Chaud Tahiti

Pour la saison chaude 2011-2012, le risque cyclonique serait plutôt faible à cause ou grâce à la Niña, 23%. Si Madame Météo intègre des risques de dépressions tropicales, on atteint 56%, un taux légèrement plus élevé que l’an passé. Restez chez vous et attendez la fin de la saison chaude, touristes. Bien entendu si vous désirez vous mesurer à un cyclone, come with us you are welcome ! Nous sommes en tenue légère, comme vous voyez.

Si risque cyclonique il y a, alors les Australes, les Gambier, pourraient recevoir la visite de cyclones, on parle aussi des Iles du Vent (Tahiti, Moorea). Cool, rien de grave, on est habitué à voir sa toiture prendre le large.

La sécheresse perdure. Il y a un déficit pluviométrique essentiellement aux Iles du Vent, aux Tuamotu, aux Gambier. Il en est tombé deux à trois fois moins qu’en saison moyenne. C’est normalement durant ces six mois que 70% des pluies annuelles sont recueillies. Météo France qualifie cette saison de « sécheresse exceptionnelle ». Records battus : Faa’a 371 mm contre 674 mm, Rikitea (Gambier) 426 mm contre 581 mm pour les records précédents.

Est-ce la saison ? Tout le monde a noté la « petite phrase » de notre Oscar Temaru, Président du Territoire : « Tous les présidents de la République sont dignes de passer devant la cour internationale de justice. C’est pour cela que je vais à New-York. La France ne respecte pas les Polynésiens. »

 J’avais retenu que la Cour internationale était à la Haye (Gravenhage aux Pays-Bas) et qu’à New York était l’ONU. Ma mémoire me trahit-elle ou y a-t-il eu des changements dont on ne m’a pas avertie ?

Je devrai retourner à l’école du pays, peut-être…

Autre échec d’Oscar Tane, celui de la demande de prêt de 5 milliards de FCP auprès de la CPS (SS).

Mais inauguration en grande pompe du tunnel d’un kilomètre de long sur la côte Est. Pour ceux qui ont vécu ou visité Tahiti, il se situe au Trou du souffleur. Ce tunnel serait une idée d’Oscar Tane. Tane est le terme pour ‘Monsieur’ en local. Le ministre de l’équipement James Tane (qui n’est pas le frère du précédent) avait fait une surprise de taille à Oscar : la plaque du tunnel dévoilée, on pouvait lire Oscar Manutahi Temaru. Surprise du président qui n’aurait pas été au courant. Les commentaires fusèrent comme « dans toutes les démocraties du monde, on ne donne pas le nom d’une personne vivante à un lieu, un monument … ». Serait-ce alors l’initiative d’un ministre fayot ? La plaque fut taguée un ou deux jours après l’inauguration.

Au fait, d’après le correctif du ministre il aurait fallu lire « O manutahi i te maru o te Anahoho ». Mais alors il aurait fallu l’indiquer avant le taggage de la plaque. Merci au lexique du Tahitien contemporain pour entendre la traduction : «  Tel un oiseau aux ailes déployées ombrageant la rivière Anahoho. » C’est pas beau ça ?

Les grandes causes se traitent à Papeari. Sans Papeari, la Polynésie ne serait rien… Après le dépôt de munitions, le chenil, le dépotoir, le moto-cross et bientôt la prison, c’est là, au pied du cimetière, qu’une société est venue construire un serpent de mer qui, une fois terminé, fut tracté jusqu’à l’atoll de Tetiaroa. Il s’agit de la canalisation immergée du Sea Water Air Conditionning  du futur hôtel « The Brando » a été plongée à une  profondeur de -960m, nouveau record mondial. Alors qui oserait dire qu’à Papeari, il n’y aurait que des ploucs ?

Le pakalolo, ça pousse bien et ça rapporte bien. Le pakalolo c’est le lait du rêve, la résine de cannabis… D’après la gazette locale, ‘La Dépêche de Tahiti’ du 26/10/2011, les Mutoi Farani (Gendarmes) auraient mis la main sur « 3090 pousses de paka dans des serres sous-abri à Papeari… sur indications  anonymes adressées à la gendarmerie, et où ? – à Papeari dans deux serres clandestines dissimulées dans un fare (baraque) apparemment abandonné. Ces trouvailles s’ajoutent à un millier de pieds du côté de Faaone (Côte Est) et du quartier de la Carrière à Papara. » Le Médor de la Gendarmerie nationale aura moins de travail, j’espère qu’il aura quand même droit à un repas amélioré après ces prises. La gazette locale du 28 octobre parle de « Cinq interpellations à Tahiti-Faa’a (aéroport), Papeari et Tipaerui (Papeete). Ca donne 313 g d’herbe séchée, un peu plus d’un gramme d’ice, 1626 pieds de pakalolo, une quarantaine de sticks, un peu d’argent liquide, un véhicule, du matériel informatique, deux pirogues d’une valeur de 1 million de Francs Pacifique ». Ah, mais notre président indépendantiste Oscar Tane n’avait-il pas dit qu’il « légaliserait » le pakalolo mais seulement celui vendu aux touristes… ? Mes pieds gonflent… j’ai des chevilles comme un tronc de bananier : je me prends pour qui ?

Après les chevilles, ce sont les doigts qui réclament une pause. Les ans s’accumulent. Portez-vous bien mes lecteurs, Iaorana (salut local).

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :