Tapez le tapa à Tahiti

Excepté dans l’île de Fatu Hiva aux Marquises, on ne fabrique plus de tapa en Polynésie.

Avant l’arrivée des Occidentaux au 18e siècle, les Polynésiens ne disposaient que du tapa pour se vêtir, et couvrir les effigies des dieux, recevoir les nouveau-nés, servir de linceuls aux morts, orner et séparer des espaces collectifs. Le tapa est le tissu local, fait de fibre d’écorce tapée.

La fabrication du tapa est réservée aux femmes. En fonction de la taille et de l’utilisation du tapa on choisira l’espèce d’arbre et la quantité nécessaire. Au premier coup d’œil, le tapa ressemble à un grand buvard brun, beige ou blanc sur lequel on a tracé ou imprimé des motifs. Le tapa était fabriqué dans tout le triangle polynésien.

Les différents arbres à tapa sont :

  • le aute ou mûrier à papier qui donnera un tapa blanc et fin ;
  • l’uru ou arbre à pain fournira un tapa épais, rêche et blanc,
  • l’ora ou banyan un tapa épais, doux, brun clair. La couleur du tapa dépendra de l’arbre utilisé et du séchage.

Séché au soleil, le tapa sera blanc ; pour obtenir un tapa de couleur brune il devra sécher  à l’ombre dans un endroit ventilé.

Pour fabriquer le tapa il vous faudra un billot en bois (tutua), ou en pierre (kiva), de forme quadrangulaire sur lequel vous poserez l’écorce ainsi qu’un maillet en bois (I’i)  pour la battre. Après avoir choisi votre arbre, votre tane ira scier les branches nécessaires. L’écorce extérieure sera enlevée. Vous ferez une entaille afin de pouvoir séparer l’écorce à battre de la branche. Pendant plusieurs heures vous battrez l’écorce grâce à vos outils.

Vous voulez un tapa souple et fin ? Tapez, tapez, ne cessez pas de battre pendant des heures. Ensuite, vous irez au ruisseau le laver  à l’eau claire, vous le sècherez, puis vous le teindrez et y dessinerez des motifs. Il est grand temps de transmettre ce savoir-faire ancestral aux jeunes générations.

Y aura-t-il des candidats alors que l’achat de vêtements made in China est si facile ?

Hiata de Tahiti

Herman Melville dans ‘Taipi’ a décrit la fabrication qu’il a vue du tapa dans les îles en 1846 (Retrouvez tous les romans d’Herman Melville chroniqués sur ce blog)

Le tapa expliqué sur le site de Tahiti1

Un article de Marie-Charlotte Laroche sur le tapa de Tahiti

Lien vidéo pour une danse strip-tapa à l’hôtel Matavai début des années 1980

Catégories : Art, Livres, Polynésie | Étiquettes : , , , , , ,

Navigation des articles

Une réflexion sur “Tapez le tapa à Tahiti

  1. hitia o te Ra

    Très belle description, je vais me presser de chercher autour de moi les arbres indiqués.. Je suis d’accord sur le fait que l’on pourrait sans aucun doute fabriquer nos propres tissus sur la base du tapa au lieu de se farcir des tissus extérieurs, qui pollue énormément trop (coton, tissu synthétique, etc). Merci pour ce partage de notre belle culture.

%d blogueurs aiment cette page :