Articles tagués : grain

Phare de Carteret

Depuis la table d’orientation, nous pouvons contempler le panorama des dunes et de la mer que la marée fait reculer quelque peu. Nous descendons pique-niquer sur la plage immense par une coulée entre deux dunes. Des promeneurs erratiques ponctuent le paysage, parfois avec un chien ou un enfant.

Deux parapentistes en couple s’entraînent depuis la dune au-dessus en profitant du vent du large. Un voilier serre le vent d’un bord, puis de l’autre. Des cormorans sont regroupés en apostrophes noires sur l’estran, jacassant ou faisant sécher leurs ailes au soleil.

Seules deux filles vont se baigner. Elles trouvent l’eau froide mais entrent et y restent le temps que nous engloutissions notre pique-nique presque en entier. Nous déjeunons de salade de riz au thon, d’une demie boîte de maquereaux à la moutarde par personne, d’une part de pont-l’évêque de marque Graindorge (« une valeur sûre » selon la guide, qui est du coin), d’une banane, et de café en poudre avec de l’eau chaude apportée en thermos.

Nous reprenons la plage, toujours en marche nordique. La guide fait un test pour savoir si nous avons assimilé : nos traces doivent montrer que les pointes des bâtons sont exactement au milieu des pas que nous formons. Un grain visible au large depuis plusieurs minutes nous rattrape et nous tombe dessus. Ce n’est pas une forte pluie mais elle mouille.

C’est sous l’église de Saint-Germain le Scot, en ruines, que nous quittons la plage dit « de la vieille église » pour grimper sur le plateau par le sentier qui serpente. Venu d’Écosse, l’évangélisateur aurait maté un dragon. Selon la guide, la mer qui mugissait sourdement en se précipitant dans les grottes effrayait les villageois. Nul ne sait comment le saint a pu rendre inoffensif un bruit qui est resté le même après son intervention : le dragon, une fois mort, aurait dû cesser tout mugissement. L’église a été abandonnée parce que trop excentrée et n’offre plus que les trous béants des ouvertures et quelques murs dont ont été récupérées les meilleures pierres pour bâtir le village. Le grand corbeau et le faucon pèlerin nichent dans le coin.

Trois dates normandes à retenir selon la guide : 911, le traité de Saint-Clair-sur-Epte qui a fait donner le duché par le roi des Francs, Charles le Simple à Rollon ; 1066, où Guillaume le conquérant devient roi d’Angleterre en vainquant le roi anglo-saxon Harold ; 1204, le rattachement du duché de Normandie à la France par Philippe-Auguste. Miss M., toujours à en rajouter, évoque 1120 et la Blanche nef, avec le naufrage et la noyade dans le raz de Barfleur de Guillaume et Richard, héritiers directs du roi Henri 1er d’Angleterre, descendant de Guillaume. Ken Follett, dans Les Piliers de la terre, en fait un ressort de l’intrigue.

Nous suivons le sentier de falaise vers Carteret avec une vue sur les couleurs de l’herbe, des rochers, du sable et de l’eau. Je ne me lasse pas du paysage et de ses contrastes, le bleu de l’eau, le blanc du rivage, le jaune du sable, le brun du roc, le vert de l’herbe. Des silhouettes menues et quasi nues s’agitent sur une langue de sable qui s’avance dans la mer, dans l’écume des vagues ; je distingue deux mâles et une palanquée de petites filles avec un seul petit gars ; les femmes sont en avant à surveiller l’aîné avec sa planche de surf qui s’essaie tant bien que mal à tenir dessus.

Carteret se signale par l’alignement de ses cabines de bain blanches aux toits pointus de diverses nuances de gris. Au-dessus du cap de Carteret, le phare est une « maison-phare » construite en 1839 sur la falaise pour guider les bateaux jusqu’au port et leur éviter le « passage de la déroute ». A moitié détruit par les Allemands à la fin de la dernière guerre, il a été automatisé en 1976 mais reste avec un gardien jusqu’en 2012. Il se visite mais nous n’avons pas le temps de monter ses 58 marches pour contempler la mer de 85 m en surplomb.

Nous n’entrons pas dans le village mais prenons une côte goudronnée qui nous reconduit jusqu’au parking où nous effectuons cette fois les étirements requis au soleil brutalement revenu.

Catégories : normandie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Îles Galápagos

Un vol vers les Galápagos, puis l’embarquement sur un navire de croisière, enfin la découverte de ce monde à part. La plus ancienne île a 4 à 5 millions d’années, les plus jeunes Fernandina et Isabela, 1 million d’années. 13 îles, 17 îlots, 47 récifs sont disséminés sur 60 000 km² de zone marine dans le Pacifique à 1000 km des côtes équatoriennes. C’est l’un des groupes de volcans océaniques les plus vastes et les plus actifs du monde. Certaines îles ne peuvent être visitées pour protéger la faune. En avant !

Je vous parlerai surtout de quelques oiseaux rencontrés parmi tant d’autres et autres bestioles.

Deux espèces de mouettes, endémiques et uniques au monde, vivent ici. Dont la mouette à queue d’aronde ou mouette blanche arbore un plumage blanc et gris. Sa tête est foncée, de grands cercles rouges autour des yeux et des pattes rosées. C’est la seule mouette nocturne existant au monde. Elle se nourrit de poissons de surface, de petits calmars. Elle niche sur le rivage et les falaises. On peut la voir planer des heures, au gré des courants ascendants.

Trois espèces de fous de la famille des Sulidées vivent sur ces îles. Les plus nombreux et les plus répandus sont les fous à pieds bleus (Sula nebouxii excisa) qui nichent en grandes colonies, exécutent une danse nuptiale aussi compliquée que fascinante et élèvent en général deux poussins. Ils cherchent leur nourriture à proximité de la côte, se laissant tomber en piqué pour pêcher.

Les fous blancs ou masqués  sont les plus grands et les plus lourds. Ils nichent près des falaises et pêchent assez loin du rivage. On les reconnaît à leur splendide plumage blanc, leurs ailes noires et leur bec jaune.

L’albatros (Diomedea irrorata), géant oiseau des mers, a fait des Galápagos le seul endroit au monde pour la nidification et l’éclosion de ses petits. D’ici, il se répand dans tout le Pacifique pour revenir au moment de la ponte.

La frégate ou tijeretas (Fregata magnificiens) et (Fregata minor) fréquentent les îles. Mâles et femelles arborent une longue queue fourchue ; le mâle gonfle sa célèbre poche gulaire rouge durant la saison des amours.

La buse (Butea galapagoensis) voit la femelle est plus grande que le mâle. Celui-ci est monogame, tandis que la femelle peut s’accoupler avec sept mâles par saison, selon le succès de sa fécondation. Elle garde le nid en alternance avec son harem masculin !

Le pinson a deux types. Le pinson terrestre ou géospize à gros bec (Geospiza magnerostris) et le pinson arboricole ou géospize des mangroves (Camarynchus heliobates) uniquement présent dans les marais d’Isabela.

Le pélican s’appelle ici alcatraz. Il a donné son nom à un bagne célèbre, peut-être parce qu’il garde ses petits dans son bec profond en cas de danger ?

Sur l’île Española, le geyser de Punta Suarez est une impressionnante colonne d’eau de mer qui jaillit à intervalles réguliers au milieu de la lave et peut atteindre 20 m de hauteur.

Parmi les  célèbres otaries des Galápagos, Monsieur est impressionnant avec ses quelques 250 kg. Il protège son territoire, ses femelles et leurs petits contre le requin, leur ennemi principal. (Zalophus cafifornianus wollebaeki).

Les tortues sont géantes (Geochelone elephantopus) mais décimées par les baleiniers des 18e et 19e siècles. Quatorze sous-espèces sont différenciables par la forme de leur carapace. Trois sont éteintes. La tortue standard pèse 250 kg, a la carapace en dôme (certains disent en casque espagnol), un petit cou, des pattes courtes. Elle vit dans les habitats humides (Santa Cruz), à la végétation basse et abondante. Dans les îles aux sols inégaux, dépourvus d’herbe (comme Española), la tortue porte de longues pattes. Elle est plus agile, une échancrure dans sa carapace lui permet d’allonger le cou pour cueillir les feuillages. On dit qu’elle pourrait vivre plusieurs siècles. Dans une sous-espèce d’Isla Pinta, l’unique survivant baptisé Lonesome George a été découvert en 1971. Il aurait environ 80 ans. Mais aucune candidate de son espèce pour la perpétuation de la lignée… le désespoir des scientifiques !

Le cactus arborescent opuntia se protège des tortues et des iguanes et cherchent la lumière au-dessus du reste de la végétation. Il a l’allure d’un arbre de 4 à 5 m de haut. Ses larges feuilles ont la forme de raquettes de ping-pong hérissées de piquants.

L’iguane marin est le lézard punk des Galápagos ! C’est le seul iguane au monde à se nourrir exclusivement d’algues marines, de neuf espèces précisément. Si ce monstre marin rescapé de la préhistoire n’est pas le plus séduisant, il est le plus intriguant. Son museau est court et épointé, ses dents sont munies de trois pointes écrasées, ses narines évacuent l’excédent de sel par un jet d’air, ses crêtes de piquants lui hérissent le dos, ses griffes sont longues, acérées et recourbées, sa queue est longue, compressée latéralement, sa peau est noire ou gris foncé sauf quand les mâles virent au rouge ou vert lors de la saison des amours, il possède des glandes à sel situées sous la peau, entre l’œil et chaque narine. Il se baigne dans les eaux froides, il s’expose au soleil brûlant, et lors des disettes, sa taille diminue… Il n’est pas très beau mais c’est une remarquable illustration de la théorie de Darwin, un retour à la mer d’une espèce terrestre ! Il est long de près d’un mètre et peut vivre de 25 à 30 ans. Il peut aussi plonger jusqu’à 125 m de profondeur pour se nourrir. L’iguane a véhiculé à travers le monde l’image des Galápagos.

Sur Española, nous contemplions le geyser et de l’autre les albatros qui couvaient. Tout à coup un gros grain. B. toujours très  équipée, sort le sac n°3 qui se trouve dans le sac n°2 qui lui se situe dans le sac n°1. Nous allons être sauvées. La bâche (comme une toile de tente !) tenue à quatre mains va nous protéger de cette pluie… quand nous entendons derrière nous, un clic. En chœur, nous nous retournons pour voir Ch. (très BCBG) sortir un parapluie tom-pouce de son sac à main et s’y abriter. Digne prévoyance ! Il est vrai que Monsieur est bardé d’appareils photos et de caméras, Madame, elle, voyage léger ! Belle leçon !

Hiata de Tahiti

Catégories : Equateur, Mer et marins, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,