Articles tagués : mines de fer

Monte Calamita

Pendant que nous petit-déjeunons de croissants parfumés à la fleur d’oranger, la vie du lundi matin à Portoferraio reprend peu à peu dans la ville. Une volée de cloches appelle à une messe, les éboueurs passent ramasser les poubelles, les pépés vont acheter journal et cigarettes ou prendre un café serré. Le soleil dore déjà les façades – la journée sera chaude.

Sur le port, des familles attendent le ferry pour rentrer sur le continent, dont de nombreux petits Allemands blonds aux cheveux longs. Nous prenons le bus pour Capoliveri, au sud-est, village dans la montagne. Une horde de Noirs l’emprunte aussi ; ils sont flanqués de ballots portant des babioles à vendre sur les marchés, écume de la vague des migrants arrivés depuis deux ans et convertis en vu compra (je voudrais vous vendre…). Le paysage est à la corse, de maquis et de bois. Les villages semblent cependant plus vivants, habités toute l’année par des actifs plus que par des retraités. Mais nombre de maisons sont à vendre (vendesi) en raison d’un impôt foncier rétabli récemment, croit savoir Denis.

Nous faisons un tour dans Capoliveri, ses rues piétonnes aux façades colorées. Nous achetons inévitablement de l’eau à la Coop, 24 centimes la bouteille d’un litre et demi. Des caisses de fruits viennent des Illuminati. Je ne pense pas qu’il s’agisse de la même secte qui sévit dans le Da Vinci Code (mais qui se souvient encore de cet événement éditorial ?). Les complotistes pourront spéculer à loisir.

Une maison affiche une plaque en poterie : « Attenti al gatto » – attention au chat ! Je verrai de même à Marciana une céramique portant les termes « Attenti a la nonna ». Passent des touristes dont deux enfants de 11 et 12 ans, garçon et fille en tongs avec de longues jambes bronzées, portant chacun au cou un téléphone mobile sous sachet plastique. Même en vacances, ils ne peuvent se passer de leur gadget social.

Nous quittons le village pour nous engager, chaussures de marche aux pieds et sac sur le dos sous le cagnard, sur une piste de VTT qui part vers le Monte Calamita (412 m). Denis en profite pour nous conter la vie sexuelle des figues. Il leur faut une abeille de 3 mm pour les féconder, ce pourquoi les figuiers ne poussent pas au-delà d’une certaine limite climatique (actuellement au nord de Lyon). Les fleurs se trouvent à l’intérieur de la bourse et ne deviennent fruits qu’à cette condition. Certaines races s’autofécondent en parthénogénèse. Les chênes-lièges poussent en arbustes au-dessus du maquis.

Nous croisons beaucoup de vététistes sur le chemin ; ce sport plaît beaucoup aux Allemands et contente plus les jeunes que la marche, trop fatigante et trop connotée retraité. Denis m’apprend curieusement que nombre de gens ne sont pas à l’aise en vélo. Même s’ils en ont fait petits, ils sont maladroits et ont peur de tomber – ce qui fait survenir inévitablement la chute. Nous rejoignons d’ailleurs un Italien dont le copain vient de chuter, probablement en freinant trop du frein avant. Mais rien de grave, seules ses lunettes de soleil ont éclaté.

Nous passons près de vignes en espalier, devant un ensemble de bacs de séchage des raisins noirs qui servira à faire un vin plus sucré (le Pisanti), devant la Tenuta delle Ripalte « Lo Zappatoio ».

C’est une ferme récemment réhabilitée en vignoble avec subvention du gouvernement pour assurer une gestion du paysage.

Avec sa haie de pins parasols, ses champs de vignes, son élevage de chevaux et sa terre entourée d’eau, le domaine me paraît un lieu digne des fermes autarciques romaines. Il sera l’un des points de fixation de la population si la Grande crise systémique que certains prévoient survient. Il sert en attendant de gîte aux vététistes et de centre équestre.

Depuis les hauteurs, Denis nous désigne la forteresse de Porto Azurro, village dans lequel nous allons coucher ce soir ; elle est devenue prison. Ce sont les feux des hauts-fourneaux des mines de fer de l’endroit que les marins grecs voyaient en longeant la côte vers Marseille. Le fer et le granit étaient les deux productions principales de l’île dans l’antiquité. Le granit a par exemple servi à bâtir le Panthéon de Rome. L’île vit aujourd’hui surtout du tourisme. Elle produit son vin, sa bière Birra Napoleon, son parfum Aqua dell’Elba.

Nous apercevons aussi l’île de Monte-Cristo, si chère à notre imagination d’enfant. Alexandre Dumas n’a jamais mis le pied dessus mais son aspect sauvage et son profil en Puy de Dôme l’a séduit.

Catégories : Italie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Ferry pour Portoferraio sur l’île d’Elbe

Nous n’avons qu’à traverser le quai au sortir de la gare ferroviaire pour monter sur les ferries. Le nôtre est un Toremar au nom en rouge sur fond blanc.

Entre les ponts, l’intérieur et le soleil trop vif, je trouve un coin à l’ombre d’où voir défiler la jetée. Un couple franco-allemand avec deux garçons et une fille joue au talkie-walkie.

Un autre couple avec deux ados longilignes est pleinement allemand. Il y a beaucoup de touristes venus de Germanie dans le nord de l’Italie ; le pays offre le soleil et la nourriture qui plaisent tout en restant à une heure d’avion ou quatre de voiture pour eux. Et les îles fascinent : les Romains avaient déjà envahi Elbe en 453 avant notre ère et les Pisans s’en sont emparés au 11ème siècle.

La traversée dure environ 1h30 et je me pose à l’intérieur, au calme et dans la climatisation, pour avancer la lecture du roman que j’ai emporté. Il se passe au Tibet, ce qui est très dépaysant.

Le ferry long l’île d’Elbe un moment avant d’entrer dans la baie de Portoferraio, très bien protégée de toutes parts. C’est un petit port vivant et la capitale avec ses quelques 10 000 habitants sur les 28 000 de l’île. Des maisons aux façades ocre et rouge s’étalent sur les pentes jusqu’aux trois forteresses qui dominent et commandent la baie. Les mines de fer, richesses de la région, étaient exploitées depuis les Etrusques et les Romains ; elles ont donné ce nom de port du fer à la ville. Cosme 1er de Toscane a créé la cité en 1548 pour défendre les côtes. Portoferraio est désormais dotée des sites fortifiés de Forte Stella, Forte Falcone et Forte Inglese, ce qui lui a permis de résister victorieusement en 1553 aux incursions du redoutable pirate Dragur. La dernière mine de fer a fermé en 1981.

Les bagages de tous entassés dans un seul taxi, nous joignons, l’hôtel à pied en longeant le quai de plaisance puis celui des pêcheurs. Sur ces derniers règne un invraisemblable fouillis de filets entassés en grandes caques de plastique noir et d’accessoires métalliques rouillés sur le pont.

Par une porte fortifiée – la Porta a Mare – nous pénétrons la ville.

Au-delà de deux cours, se trouve l’Albergo L’Ape elbana, un peu en hauteur, Salita Cosimo de Medici. Son toit est le refuge des mouettes au matin. Son nom signifie l’abeille elbaine, allusion à Napoléon 1er qui qualifiait les Elbains de ses abeilles. Les habitants étaient à la fois travailleurs et dociles… Les chambres sont vieillottes, comportant surtout un large lit « matrimonial » au double matelas à mémoire de forme et un antique générateur d’air conditionné – que je m’empresse de couper pour la nuit.

Nous randonnerons sur l’île d’Elbe avec l’agence Chemins du sud.

Catégories : Italie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire