Articles tagués : albergo l’ape elbana

Ferry pour Portoferraio sur l’île d’Elbe

Nous n’avons qu’à traverser le quai au sortir de la gare ferroviaire pour monter sur les ferries. Le nôtre est un Toremar au nom en rouge sur fond blanc.

Entre les ponts, l’intérieur et le soleil trop vif, je trouve un coin à l’ombre d’où voir défiler la jetée. Un couple franco-allemand avec deux garçons et une fille joue au talkie-walkie.

Un autre couple avec deux ados longilignes est pleinement allemand. Il y a beaucoup de touristes venus de Germanie dans le nord de l’Italie ; le pays offre le soleil et la nourriture qui plaisent tout en restant à une heure d’avion ou quatre de voiture pour eux. Et les îles fascinent : les Romains avaient déjà envahi Elbe en 453 avant notre ère et les Pisans s’en sont emparés au 11ème siècle.

La traversée dure environ 1h30 et je me pose à l’intérieur, au calme et dans la climatisation, pour avancer la lecture du roman que j’ai emporté. Il se passe au Tibet, ce qui est très dépaysant.

Le ferry long l’île d’Elbe un moment avant d’entrer dans la baie de Portoferraio, très bien protégée de toutes parts. C’est un petit port vivant et la capitale avec ses quelques 10 000 habitants sur les 28 000 de l’île. Des maisons aux façades ocre et rouge s’étalent sur les pentes jusqu’aux trois forteresses qui dominent et commandent la baie. Les mines de fer, richesses de la région, étaient exploitées depuis les Etrusques et les Romains ; elles ont donné ce nom de port du fer à la ville. Cosme 1er de Toscane a créé la cité en 1548 pour défendre les côtes. Portoferraio est désormais dotée des sites fortifiés de Forte Stella, Forte Falcone et Forte Inglese, ce qui lui a permis de résister victorieusement en 1553 aux incursions du redoutable pirate Dragur. La dernière mine de fer a fermé en 1981.

Les bagages de tous entassés dans un seul taxi, nous joignons, l’hôtel à pied en longeant le quai de plaisance puis celui des pêcheurs. Sur ces derniers règne un invraisemblable fouillis de filets entassés en grandes caques de plastique noir et d’accessoires métalliques rouillés sur le pont.

Par une porte fortifiée – la Porta a Mare – nous pénétrons la ville.

Au-delà de deux cours, se trouve l’Albergo L’Ape elbana, un peu en hauteur, Salita Cosimo de Medici. Son toit est le refuge des mouettes au matin. Son nom signifie l’abeille elbaine, allusion à Napoléon 1er qui qualifiait les Elbains de ses abeilles. Les habitants étaient à la fois travailleurs et dociles… Les chambres sont vieillottes, comportant surtout un large lit « matrimonial » au double matelas à mémoire de forme et un antique générateur d’air conditionné – que je m’empresse de couper pour la nuit.

Nous randonnerons sur l’île d’Elbe avec l’agence Chemins du sud.

Catégories : Italie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire