Daniel Pennac, Comme un roman

Cet essai est à double face, mais pas de quoi vous scotcher.

Face 1 l’ennui des chapitres riquiquis (une phrase au minimum, deux pages au maximum), les poncifs éculés des jeunes qui ne lisent, plus, l’influence délétère de la télé et du ciné (Internet et les mobiles n’existaient pas encore !), le devoir de lire imposé par les parents et les profs aux ados qui soupirent devant le nombre de pages et ont peur de « la culture » (c’est-à-dire de répondre aux questions scolaires).

Face 2 l’idée lumineuse de faire avec les ados comme avec les petits : leur lire à haute voix un livre. Le prof lit en cours et ce n’est pas « chiant » : ils en redemandent ! ils courent acheter le livre pour savoir la suite ! Du moins à l’époque et avec la voix de Pennac et sa diction particulière. Pas sûr que ça marche à tous les coups, ni avec « la diversité » qui a explosé dans les classes. Pour certains il n’y a qu’un seul Livre, tout le reste est douteux, voire pornographique (pensez, ils s’embrassent !).

Donc une idée, mais de circonstance, diluée avec des mots de journaux, sans aucune originalité. Voilà du Pennac(chioni) : ça se lit bien et on oublie aussitôt. Un optimisme des années 1990, peut-être encore utile aux profs qui se demandent comment intéresser les tourmentés d’hormones.

Tel un dieu des classes, Pennac instaure les Dix commandements :

  • Le droit de ne pas lire.
  • Le droit de sauter des pages.
  • Le droit de ne pas finir un livre.
  • Le droit de relire.
  • Le droit de lire n’importe quoi.
  • Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)
  • Le droit de lire n’importe où.
  • Le droit de grappiller.
  • Le droit de lire à haute voix.
  • Le droit de nous taire.

Sauf que « le programme » est exigeant avec ses grilles d’analyse linguistiques – au détriment du bonheur de lire et de rêver. Si lire est une corvée, normal que les ados s’en battent et se rabattent sur mes maths.

De cet essai, pourquoi en faire « un livre » ? Un article aurait largement suffit. D’ailleurs, vous pouvez sauter (des pages), ne pas finir, grappiller et délaisser sans commentaires. Un seul trajet en RER m’a suffi pour cocher définitivement la case « lu » pour ce livre.

Daniel Pennac, Comme un roman, 1992, Folio 1995, 203 pages, €6.60

Catégories : Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :