Frédéric Bizard, Complémentaires santé : le scandale !

frederic bizard complementaires sante le scandaleArticle repris sur le blog Agriculture-convivialité-environnement et Guilaine Depis

Les complémentaires santé sont-elles utiles ? Frédéric Bizard n’hésite pas à répondre le plus souvent NON.

Il analyse trois cas emblématiques : un célibataire de 35 ans, un couple de 45 ans avec deux enfants ayant besoin de soins dentaires et optiques, un couple de retraités de 65 ans. Même avec une hospitalisation de sept jours et opération de la cataracte, le paiement durant cinq ans d’une complémentaire santé n’est pas intéressant pour les retraités. Mieux vaut conserver une épargne de précaution que cotiser ! Sauf pour les contrats de groupe, moins chers et mieux gérés, mais qui sont réservés à ceux qui travaillent dans les grandes entreprises ou administrations.

Le mutualisme est une idée généreuse ; or les mutuelles santé aujourd’hui sont le fromage de francs-maçons et de politiciens dont la solidarité n’est pas le premier souci. Frédéric Bizard, maître de conférence à Science Po et spécialiste de la santé, en fait le constat implacable : « Comment parler aujourd’hui de valeurs mutualistes lorsque la Mutualité française promeut l’opacité des frais de gestion, le militantisme politique et le militantisme mutualiste, ferme les yeux sur le laxisme gestionnaire de certains de ses membres… » p.114.

Trop nombreuses, nids politiques ou vaches à lait de quelques cooptés (ex-MNEF, MGEN, Mutuelle des sportifs, MATMUT…), les mutuelles sont surtout très mal gérées : « Les mutuelles ont le niveau de charges d’administration (personnel, informatique, immobilier) le plus élevé du secteur » p.45. « Sans parler du train de vie de certains conseils d’administration qui feraient rêver bon nombre d’entreprises du CAC 40 qui ont abandonné de telles pratiques depuis des années » p.47. Mais elles refusent la transparence des comptes, approuvées par Marisol Touraine, pourtant ministre qu’on croyait en charge de l’intérêt général. L’obligation de la Directive européenne Solvabilité 2 a été « repoussée » sine die le 18 octobre 2012.

Non seulement les mutuelles des complémentaires santé compensent mal les soins délaissés par l’Assurance maladie (dentaire et optique surtout), mais elles masquent leur carence par des publicités de remboursement « à 100 % » ou « 200 % » qui ne veulent rien dire, dans la mesure où c’est le seul ticket modérateur qui est pris en compte et non pas les frais réels.

Seule une assurance chirurgie et hospitalisation est vraiment utile, mais ni les soins de ville, ni le dentaire, ni l’optique, très mal remboursés par les mutuelles. Les complémentaires santé exploitent la peur d’être malade mais se gardent bien de vous dire : qu’« en cas de maladie grave ou d’opération coûteuse, tout citoyen français verra ses soins pris en charge quasi intégralement par la Sécurité sociale » p.87. Intégralement : à quoi servent donc les mutuelles sur ces cas graves ?

Une enquête auprès de 30 mutuelles, réalisée à la demande de l’Union des chirurgiens de France, montre que « le seul critère demandé systématiquement par les mutuelles est le budget que la personne ou la famille peut consacrer par mois à sa complémentaire santé (…) et non pas ses besoins de garanties » p.88 ! Ce constat confirme les enquêtes successives de la revue de consommateurs Que Choisir ? de 2010, 2011 et 2012 : le fric d’abord, pas la solidarité…

L’hypocrisie politique apparaît en pleine lumière : discours généreux et fraternels, réalité grippe-sous et très inégalitaire : les cadres des grands groupes et administrations sont les mieux protégés, les chômeurs, les étudiants et les retraités les moins bien remboursés et accompagnés en prévention. Bien que l’État subventionne… La promesse Hollande d’une complémentaire santé « pour tous » ne fera que conforter ces inégalités, alors que la transparence et l’adaptation aux vrais besoins seraient la priorité.

Très pédagogique, le livre de Frédéric Bizard est rempli de faits et de sources, notamment les rapports publics de la Cour des comptes, de l’HCAAM, du fonds CMU, de la Drees, de l’IRDES, de l’IGAS et de l’OCDE. Il offre un historique du mutualisme santé en France (très en retard sur l’Allemagne et le Royaume-Uni), un résumé à la fin de tout chapitre et des annexes copieuses sur les coûts des mutuelles, les tarifs opposables et le détail de la consommation des ménages français en soins de santé.

Il donne surtout page 91 « quelques conseils pour bien choisir sa complémentaire santé » (hors contrat groupe obligatoire de son employeur) :

  • évaluer ses dépenses de santé sur les 3 dernières années,
  • évaluer son besoin de couverture,
  • faire jouer la concurrence,
  • évaluer en euros (et pas en %) les garanties proposées,
  • privilégier les risques garantis les plus coûteux
  • et les contrats les plus flexibles.

A lire en urgence avant d’aller aux Urgences, en complément de la revue Que Choisir ? pour vraiment savoir ce qu’on achète comme « protection » santé…

Frédéric Bizard, Complémentaires santé : le scandale !, octobre 2013, éditions Dunod, 167 pages, €14.16

Rencontrez l’auteur via son attachée de presse : Guilaine Depis 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Catégories : Economie, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

2 réflexions sur “Frédéric Bizard, Complémentaires santé : le scandale !

  1. Le propos du livre n’est pas de nier l’avantage des complémentaires santés en soi, mais de pointer les dérives mafieuses du mutualisme « à la française » : copains et coquins. De même nature (ajouterai-je, que celui des syndicats il y a quelques années encore, dont la comptabilité n’était pas des plus transparentes, comme en témoigne le procès récent de l’UIMM.
    Le mutualisme reste une belle idée, qu’il ne faut surtout pas laisser dans les mains des militants politisés.

    J'aime

  2. Tout à fait pertinent. Toutefois, il est prudent de bien calculer avant d’arrêter de payer une mutuelle parce que l’on aurait une ALD (100 %). En effet, si l’on ne relève ni de la CMUC ni ne l’ACS (aides financières pour complémentaire santé attribuées sur dossier en fonction des ressources du foyer) il faut savoir que le forfait hospitalier de 18 euros par jour reste à payer. Cela relève de la dette alimentaire. En cas de non paiement, par l’assuré ou par ses obligés alimentaires (ascendants ou descendants jusqu’aux petits enfants, gendre et bru compris) le Trésor Public aura le droit de saisir directement sur les comptes bancaires ou postaux. De plus, se réassurer par la suite auprès d’une complémentaire santé sera un parcours d’obstacles… Retraités, demandez à votre mutuelle si elle peut vous aider à faire face à vos coûteuses cotisations via son fonds d’action sociale (dossier qui passe en commission).
    Pourquoi ces cotisations volontaires ne sont elles pas déductibles des impôts ??? au même titre que les assurances vie, retraite, etc…
    Participer solidairement à la prévention de risques de santé n’est pas valorisé. Alors que la tuberculose et autres maladies respiratoires, les dépressions, les lombalgies, les allergies, les affections cardio-vasculaires plombent le budget de la sécu (cf. toutes les alertes épidémiologiques).

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :