François de Combret, La substantifique moelle de L’Homme sans qualités

Qui se souvient de Robert Musil ? Il est l’auteur des Désarrois de l’élève Törless, publié en 1906, qu’un film de Volker Schlöndorff tourné en 1966 qu’Arte a sorti de l’oubli en 2015, au point que des jeunesses demandaient ensuite dans les Fnac si le libraire ne connaissait pas un bouquin sur « les désarrois de l’élève topless ». Elles croyaient sans doute qu’il s’agissait d’un livre « sociétal » sur les victimes d’exhibition ou de genre. Musil, Autrichien né en 1880, est surtout l’auteur de sa somme inégalée, roman fleuve comportant tous les genres, L’homme sans qualités publié en deux tomes en 1930 et 1933. Il est « foisonnant et complexe », selon le magistrat émérite François de Combret qui l’a lu, relu, annoté, et en a fait un livre. L’homme sans qualités reste inachevé, un tome 3 était prévu qui n’existe qu’à l’état de fragments, l’auteur étant mort en 1942 à 61 ans d’une congestion cérébrale, à l’acmé d’Hitler, dans la bonne ville de Genève où s’était réfugié avec son épouse. Pacifiste et « juif par alliance » (sa femme l’était), il était mal vu par les nazis et interdit de publication en Allemagne.

Curieusement, Robert Musil n’est pas édité en Pléiade bien que l’excellente traduction de Philippe Jaccottet soit en collection de poche.

L’homme sans qualités, c’est lui Musil, inadapté à l’empire austro-hongrois futile et content de lui où « il y avait du ‘dynamisme’, mais point de trop » cité p.34, et « où on se bornait à tenir les génies pour des paltoquets » cité p.35. L’Autriche, c’est « la Cacanie », le K und K, kaiserlich und königlich, l’impérial et royal Etat d’Autriche-Hongrie. Un laboratoire du crépuscule européen confit en bourgeoisie, que Nietzsche juste avant l’époque appelait une rumination de vache à l’étable : le déclin de l’Occident selon Splengler. Inapte au système scolaire, rêveur, dépressif, Musil tente l’armée comme son héros Ulrich, puis devient ingénieur en mécanique comme lui, préférant éveiller les possibilités réelles plutôt que de se contenter des réalités réalisées. Il est en cela précurseur de l’existentialisme, dit Combret. Ulrich, l’homme sans qualités, est inqualifiable ; il n’a pas d’identité. Il n’est pas dans sa société mais l’étudie, mesure l’absurde des situations, classe le bestiaire humain. Il disloque pour révéler, avec une ironie mordante par antiphrases et métaphores.

François de Combret est fasciné par l’univers quasi entomologique de Musil, par son sens de l’observation et l’intelligence de ses remarques, faites comme en passant. Il y a du philosophe dans ce romancier ingénieur volontiers poète. Notre auteur veut « défricher l’accès » au chef-d’œuvre et le rendre accessible. Un travail de bénédictin fait d’innombrables citations en 3 parties et pas moins de 180 chapitres. Manque cependant une synthèse qui aurait donné du sens à cette exégèse minutieuse sur ce grand œuvre d’une fin d’époque.

Pour ceux qui veulent comprendre et lire un digest à l’américaine, sans faire l’effort de savourer les 2208 pages de la traduction française de poche en deux tomes.

François de Combret, La substantifique moelle de L’Homme sans qualités de Robert Musil, 2022, éditions du Palio, 449 pages, €21,50

Attachée de presse Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Lire l’original :

Robert Musil, L’homme sans qualités tome 1, 896 pages, Points Seuil 2011, €9.90, tome 2, 1312 pages, €10.20

Catégories : Livres | Étiquettes : , , , , , ,

Navigation des articles

2 réflexions sur “François de Combret, La substantifique moelle de L’Homme sans qualités

  1. Vous avez évidemment raison, une partie de la phrase a sauté – que je rétablis. Merci de me l’avoir signalé. J’ai parfois sur mon ordinateur de ces « gels » d’écran qui ne prennent pas la frappe en compte, je ne sais pourquoi. Un problème de processeur, me dit-on; un problème Windows avec les incessantes « mises à jour », plus probablement.

    J’aime

  2. Jean-Marc

    Le film de Volker Schlöndorff date de 1966. Il suffit d’ailleurs de suivre le lien qui ramène sur votre article concernant le film. 2015, je crois que c’est l’année où il est passé sur Arte. Je l’ai vu au début des années 70 lors de ma période étudiante. C’est une des premières apparition de Matthieu Carrière, qui commençait ainsi sa spécialisation dans les rôles de jeune homme germanique. J’ai lu le livre sans doute un peu avant, adolescent. C’est nettement plus facile que l’homme sans qualité que j’ai lu beaucoup plus tard, et que la maturité m’a fait apprécier.

    J’aime

%d blogueurs aiment cette page :