Paris change

Après la com’ – effet d’annonce plus d’un an auparavant – la Marie de Paris a enfin tenu parole : les cadenas de la passerelle des Arts ont été remplacés par des panneaux de verre.

paris louvre depuis passerelle des arts

La bêtise de masse du mondialisme benêt a été reléguée plus bas, vers le pont de l’Archevêché. Les cadenas sont en effet un mimétisme idiot, un sentimentalisme de l’instant, une com’ sans aucune signification : se « jurer » l’amour éternel, enchaîné chacun par ce serment fait au-dessus de la Seine, est non seulement un mensonge (qu’en est-il donc cinq ans après ?) mais aussi une imitation grégaire qui ramène au statut de mouton (les autres le font, moi aussi !).

paris passerelle des arts sans cadenas janvier 2016

Il a fallu attendre des mois entre les mots et les choses – maladie de la communication qui croit que dire c’est faire.

paris passerelle des arts sans cadenas janvier 2016 b

Vu la productivité horaire des employés de la voirie, à six pour enlever un graffiti, qui pourrait s’en étonner ?

paris travail des employes de mairie

L’amas des cadenas pesant lourdement sur les grillages de la passerelle représentait progressivement un danger pour les passagers des batobus et des péniches touristiques passant sans cesse sous les arches. Les panneaux de verre rendent au paysage urbain tout son éclat. Paris en son histoire n’est plus sali par ces graffitis de ferraille.

paris galette magique du marais

La scatologie invertie de « l’art de rue » (Street Art) tellement cher aux militants de la cause gai qui tiennent les rênes de « la culture » à la Mairie s’est réfugiée dans les boulangeries – où la galette des rois, dans le quartier du Marais, prend des allures de gaîté lyrique. Contrairement aux cadenas, les galettes ne sont pas de fer et ne resteront qu’éphémères.

paris louvre janvier 2016 desert apres attentats

Les attentats ont vidé la capitale plus que le froid hivernal. La cour du Louvre, un mercredi après-midi, est déserte… Aucune queue (ici…) pour visiter le musée. Un autre mimétisme de la bêtise mondialisée : Paris est moins dangereux que Washington, Rio ou Hong-Kong, où tout le monde continue pourtant à se précipiter. Racine et Voltaire contemplent l’inanité du siècle, du haut de leur galerie.

paris louvre statues de racine et voltaire

C’est dommage, car le soleil hivernal très bas sur l’horizon crée de longues ombres sur le Pont-Neuf.

paris soleil bas en janvier pont neuf

La Samaritaine voit avancer ses travaux – gigantesques. Presque tout est détruit, sauf la façade classée et les poutrelles métalliques de l’architecture.

paris samaritaine en travaux rue de la monnaie

Ce qui permet au passant de retrouver les décors anciens avant les années soixante.

paris samaritaine anciens decors

La partie ouvrant sur la rue de Rivoli, sur l’arrière de l’ancien magasin, va être entièrement reconstruite.

paris samaritaine en travaux rue de rivoli

Catégories : Paris | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

4 réflexions sur “Paris change

  1. J’ai franchi cette semaine les murs pour préparer un travail. Trop de vent nuit, même si nous avons vu des vents pires.

  2. À peine un millimètre d’eau sous les arbres saisit
    Le ciel convulsif qui s’apaise et qui s’approfondit
    Pour que naissent entre nos pas l’hiver et ses nuages.
    Et comme un inconnu surgi d’en haut notre visage
    Apparaît un instant et sans rien dire nous sourit.
    Oh répondez, ciel d’abîme innocent, bouche sagace,
    Ouvrez-vous sans mesure avant

    Qu’un peu de vent trouble à jamais l’espace dans l’eau mince
    Jacques Réda

    Argoul, le Réda « en les murs ».

  3. J’ai pu constater PAR MOI-MEME que la profusion inepte des cadenas arrachait par leur poids le grillage des passerelles. En témoigne la photo que j’ai publiée en décembre 2014 (il y a plus d’un an – imaginez le nombre de cadenas en plus si tout avait été « laissé » en l’état ?) Voir photo ici : https://argoul.com/2014/12/18/menteries-de-mairie-a-paris/paris-cadenas-decembre-2014-derriere-panneaux/

  4. Les cadenas n’étaient sûrement qu’un gage de fidélité quelles qu’en soient les conséquences. Certains architectes ont dit qu’ils n’avaient aucun impact sur la sécurité du pont, ils dérangeaient juste un certain type de clientèle.
    En tout cas on en voit friser sur a passerelle Simone de Beauvoir à la Bnf mais l’endroit gênera sûrement moins.

%d blogueurs aiment cette page :