Mary Higgings Clark, Avant de te dire adieu

Nell est orpheline depuis que ses parents anthropologues sont morts dans un accident d’avion lorsqu’elle était enfant. Elle a été élevée par son grand-père, le député de New York Cornelius MacDermott, veuf mais nanti d’une sœur, Gert, qui ne s’est jamais mariée. Autant lui est rationnel et positif – l’Américain-type – autant elle est irrationnelle et affective – l’Américaine-type. Mary Higgings Clark ne fait jamais dans la nuance. De même Nell, une fois adulte, est une belle jeune femme dotée de toutes les qualités vraies et transparentes, tandis que son mari Adam semble n’avoir que les apparences…

Adam Cauliff, sorti d’une obscure université de seconde zone du Dakota du nord (autrement dit Ploucville pour un newyorkais), est devenu architecte. Après plusieurs employeurs, il a réussi à emballer la belle Nell et à se faire embaucher dans une société reconnue grâce aux relations de Mac puis il a fondé sa propre société, emmenant avec lui Winifred, secrétaire modèle de l’agence depuis trente ans. Il a réussi à acheter un terrain mitoyen de l’immeuble Vanderbilt, vieux machin classé monument historique… qui justement a été déclassé. Mais le machin brûle dans un incendie déclenché dit-on par une SDF. Un promoteur concurrent, Peter Lang, rachète le terrain pour y construire un projet. Adam veut négocier son propre terrain contre la maîtrise d’œuvre du nouveau projet architectural et, pour cela, convoque ses associés, dont Peter Lang, dans son yacht ancré dans le port de New York.

Mais Lang ne vient pas, il a eu un accident de voiture bénin mais suffisant pour qu’il doive annuler. Les autres s’embarquent, Sam Krause le chef de chantier, Jimmy Ryan l’ouvrier spécialiste de la rénovation qu’il vient d’embaucher après qu’il ait subi deux ans de chômage pour trop grande honnêteté sur les matériaux employés, Winifred et lui. A peine sorti de son mouillage, le yacht explose devant les yeux de Ben, 8 ans, venu visiter la statue de la Liberté avec son père, jeune cadre dynamique. Ben est hypermétrope et voit avec précision de loin, ce qui lui permet de déceler « un serpent » qui se coule du bateau qui saute. La psy qui le traitera par le dessin pour ses cauchemars le fera accoucher de ce qu’est vraiment « le serpent », ce qui aidera beaucoup l’enquête.

Car rien n’est clair dans cette affaire. Peter Lang a-t-il simulé son accident ? Le fils de la veuve qui a vendu le terrain à Adam s’est-il vengé de ce qu’il perçoit comme une spoliation ? Adam s’est-il fait des ennemis dans le milieu corrompu de la promotion immobilière ? Winifred, la fidèle secrétaire, venue juste avant le départ récupérer le blazer bleu et la serviette de cuir d’Adam à l’appartement du couple, a mis sa mère grabataire dans une maison de retraite de luxe, mais avec quel argent ?

Mac n’a jamais aimé Adam mais Gert si. Nell est amoureuse de son beau mari prévenant mais elle s’est engueulée avec lui juste avant qu’il ne parte parce quelle avait cédé à son grand-père pour se présenter aux élections du Congrès à sa place, lui prenant désormais sa retraite. Adam était réticent à ce qu’elle devienne une femme publique. Il est vrai qu’alors les journalistes fouillent immédiatement dans votre passé pour y dénicher tous les petits faits qui pourraient prêter à réprobation morale et en concoctent de juteux scandales qui font monter les tirages. Mais est-ce la seule raison ?

Après l’explosion du bateau et la disparition des quatre personnes à bord, des débris de deux d’entre elles sont identifiés ainsi que le sac à main de la secrétaire. Mais Nell, qui avait « reçu la visite » de sa grand-mère à l’instant de sa mort lorsqu’elle avait 4 ans, puis celle de ses deux parents qui l’aimaient à l’école au moment de leur accident mortel, ne reçoit rien d’Adam. N’était-il plus amoureux ? Rationnelle comme Mac, elle n’exclut pas a priori les phénomènes parapsychologiques puisqu’elle en a fait elle-même l’expérience. La dernière fois était lorsqu’elle avait 15 ans et qu’elle nageait à Hawaï : elle a été prise dans les contrecourants et ne s’en est sortie que lorsque ses deux parents l’ont apaisée « depuis l’au-delà »… Elle se laisse donc convaincre par sa tante Gert de rencontrer une célèbre médium « qui passe à la télé ». Celle-ci va lui faire des révélations qui vont la convaincre qu’elle « voit » bel et bien les disparus. Et Nell va même apercevoir fugitivement le visage d’Adam dans le miroir du couloir lorsqu’elle repart de sa séance. Sauf que…

Mais c’est là tout l’art du thriller policier que de laisser le suspense.

Comme toujours chez Clark, les protagonistes sont tous beaux, bien faits et de la haute société. Il y a les bons et les méchants, caricaturaux, ce qui fait le ressort de ses intrigues. Mais celles-ci sont assez tordues pour être captivantes, même à la relecture vingt ans après (comme pour ce roman de l’an 2000). Les technologies (mobile, internet, réseaux sociaux, clés USB, etc.) sont quasi ignorées de la romancière restée très ancien style, mais ce charme désormais suranné lui assure de fidèles lectrices aux Etats-Unis. Car elle écrit pour un public bien précis en ne sortant jamais des clous de ce que demande sa clientèle. Ce qui nous donne après tout, de l’autre côté de l’Atlantique, une vision assez juste de la classe qui a voté Hillary Clinton ou qui aujourd’hui donne le ton au reste du pays.

Mary Higgings Clark, Avant de te dire adieu (Before I say Goodbye), 2000, Livre de poche 2001, 439 pages, €8.20 e-book Kindle €7.99

Les romans policiers de Mary Higgings Clark déjà chroniqués sur ce blog

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :