Anne Perry, La conspiration de Whitechapel

anne perry la conspiration de whitechapel

Connaissez-vous Jack l’Éventreur ? Eh bien l’enquête de Thomas Pitt le conduit à découvrir une vérité à son sujet, quatre ans après les faits réels…

Nous sommes en 1892 et la reine Victoria, « vieille dame, petite, replète, aux regards vifs » (p.394), en deuil de son mari consort depuis 30 ans, est aussi absente de son peuple que certains Présidents français, 114 ans plus tard. Heureusement, la république permet de virer les rois fainéants. Ce n’était pas le cas de Victoria, qui règnera encore 9 ans !

Quoi d’étonnant alors à ce que fleurissent les complots ? De généreux idéalistes qui ont « fait 1848 » rêvent d’instaurer dans les îles du Royaume-Uni la république et de lâcher l’empire. D’autres, intelligents, ambitieux et froids, les manipulent à merci pour tirer les marrons du feu en leur faveur (comme souvent). Ce qu’ils veulent ? Le pouvoir, bien sûr !

Ils sont aidés par un Prince de Galles frivole, queutard et dépensier, qui deviendra le roi Édouard VII pour 9 ans à peine avant de céder la place à son neveu. Son fils, le duc de Clarence, était mort en effet. De mort naturelle ? C’est ce dont l’enquête d’un journaliste que croise Pitt permet de douter.

Thomas Pitt, justement, est au meilleur de sa forme. Il réussit par ses observations de terrain à faire condamner l’assassin d’un juste, admirateur des républiques grecques antiques. Il s’attire ainsi la haine de certains avocats et juges, tous membres du Cercle intérieur, cette organisation secrète qui noyaute le pouvoir et vise même à le prendre. En donnant un coup de pouce à certaines circonstances. Par exemple un gros scandale mettant en cause le Prince de Galles, le feu mis aux poudres de la misère en fermant quelques usines des quartiers pauvres de Londres

londres brumeux de jack l eventreur

Pitt, renvoyé du commissariat de Bow Street par les influents qu’il gêne, est affecté à la Special Branch, cette police secrète chargée de surveiller les activistes dans ces quartiers mal famés qu’un rien pousse à l’émeute. S’il y disparaissait, d’ailleurs, les manipulateurs n’en seraient que plus ravis.

Mais voilà, Pitt n’est pas seul, lui non plus. Le passé vous rattrape toujours et il a su nouer des relations et des amitiés qui le confortent et qui l’aident : sa femme Charlotte, sa bonne Gracie, son ancien inspecteur Tellman, la tante par alliance de sa femme Lady Vespasia, son ancien chef Cornwallis, son nouveau chef Narraway… Chacun apporte sa pierre à l’édifice, les embrouilles sont débrouillées. Non sans mal, mais c’est ce qui fait l’attrait haletant de l’enquête. Nous avons là en effet l’un des meilleurs Pitt de la série !

Anne Perry, La conspiration de Whitechapel (The Whitechapel Conspiracy), 2001, traduction française 10/18 2006, 395 pages, €8.10

e-book format Kindle, €10.99

Les romans d’Anne Perry déjà chroniqués sur ce blog

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :