La bourse du Coronavirus

Le marché est une chambre d’échos des peurs et des rêves des investisseurs. La peur l’emporte en cas de crise non prévue, surtout lorsqu’elle survient dans une conjoncture de hausse longue des actions comme nous en avons connu depuis 2010. Les banques centrales ont injecté massivement des liquidités pour faire face à la crise financière de 2008, l’Europe avec retard, ce qui a créé un optimisme un peu factice : quand l’argent est abondant et bon marché, le risque de l’investissement compte moins. D’où le choc boursier dû au Coronavirus : il était inédit, imprévu et impossible à quantifier.

Plus les semaines avancent, plus le marché va s’ajuster. Il semble jouer aujourd’hui un scénario moyen dans lequel les bénéfices des entreprises seraient annulés ou en forte baisse cette année mais se reprendraient dès 2021, une fois le risque sanitaire évacué. L’économie ne connaîtra pas alors de crise en spirale dépressive comme en 1929 et en 2008 mais rebondirait d’autant plus fort et plus vite que l’espoir renaîtrait. Sans pour cela que « tout redevienne comme avant ». Des restructurations drastiques devront avoir lieu dans les chaînes de valeur pour éviter un tel choc d’offre sur la production des biens essentiels et probablement les Etats-nation comme l’Union européenne devront intervenir.

Les marchés financiers, tout « ultralibéraux » qu’il paraissent être, comptent toujours sur une intervention des pouvoirs publics pour enrayer la panique et reconstruire des rails pour sortir du marasme. Ce n’est pas la première fois. La Banque centrale européenne a annoncé un plan d’achats d’actifs de 750 milliards €, la Banque du Japon une augmentation des achats en Bourse, la Banque d’Angleterre a de nouveau réduit son taux directeur. La Chine se prépare à dévoiler un plan de soutien à son économie de 1.000 milliards de yuans (131,4 milliards €). L’Allemagne crée un fonds de soutien aux entreprises doté de 500 milliards €, la France de 300 milliards. Le plan d’aide voté hier au Congrès des Etats-Unis de près de 2.000 milliards de dollars, est destiné à protéger les ménages américains les plus vulnérables et à apporter un bol d’air aux PME.

Mais investir, même en actions d’entreprises connues ou en titres de dette d’Etat stable, c’est toujours faire un pari sur l’avenir : il arrive que de très grandes entreprises fassent les mauvais choix (Nokia, Alcatel, Lehman Brothers) et que des Etats soient déclarés insolvables (Russie 1917 et 1998, Croatie 1996, Ukraine et Equateur 2000, Argentine 2001, Venezuela 2004, Grèce 2010). Tout pari sur l’avenir devra donc tenir compte de la géopolitique (les chaînes de valeur, les matières premières), de la politique des banques centrales, des interventions publiques sur l’économie, de la réactivité des entreprises chacune en particulier, de l’optimisme social qui poussera – ou non – à reprendre de l’activité et de la consommation. Mais aussi des nouvelles tendances vers le durable et le « vert » qui ne vont pas sauver certaines sociétés mais en encourager d’autres. Toutes ces incertitudes ne militent pas pour un rebond immédiat et constant, mais plutôt sur une volatilité des cours qui devrait durer plusieurs mois.

Cours du pétrole

Il n’y a pas de phénomène de survente « panique » comme lors de certaines crises car celle-ci est complètement inédite. Il faut donc attendre que la purge des « mains faibles » soit achevée pour un rebond plus sain : c’est la fameuse figure en W des graphiques boursiers, une première chute suivie d’un rebond où les mains faibles effrayées sortent, d’où rechute, avant la vraie reprise.

D’autre part, juger de la fiabilité d’une entreprise aujourd’hui, sur la base des « valorisations » effectuées sur un passé qui n’a plus rien à voir avec le présent ni avec le futur proche est un calcule inepte. Il faut avant tout, entreprise par entreprise, évaluer les conséquences structurelles à prévoir en termes de restructuration de la production, des chaînes de valeurs, des perspectives de la demande et des possibilités d’investissement. Cela durera plusieurs mois.

Des rebonds et des rechutes sont donc à prévoir sans qu’une tendance fiable ne puisse se dégager durant la crise sanitaire. Ce n’est que lorsque les plus grands pays verront plus clair, la Chine en premier, les Etats-Unis en second et l’Allemagne en Europe, que les boursiers pourront envisager un futur mieux prévisible, donc un retour à une phase de rebond des titres.

Catégories : Economie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :