Plaisir de chatte en automne

Sous le dernier soleil de la saison, la chatte se paillarde sur la pelouse. Elle est mère et a fait son devoir d’élever deux portées de chatons. Elle jouit de la lumière et de l’odeur de plante comme une fillette en puberté.

plaisir-de-chatte-1

plaisir-de-chatte-2

Vivre à poil toute la journée est un plaisir rare, surtout quand les rayons électrisent le derme, produisant des sensations comme une caresse. Hédonisme post-68 ? Ou savoir bien vivre le moment présent ? Le chat est naturellement libertaire.

plaisir-de-chatte-3

plaisir-de-chatte-4

Se rouler dans l’herbe drue dont la rosée s’est évaporée permet de sentir la terre et de secouer les puces. Après le bonheur du jouir, on n’en dormira que mieux sur le canapé le soir.

plaisir-de-chatte-5

plaisir-de-chatte-6

J’ai toujours apprécié chez le chat le sens du confort en même temps que l’éveil au moment présent. Ces félins prédateurs sont sur le qui-vive quand il s’agit de chasser, mais ignorent le monde entier dès qu’ils se sentent en confiance.

plaisir-de-chatte-7

plaisir-de-chatte-8

Ils jouissent alors du temps qui passe, du soleil qui chauffe, de la pelouse embaumée. Ils sont philosophes du Carpe diem, de cueillir le jour qui passe.

Catégories : Chats | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

4 réflexions sur “Plaisir de chatte en automne

  1. Vous semblez pour l’inégale dignité de chaque être humain, moi pas. Même ignare et con, chacun a le droit de s’exprimer; l’idiot du village n’était pas rejeté, jadis, si vous voulez raisonner en « 100 % réac », il était simplement mis à sa juste place.
    La vertu de la démocratie, inventée chez les Grecs et pratiquée par les Vikings, au moment même où la féodalité asservissait comme l’Eglise, est le débat : inciter les idées nouvelles à fuser. Ensuite l’assemblée choisit, par essais et erreurs, le plus souvent dans la moyenne, ce qui permet aux gens de s’habituer aux changements. Ce n’est pas si mal – bien mieux que le recours au Chef ou la mainmise manipulatrice d’un Parti, ou l’illusion fusionnelle d’un charisme de gourou.
    Votre appel aux aristocrates (éclairés par quoi, le droit divin ? le sang bleu ?) me semble en contradiction avec votre constat d’un gouvernement actuel par une oligarchie : ne serait-ce pas la même chose ? Les « bourgeois, les professionnels de la politique et des banques » ne sont-ils pas l’aristocratie des temps modernes ? En grec, aristoi veut dire « les meilleurs » : il ne s’agit pas de morale mais (hier de beauté et d’intelligence), aujourd’hui de réussite dans la société. Quelle distinction faites-vous entre aristocratie et élite ? Ne s’agit-il pas toujours d’une minorité de prestige et de pouvoir ? N’est-ce pas toujours cette élite qui définit les normes du beau, du bien et de la valeur ? (Relire Nietzsche n’est pas inutile).
    On peut déplorer que l’aristocratie actuelle soit fondée sur l’argent avant le pouvoir, mais QUI décide ? Dieu ? la « nature » ? Le droit du plus fort – mais selon quels critères ? Le « roi » de quel droit ? Le Führer ou le Duce élu et adulé par acclamations ? Le Secrétaire général du parti communiste (Staline) ou du parti socialiste (Hollande) ?
    Qui t’a fait roi ? Pour moi, il n’y a pas de roi. Reste sire de soi, comme disent les Normands, me va très bien.

  2. « Le « progressisme » n’est plus qu’un mot – vide – comme tout l’idéalisme de gauche qui n’a plus aucun souffle? »… oui, exact comme tant d’autres mots dévoyés.

    « Faut-il pour cela le chercher à (« l’extrême ») droite – selon l’expression convenue ? »… l’extrême pour moi, ce sont les nazis d’un côté et les staliniens ou khmers rouges de l’autre. Après des mouvements comme le fascisme (pour changer du FN), par exemple, n’a rien d’extrême, c’est un régime comme un autre, comme une monarchie avec quelques différences tout de même bien entendu. Pourquoi la démocratie ou la république seraient des régimes ultimes ?… Pour la république, depuis la Ie, je n’ai vu que des peuples croyant détenir la liberté de choisir leur guide qui se sont fait arnaqué sur toute la ligne au profit de quelques bourgeois (je leur préfère largement les aristocrates), de professionnels de la politique et des banques. Et en ce qui concerne le suffrage universel… son principe même en donnant la possibilité à une majorité d’ignares, de brailleurs ou de nihilistes, à côté de leur pompe, d’avoir une influence sur la politique, est fondamentalement préjudiciable et profondément injuste !
    Pour l’anecdote, il y a un type dans mon village qui est au RSA, un vrai branleur, sous cachetons car instable, qui tartinait à une époque les poteaux et gouttières d’auto-collants du FdeG (avant que je ne le prenne en stop et que, devant mon aînée, je lui explique qu’il avait intérêt d’arrêter sinon il lui arriverait des bricoles) et bien, il va voter à chaque élection !!! Ce n’est pas possible !!! La politique du pays ne peut pas être influencée par ce type d’individu, ni par des camés du milieu culturel aux moeurs dissolues, ni par des magouilleurs cupides sans morale (ces deux derniers exemples sont souvent à la tête d’importants lobbies aux revendications particulières nulles et lamentables).

  3. Certes, un chat est un chat et il faut appeler un chat un chat, mais… vous faites comme moi lorsque vous anthropomorphisez l’animal en parlant de l »homme moderne occidental ».
    Sauf que le chat est plutôt comme le para : vif à l’action et ailleurs au repos.Il est tout entier dans l’instant présent, comme le zen et les arts martiaux nous apprennent à être.
    Le « progressisme » n’est plus qu’un mot – vide – comme tout l’idéalisme de gauche qui n’a plus aucun souffle? Faut-il pour cela le chercher à (« l’extrême ») droite – selon l’expression convenue ? Je ne le crois pas pour ma part – vous pouvez lire par exemple ma note sur Poutine ainsi que d’autres articles sur l’analyse des années 30.
    Pour les retrouver dans les plus de 2000 notes de ce blog ? Rien de plus simple : il existe une fonction « rechercher » en haut à droite sur la colonne, sous l’image de pensée. Vous tapez votre mot-clé et… tous les articles du blog qui sont taggués avec apparaissent, les plus pertinent en premier.

  4. Bonjour,
    Le chat est naturellement libertaire. »… projection anthropomorphique. Le chat est… un chat, un animal aujourd’hui domestique, sans réel prédateur (à part les chasseurs de chat qui ne courent pas les rues) d’où son prélassement dans l’insouciance. Finalement, un animal qui n’en est plus un totalement…
    Il me fait penser à l’homme moderne occidental qui ne veut surtout plus de pression, plus de violence, plus de guerre et qui devient donc une sorte de mammifère « invertébré », mou, autocentré car se complaisant dans la facilité de l’hédonisme, assisté pour tout et sans courage face à des situations de danger… L’homme progressiste veut à tout prix échapper à sa nature, on voit le résultat…
    Sinon, jolis clichés et adorable spécimen. J’en ai 5…
    Le chat reste un magnifique animal, parmi les plus gracieux.
    Cordialement,
    Lebuchard courroucé.

%d blogueurs aiment cette page :