation du destin de l’humanité a quelque chose d’inéluctable en même temps qu’elle pourrait ne pas se produire tel que décrit. L’homme est un tueur, il domine et en veut toujours plus. Péché d’orgueil pour la Bible, dans le même mouvement que Dieu a reconnu l’homme « maître et possesseur de la nature » en le créant.

Il y a bien longtemps que l’homme a disparu lorsque ces contes au nombre de huit servent de légendes aux chiens. Les défauts comme les qualités de l’humain vont influer sur son évolution. En 10 000 ans depuis le XXe siècle, l’auteur nous montre comment la technique va inciter à la paresse, puis au retrait individualiste qui aboutit au mutant libertarien, tandis qu’une minorité quitte la terre en vaisseau spatial pour explorer les planètes. Des endroits où certains trouvent un paradis non humain dans lequel se fondre.

Sur terre, la dynastie des Webster se transmet de père en fils (un à chaque fois, sans aucune fille). Les inventions ou les renoncements des Webster font bifurquer le destin de l’humanité avec celui de la terre : abandonner les cités, partir pour les étoiles, refuser le renouvellement apporté par la philosophie de Mars (Juwain pas Karl), opérer les chiens pour qu’ils puissent parler et lire. Seul le robot Jenkins fera le lien.

Le péché originel Webster est d’avoir par frivolité refusé l’ouverture à l’autre, la rédemption consistera à laisser les chiens inventer leur monde où les hommes resteront des dieux mythiques dont on se demande à la fin s’ils ont vraiment existé. D’où ces huit contes, commentés doctement par des érudits. Les huit étapes sont les suivantes :

Premièrement, le concept de cité disparaît grâce à la décentralisation de l’énergie nucléaire sans limite et des robots qui font le travail. Chacun vit à la campagne d’une vie écologique en cueillant le bois, les récoltes et le gibier. Seule la pression sociale tient l’unité contre l’individualisme ; si elle se relâche, l’individu se perd car l’être humain est construit depuis des millénaires pour vivre en groupe.

Deuxièmement, cette absence de relations conduite à l’agoraphobie, le désir de rester chez soi dans le familier, la peur de l’autre et de bouger. Ce qui conduit à refuser le nouveau concept issu des martiens pour renouveler l’humanité car il faudrait aller sur Mars. C’est donc la décadence.

La troisième étape est la culpabilité du Webster descendant du refus qui fait muter les chiens pour une nouvelle pensée. Le chien Nathanaël parle. Les humains curieux ont divorcé de ceux qui sont restés ; ils sont partis explorer les planètes. Joe, le génie solitaire resté sur terre, ne sert à rien pour l’humanité.

Quatrième étape sur Jupiter : pour s’adapter l’humain est converti en être apte à vivre sous des pressions impossibles. S’ouvrent à lui d’autres sensations, d’autres horizons mentaux et il se libère –jusqu’à ne plus vouloir revenir. L’homme s’est perdu dans un autre être.

Cinquième étape, lorsqu’il fait l’effort de revenir sur terre pour dire quel orgasme c’est d’être devenu un être de ce paradis de Jupiter, il est rejeté par les instances mondiales : ce serait la fin de la race humaine. Et de fait, lorsqu’il alerte les médias pour le raconter, la plupart des humains s’en vont sur Jupiter pour trouver le paradis espéré et ainsi disparaître.

Sixième étape : sans vaste projet et une certaine stabilité imposée, aucune civilisation ne peut survivre. Ceux qui restent travaillent sans but ni endroit où aller, lorsqu’ils travaillent, sans liens familiaux ni commerciaux qui sont des raisons de vivre. Ils cessent tout effort et vivent au jour le jour tandis que les robots et les usines tournent de façon automatique. Ils sont les dieux des chiens qui parlent et des robots qui s’autoproduisent mais l’avant-dernier Webster actionne le mécanisme de défense qui isole la seule cité qui reste, Genève, siège du gouvernement mondial qui règne sur les quelques cinq mille humains qui n’ont pas voulu partir sur Jupiter. Il veut donner une chance aux chiens en les isolant des hommes. Mais son fils, rebelle et un brin écolo, est parti jouer avec ses amis à l’homme des cavernes muni d’un arc et de flèches. Lui ne sera pas confiné.

Septième étape : l’homme qui n’apparaît plus sur la terre a-t-il vraiment existé ? Les chiens se le demandent et véhiculent ces contes comme une légende mythologique. Il faut 5000 ans pour créer la civilisation des chiens et oublier l’humain. La société animale est unique et fraternelle, contrairement à celle des prédateurs tueurs que sont les hommes car, quoiqu’on fasse, l’homme réinventera toujours l’arc et la flèche, le meurtre.

Huitième étape, le robot Jenkins, qui a 7000 ans mais s’est régénéré périodiquement en pièces de rechange, est le seul lien entre le monde d’avant et le monde d’après. Il se souvient mais décide de faire passer les humains sauvages qui restent dans un monde parallèle pour laisser aux chiens leur chance.

Ce qui est intéressant dans cette fiction, ce sont les étapes logiques du développement humain. Si la technique nous permet de vivre dans un monde de dieux, à quoi bon faire un quelconque effort d’observation, de découverte et de compréhension ? Il suffit de se laisser vivre, voire de se droguer comme sur Jupiter, et de passer la main aux êtres vivants plus aptes à affirmer leur élan vital.

Clifford D. Simak, Demain les chiens (City), 1952, J’ai lu 2015, 352 pages, €8.00 e-book Kindle €7.49

Catégories : Livres, Science fiction | Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :