San Cristobal de Las Casas

Notre hôtel est le « Rincon del Arco », un peu excentré, une ancienne demeure coloniale datant de 1891 qui offre aujourd’hui 48 chambres et deux suites. Il ouvre de plain pied sur un patio verdoyant sans doute très agréable pour qui séjourne un peu. Mais la ville a peu de choses à montrer et l’on fait le tour de ce qu’il y a à voir en deux heures. Une fois installés dans nos chambres, nous allons nous y promener, chacun selon ses affinités. Les rues coloniales sont bordées de maisons basses aux fenêtres grillagées et aux murs peints de couleurs vives pour casser leur austère fermeture.

Je me dirige assez vite vers le centre névralgique de la ville, le Zocalo – appelée ici « Place du 31 mars » (jour de fondation de la ville) – où se dresse la cathédrale.

Chapelle bâtie dès la fondation de la ville, agrandie et redécorée en 1639, modifiée au 19ème siècle, éprouvée par les tremblements de terre, il ne reste plus guère que le clocher comme vestige de la première construction ! La façade ouest, repeinte en 1980, est toute en meringue et couleurs. Le stuc blanc moule voluptueusement les niches où paradent divers saints austères. Un photographe italien a installé son appareil Nikon sur un pied et, flanqué de son accorte compagne, attend que le soleil couchant nimbe de teintes chaudes la façade que les nuages éteignent. Cela ne manque pas de se produire et nous, qui avons été patients avec lui, profitons de l’aubaine.

Sur le parvis, une femme venue d’un village voisin vend des colifichets artisanaux aux touristes. Elle est accompagnée de son enfant, un beau petit gars aux yeux noirs. Le portail sud, qui ouvre sur le Zocalo, date de 1920.

L’intérieur de l’église est empli de délicates chapelles comme affectionnent les Indiens. Ils ont chacun élu leur saint ou leur saint personnel et viennent régulièrement les prier, les remercier, allumer devant leur effigie une bougie, petite lueur tremblotante de présence et d’espoir. Un Christ aux outrages, souffrant péniblement sous la Croix, recueille nombre de suffrages. Pour le préserver de l’usure de la foi qui touche et polit, on l’a mis dans une cage de verre. Est-il en « pasta de caña », cette poudre de maïs agglomérée par des résines et stuquée qui était la spécialité des artistes indiens du 16ème siècle ? Peut-être ce Christ souffrant est-il l’image où se reconnaissent ces descendants des Mayas dans l’état déshérité du Chiapas ? La chaire en bois sculpté est extravagante, soutenue par un aigle. Elle date de 1708.

La Vierge des Sept Douleurs trouve échos chez les populations indiennes. Le chiffre sept scande le temps sacré chez les Chrétiens mais sert aussi de marqueur tribal chichimèque : à l’aube des temps, des sept cavernes originelles sont sorties les sept tribus qui ont peuplé le Mexique central. La déesse des subsistances est appelée « Sept Serpents ».

Avec le soleil tombé derrière l’horizon se lève le froid de l’altitude. Celles et ceux qui avaient laissé la fourrure polaire à l’hôtel, lorsqu’il faisait si chaud à 15h, le regrettent derechef. Thomas est un peu en retard au rendez-vous sur la place pour avoir cherché une fille du groupe qui est peu soucieuse de l’heure et ceux qui ont froid commencent à s’impatienter.

Catégories : Mexique, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :