Poutine sent le roussi

Reculant en Ukraine, son armée indigente montrant son incapacité militaire à opérer et à être commandée, son matériel trop vieux, ses renseignements incapables – comme sous Staline – de dire les vérités qui dérangent aux décideurs, Poutine s’énerve. Surtout que la population commence à grogner, et pas seulement la mince élite occidentalisée dont plusieurs centaines de milliers ont déjà fui la Russie sous dictature.

Poutine est le satrape attrapé, celui qui croit que dire « j’exige » suffit pour un succès assuré. Or pour 100 roubles affectés à l’armée, dit-on, à peine 10 parviennent dans les casernes ; tout le reste est pris dans le système mafieux mis en place par Poutine et dont profite Poutine et ses affidés pour s’enrichir insolemment – au nom du Peuple. Lequel le sait, se tait et laisse faire – mais pas mécontent si le satrape se fait attraper.

La « démocratie » ? Ils ne connaissent pas ; ils ne savent que le barine proche, le tsar au-dessus. Le débat, les oppositions, la vie démocratique, tout cela leur paraît anarchie alors que les frontières sont vastes et que l’Ennemi encercle (forcément) la mère patrie. Mais l’Ennemi n’est pas celui qu’ils croient. A moins qu’ils ne se sentent plus Mongols que Slaves et qu’en ce sens le rapprochement avec l’autre empire mongol, le chinois, ait quelque sens. Lorsque Poutine sourit, surtout depuis qu’il est gonflé par son traitement du cancer, ses petits yeux fendus montrent les origines.

Mais l’Europe n’est pas l’ennemie de la Russie, loin de là. Les liens historiques sont anciens et forts, depuis la création du royaume par les Vikings – à Kiev – jusqu’à l’alliance contre les puissances du milieu en 14 puis contre l’Axe (mais pas avant 1941). Beaucoup plus anciens et forts que les liens avec la Chine, qui ont été constamment ceux d’esclaves à maître, de soumis aux khans Mongols jusque fort tard dans les siècles. Et puis… avec 145 millions d’habitants vieillissants, perclus d’alcool et de mauvaises habitudes alimentaires, avec un système hospitalier délabré et trop peu d’enfants, comment la Russie pourrait-elle faire jeu égal avec DIX fois plus de Chinois, tout aussi vieillissants et avec trop peu d’enfants mais qui ont, pour plus d’un siècle le nombre face à eux ? Et un optimisme économique intact, une fierté nationaliste liée à leur réussite dans l’espace, dans le rattrapage à marche forcée des technologies, par un gouvernement – certes dictatorial – mais qui donne de l’espoir collectif où chaque individu peut se reconnaître.

Quel avenir est-il proposé aux Russes, si on le compare à celui proposé aux Chinois ? – Nul. Qu’ont fait les Chinois depuis 1989, chute du Mur ? – Se développer. Qu’ont fait les Russes depuis la même date ? – Se goinfrer. Je parle de la nomenklatura affairiste, qui zigouille tous ceux qui se mettent en travers de leur route mais qui n’investissent pas au pays, seulement dans les palaces à Nice ou les stations huppées suisses. Vous croyez que les « patriotes » russes vont se battre pour ces parasites mafieux ?

L’une des têtes favorites du satrape, un intello réactionnaire qui rappelle que la nouvelle idéologie pour « dépasser » le communisme obsolète de Staline et de ses successeurs jusqu’à Gorbatchev date justement d’hier, écrit tout net : « Tant que Mussolini dirige l’Italie et Hitler dirige l’Allemagne, la culture européenne a un répit. L’Europe a-t-elle compris cela ? Et les peuples européens doivent comprendre que le bolchevisme est un danger réel et féroce ; que la démocratie est une impasse créative ; que le socialisme marxiste est une chimère condamnée et que seule une recrudescence nationale, qui reprend de façon dictatoriale et créative la solution « sociale » de la question sociale, peut sauver la cause dans chaque pays ». Ce fut écrit en 1933 par Ivan Alexandrovitch Iline, dans son livre devenu, pour les Poutiniens, de chevet : Le National-socialisme. Un nouvel esprit I. (Renaissance, Paris 17 mai 1933).

Dès lors, accuser l’Autre de « nazi », surtout lorsqu’il est juif comme Zelensky en Ukraine, est d’un ridicule achevé. La Russie de Poutine est nationale et socialiste, comme l’Italie de Mussolini et l’Allemagne de Hitler. Qui dit « national » dit exaltation des Slaves et mépris pour les autres, cela va de soi : tous les minoritaires, Juifs inclus. Qui dit « national » dit appel aux diasporas et minorités russophones irrédentistes des pays ex-frères à rejoindre la « grande » Russie, tout comme les nazis appelaient les Allemands de Bohème-Moravie et des Sudètes, les Alsaciens germanophones et les Allemands de la Volga à rejoindre la « grande » race aryenne où qu’ils se trouvent. Staline déportera après guerre les Allemands de la Volga et « éradiquera », par la chasse ouverte aux enfants allemands et les viols systématiques, l’ancienne population allemande de Prusse Orientale afin qu’elle devienne « à jamais » slave et russe.

Pauvre Poutine ! Pauvre en esprit, pauvre en matériel et pauvre en population – chef d’une « puissance pauvre« . Il fantasme un ennemi qui n’existe pas pour mobiliser un peuple qui ne veut pas, avec des armes magiques qu’il n’a pas. Il se voit obligé à russifier à marche forcée, par des référendums bidons, les républiques « séparatistes » du Donbass pour justifier une « mobilisation partielle » des réservistes russes. Non parce que la patrie est menacée mais parce qu’il commence à manquer d’hommes… Par suite, qui attaquerait ces territoires devenus russes par pure déclaration seraient réputés attaquer la Russie même. Qui devrait alors se défendre « par tous moyens », ravivant un patriotisme – bien émoussé si l’on en croit tous ceux qui veulent fuir pour échapper à la conscription forcée.

Mais la Russie n’en serait plus à une « opération spéciale » sur un territoire qui lui appartenait hier en tant qu’Union soviétique, mais bel et bien en « guerre ». Mot tabou, interdit de prononcer sur tout le territoire russe à propos de l’Ukraine sous peine de lourdes sanctions. Mot qui arriverait directement sur les antennes russes, saisissant la population, qui jusqu’alors restait plutôt indifférente. Mot qui justifierait de fait les qualificatifs attribués à Poutine par les Occidentaux : agression, invasion, impérialisme – tout ce que le Kremlin voulait évacuer ou minimiser. Il y avait déjà bien peu de « volontaires » pour aller violer les femelles, massacrer les mâles au-dessus de 12 ans et terroriser les petits enfants par les bombes en Ukraine, malgré leur qualification de « nazis » bons à soumettre et à tuer comme des nuisibles. Les « réservistes », mêmes « formés » (surtout endoctrinés par la propagande) seront-ils plus enthousiastes pour réaliser cette mission ?

Les pays qui aideraient les Ukrainiens à reprendre leur territoire (validé à l’ONU) déclareraient donc la guerre à la Russie – ce qui serait de « leur faute », appelant à l’escalade, y compris nucléaire. Poutine aux abois n’en est pas à un chantage près. Après le blé d’Ukraine qui affamait les populations du Maghreb au grand émoi de toute l’Afrique, après la centrale nucléaire de Zaporiijia bombardée qui pourrait répandre des déchets sales, après l’enlèvement par « évacuations » forcées vers la Russie des Ukrainiens pris dans les zones de combat (et placement de leurs enfants dans des centres d’accueil sur tout le territoire), voici un nouveau chantage : je déclare les frontières autres qu’elles ne sont et je les défends comme si elles étaient légitimes. Jusqu’où ?

« Rhétorique irresponsable » déclare John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain. Stratégie du fou, supputent les militaires. Poutine grade ses menaces pour faire peur – et montrer qu’il est capable de l’imprévisible. Mais à quel prix ? Pour sa population ? (il s’en fout). Pour lui ? (il s’en fout moins, encore n’a-t-il peut-être plus rien à perdre, selon l’aggravation de son évidente maladie). Car qui va le suivre ? Le knout n’a jamais formé de bons soldats, bien moins en tout cas que la conviction patriote – on l’a vu à Valmy, même si l’histoire est moins claire que le mythe n’y paraît.

Reste qu’une fois de plus, nul ne doit pactiser avec les ordures. Qui a pour volonté de vous détruire doit être détruit – comme Carthage hier pour les Romains. Poutine est un dictateur impérialiste, un nouvel Hitler féru de nationalisme d’un autre âge, au nom de fantasmes sur l’idéologie du métissage américain, auquel il assimile tous les « faibles » européens et d’ailleurs. Mais avec son PIB minable, sa population riquiqui dans le monde, et un moral « patriotique » bien plus faible que celui des Chinois ou des Ukrainiens, que peut-il faire en réalité ? Détruire la moitié du monde et sombrer avec elle – comme Hitler dans son bunker de Berlin ? Ou se voir envahi, détruit, désagrégé comme hier la grande Allemagne nazie, cassée en deux et détyrannisée de force ? Il rêve comme un gosse d’une nouvelle GGP, où le satrape Staline a puisé un regain de popularité (et de pouvoir). Il n’en a pas les moyens, ni les alliés. Les Chinois font les gros yeux, les Indiens sont contre et même les Kirghizes s’y refusent. Restent Cuba – le benêt heureux de l’Amérique latine – et la Corée du nord – avec son bouffon nucléarisé.

Tout cela se finira mal. Mais peut durer longtemps.

Catégories : Géopolitique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :