Articles tagués : rottweiler

La malédiction de Richard Donner

Un film satanique devenu culte, dans la lignée des superstitions protestantes : et si votre fils était le diable ?

Un diplomate américain, Robert Thorn (Gregory Peck) est prévenu dans la clinique de Rome où sa femme Katherine accouche (Lee Remick) que leur bébé est mort-né. Un prêtre tout en noir, qui est là semble-t-il par hasard, l’incite à prendre pour fils un bébé orphelin qui vient de naître et dont la mère est décédée à l’accouchement ; l’enfant n’a aucun parent. Après avoir hésité, Thorn veut faire plaisir à son épouse qui désirait tant un enfant : il accepte. C’est la première des bonnes intentions qui vont paver son enfer. Accepter le mensonge n’est pas moral, c’est ainsi que le diable s’introduit dans les détails.

Nommé ambassadeur à Londres, Robert Thorn fête le cinquième anniversaire de son (faux) fils Damien dans le parc de la résidence. Tout le monde boit du champagne, avale de délicieux canapés, s’amuse. Damien comme les autres sur une aire gonflable où tous les enfants se culbutent et sautent. Soudain, la nurse de Damien l’appelle d’une fenêtre : « Damien, regarde-moi ! » Puis elle saute et se pend devant la foule médusée. C’est le premier incident diabolique d’une série qui va s’amplifiant à mesure des pouvoirs grandissants avec l’âge : la crise du gamin en allant à l’église, la fuite terrorisée des girafes, l’agressivité exacerbée des gibbons au zoo, la présence insistante d’un rottweiler qui gronde lorsqu’un étranger hostile s’approche de « son » enfant – roux comme le veulent les superstitions médiévales sur le signe de l’enfer. Chacun peut noter aussi l’étrange comportement de la nouvelle gouvernante venue d’on ne sait où (Billie Whitelaw au vague air inquiétant de David Bowie) qui n’en fait qu’à sa tête et dont Katherine n’a pas vérifié les références ni qu’elle était bien envoyée par l’agence. Katherine a d’ailleurs l’air d’une fille à papa un brin demeurée : en tout elle ne sait pas, elle n’ose pas, elle tergiverse.

Peu à peu le doute s’installe, Katherine est excédée par Damien qui ne l’aime pas et dont elle sent, au fond d’elle, qu’il n’est pas son enfant ; Robert est excédé par la gouvernante qui dit oui et fait ce qu’elle veut, impose le chien noir malgré ses ordres et chasse les autres domestiques de la maison. Un prêtre obsédé par Satan (Patrick Troughton) – et qui parle par énigmes faute de savoir s’exprimer – le rencontre plusieurs fois pour lui annoncer que son fils de 5 ans est l’Antéchrist prévu par l’Apocalypse de Jean, que sa femme est enceinte mais que Damien va tuer le fœtus pour rester le seul à disposer de l’héritage afin d’imposer son pouvoir une fois adulte, que lui Robert Thorn doit impérativement communier tous les jours pour « avoir le Christ en lui », éloigner sa femme de Damien, aller voir à Megiddo, l’ancienne Armageddon de la Bible, l’archéologue juif Carl Bugenhagen (Leo McKern) qui lui apprendra comment contrer l’Antéchrist… Thorn hésite, comme d’habitude ; il doute, il n’a pas la foi, ce qui est impardonnable en pays yankee. Il sera puni.

Sa femme est précipitée du premier étage par un Damien en petit vélo qui bouscule le guéridon sur lequel elle est montée pour arranger des plantes (futilité coupable) ; elle se brise l’humérus et fait une fausse couche. Le prêtre énigmatique qui l’avait prédit est poursuivi par une nuée dans un ciel serein et transpercé d’un paratonnerre (dérision du bouclier devenu arme). Il n’arrive cependant rien à Robert Thorn lui-même, Damien « aime » son papa par pure utilité car il doit le protéger pour lui assurer la fortune qui lui permettra le pouvoir d’agir en Antéchrist.

Un photographe de presse qui suit l’ambassadeur (David Warner) est intrigué par des rais de lumières qui impressionnent sa pellicule à chaque fois qu’il photographie quelqu’un qui va subir une mort violente : la nurse, le prêtre, lui-même. Il en parle à Thorn et enquête sur la mort du prêtre qui vivait dans un réduit entouré de pages de la Bible et de crucifix. Incité à en savoir plus après la chute de sa femme, Thorn décide de l’aider. Ils se rendent à Rome mais découvrent que l’hôpital où est né Damien a entièrement brûlé, surtout les archives mais aussi une part du personnel. Le prêtre qui a incité à l’adoption est paralysé, rendu à demi idiot par l’incendie, mais parvient à tracer au charbon de bois (une craie aurait été trop virginale…) le nom d’un cimetière.

Robert Thorn l’ambassadeur et Keith Jennings le photographe, se rendent dans le cimetière abandonné et découvrent grâce aux dates de naissance et de décès (le 6 6 6, le 6 juin à 6 h du matin, le chiffre de la Bête dans l’Apocalypse) les tombes de la mère de l’enfant. La première recèle un squelette de dragon que le spectateur n’entrevoit que trop brièvement, la seconde un squelette de bébé au crâne défoncé : on a donc tué le fils de Katherine et de Robert pour imposer Damien à sa place ! Un quarteron de rottweilers noirs diaboliques attaque les deux fouille-merde du diable et les mordent au sang. De retour à l’hôtel, Thorn apprend que sa femme, à qui il a ordonné de quitter l’hôpital et Londres sur l’heure, a été défenestrée – par quelqu’un…

Le diable s’éveille et Damien devient dangereux. Ce n’est pas un enfant mais le Mal sous apparence de chair, ce qui est dur à accepter pour un père, même adoptif, comme pour tout adulte normalement constitué. L’homme de Megiddo révèle comment éradiquer l’Antéchrist à l’aide de sept poignards (chiffre juif symbolique), sur l’autel d’une église. Il rappelle que, selon la Bible, texte chéri des Yankees, l’Antéchrist arrivera quand les Juifs seront revenus à Sion (aujourd’hui en Israël), quand l’Empire Romain sera revenu à son summum (la Communauté économique européenne constituée en 1972 et que le Royaume-Uni rejoint en 1973), ce qui ancre le film dans l’actualité et fait peur aux crédules américains (c’est le début du complotisme !).

Mais Thorn hésite, une fois de plus, il a des scrupules et de bonnes intentions. Tuer un enfant ? Tuer son propre fils aux yeux du monde ? Jennings se propose d’agir à sa place mais, ruse du diable, il subit de plein fouet un camion du bâtiment dont le frein à main a lâché comme par hasard. La vitre qu’il transportait décapite le photographe et, cette fois-ci, le spectateur peut contempler à loisir, sous plusieurs angles et au ralenti, la tête coupée qui rebondit. De quoi le préparer à la suite.

Car Thorn va rentrer à Londres pour supprimer le diable à face d’ange. Sauf qu’il en sera empêché par une suite d’obstacles sur sa route, le rottweiler, la gouvernante, les flics – et Dieu ne sauvera pas l’Amérique. La dernière image d’un sourire est la plus inquiétante. Il y aura une suite, Damien – La malédiction 2 – et même deux avec La Malédiction finale ! Et encore d’autres ensuite : autant exploiter le filon.

Ce film a fait l’objet d’un buzz maléfique pour le faire mousser : l’avion de Gregory Peck frappé par la foudre, un autre qu’aurait dû prendre l’équipe a disparu en vol, la femme du réalisateur décapitée dans un accident de voiture. La bande son elle-même diffuse les chœurs d’une messe en latin à la gloire de Satan, sous le titre d’Ave Satani… Tout est question d’audace pour faire du fric : le compositeur Jerry Goldsmith remporte pour cela l’Oscar de la meilleure musique de film en 1977. Je ne sais si l’argent est en soi diabolique mais le diable fait toujours vendre : le film a été le plus rentable de l’année à sa sortie.

  • Oscar de la Meilleure Musique pour Jerry Goldsmith en 1977.
  • Nominé comme Meilleure chanson originale (Jerry Goldsmith) aux Oscars 1977.
  • Nominé comme Meilleur Film d’Horreur à l’Académie de Science-Fiction, Fantaisie et Horreur 1977.
  • Nominé comme Meilleure actrice de second rôle (Billie Whitelaw) aux BAFTA Awards 1977.
  • Meilleure Photographie (Gilbert Taylor) à la British Society of Cinematographers 1976.
  • Nominé comme Meilleur Scénario (David Seltzer) aux Edgar Allan Poe Awards 1977.
  • Meilleur Actrice (Billie Whitelaw) aux Evening Standard British Film Awards 1978.
  • Nominé comme Meilleur Acteur Débutant (Harvey Stephens) aux Golden Globes 1977.
  • Nominé comme Meilleur Album de Bande Originale (Jerry Goldsmith) aux Grammy Awards 1977.
  • Nominé comme Meilleur scénario dramatique (David Seltzer) aux Writers Guild of America 1977.
  • Nominé comme Meilleure adaptation DVD aux DVD Exclusive Awards 2001.

 N’en jetez plus !

DVD La malédiction (The Omen), Richard Donner, 1976, avec Gregory Peck, Lee Remick, Harvey Stephens, Billie Whitelaw, David Warner, 20th Century Fox 2001, 1h46, €13.26 blu-ray €31.40 

DVD La Malédiction L’Intégrale – Coffret 6 DVD : La Malédiction, Damien, la malédiction II, La Malédiction finale, La Malédiction IV, L’éveil, La Malédiction 666, Fox Mathé Europa 2006, €34.80

Catégories : Cinéma, Religions | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire