Articles tagués : arenal

Sources chaudes du Paradis

À l’hôtel en fin d’après-midi, les jeunes Hollandais sont dans la piscine et sur nos lits les serviettes de bain sont pliées en forme de lapin aux grandes oreilles.

Nous préférons prendre une douche qu’un bain et mettons nos affaires à sécher. Des thermes sont prévus avant le dîner d’une entrecôte de zébu, promise cet après-midi lorsque nous avons vu des spécimens sur pied brouter dans les prés.

Les bains Paradise Hot Spings sont un hôtel fondé vers 1993 par un étranger et un Costaricien. Ils se sont séparés depuis.

C’est une suite de bassins alimentés par l’eau du volcan Arenal et les piscines titrent successivement 36°, 42°, 50° centigrades. Une fois l’eau dans les bassins, les degrés tombent vite. Il ne s’agit pas de nager mais de se tremper comme dans un bain romain.

La clientèle est très américaine avec par exemple une grosse Noire californienne aux lunettes à verre passés au mercure ; je ne sais pas ce qu’elle peut voir dans la nuit tombante. Elle se fait prendre par sa fille où elle se prend elle-même en selfie, se trouvant belle comme une naïade malgré sa corpulence plutôt limace. Une famille de Noirs américains a un garçon dans les 8 ans qui a gardé son T-shirt pour la pudeur puritaine qui règne en ce moment au pays de Trump. Costa est la plage des ricains.

Un jeune allemand avec sa sœur accompagne les parents dans les vacances exotiques en famille ; ils sont mieux proportionnés que les yankees. Nous nous sourions en nous croisant dans l’eau où le garçon joue à arroser la fille.

Adrian nous apprend qu’il a fait un MBA à New York en agroalimentaire (Food and beverages). Il a travaillé dix ans dans un restaurant américain à comptabiliser et optimiser les ingrédients des plats. Il est revenu chez lui avec quelque argent car il préfère avoir une famille et une existence plus douce dans son pays en gagnant moins, même s’il lui arrive de passer quelques mois d’été en Floride à vendre des glaces en camion. Il a en effet aussi la nationalité américaine et, ayant un permis de conduire de Floride, ses entrées gratuites à Disneyland ! Sa femme est pédiatre pour le gouvernement costaricien et gagne 1800 $ américains par mois. Lui exploite 7 ha en avocats qu’il vend aux restaurants de la capitale, aidé de Nicaraguayens payés au noir. Vue la forte inflation du pays, l’économie est surtout en dollars.

Au dîner, l’entrecôte promise est large comme la main et le restaurant ranchero empli d’Américains du nord en famille. Plusieurs couples sont flanqués d’enfants à peu près du même âge, affrétant un bus comme le nôtre, un Toyota de vingt places. Ils se déplacent en bande, craignant la barbarie et répugnant à parler autre chose que leur langue. Adrian nous apprend la recette de sa soupe : sur une base de bouillon de poule, il émince tomates, céleri et oignons, il ajoute des avocats en morceaux. Selon lui le résultat obtenu est très goûteux. Tout dépend de la maturité des légumes.

Après la randonnée sauvage et le long bain, nous sommes tous fatigués. Pendant la nuit pluie et orages se succèdent et la chaleur est moindre. Je dors très bien – sans la climatisation – Eff la craint, comme moi.

Catégories : Costa Rica, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Plantation de café Arenal : fleurs et papillons

Le petit déjeuner à l’hôtel est pour tous les goûts : pain et confiture pour les routiniers, riz et haricots rouges plus omelette pour les locaux ou les voyageurs qui veulent s’adapter aux pays. Sont offerts en plus des fruits coupés. Le café est du genre chaussette. Les jus de fruits sont bien trop sucrés pour mon goût et je rajoute de l’eau.

Dans le hall, en attendant le guide, je feuillette le journal du pays, La Nacion. Il comprend de nombreuses publicités pour des automobiles japonaises. Après une page de Une où le foot fait la photo, plusieurs pages sont consacrées à la politique locale, l’économie ; deux ou trois pages seulement aux nouvelles internationales, en général des catastrophes ; enfin six à huit pages de sport où le foot une fois de plus est mis en valeur. Un article est consacré au tourisme et il y est dit que le Costa Rica doit vanter sa gastronomie ; les chefs doivent apprendre à accommoder différemment le riz et les haricots rouges… mais aussi à mettre en valeurs les fruits qui poussent localement.

Adrian dit souvent « pura vida », une expression qui signifie « c’est bien » ou « parfait », « génial ».

Nous prenons le bus pour quitter la capitale. Les façades des maisons de San José sont souvent grillagées et les murs barbelés, comme si la guerre civile menaçait. Adrian nous apprend que les gens qui vivent ici sont peu nombreux la nuit et qu’ils craignent les cambriolages en raison plus de l’immigration du Nicaragua que de la pauvreté. Dans la ville de Juan Santamaria – qui a donné son nom à l’aéroport de San José – un jeune tambour de 15 ans d’apparence est érigé en statue de la guerre de 1856. C’est purement symbolique car il s’agit de la statue d’un autre récupérée… Né en 1831, ce tambour costaricien a été engagé au Nicaragua contre William Walker. Il est mort héroïquement à la bataille de Rivas en 1856, mais il avait 25 ans.

Nous quittons la route plus ou moins dégradée par la pluie mais aux limitations de vitesse précises – à l’américaine – pour visiter une plantation de café. Elle est aménagée pour le tourisme, à l’américaine là encore, avec un sol en ciment orné de grains de café.

Le Costa Rica, d’ailleurs, m’apparaîtra comme un pays voué au tourisme des nord-américains. Tout y est aménagé pour eux et selon leurs normes. Nous visitons donc Coffeeland. L’entrée s’effectue par le paiement d’un billet aussitôt suivie d’une offrande : une dégustation de café au lait chocolat-cannelle, froid et savoureux, puis de divers cafés de force et de mélange différents. Ils sont issus des mêmes plans mais triés ou traités différemment.

La plantation comprend un grand jardin où s’épanouissent les fleurs tropicales : héliconie et oiseaux de paradis pour les plus colorées. Nous visitons une « ferme », un pavillon de papillons avec des morphos bleus élevés pour les fêtes, car le lâcher de papillons lors d’un mariage est du dernier cri. La ferme livre les cocons à éclore dans les trois jours précédant la cérémonie.

Les morphos sont difficiles à photographier car leur vol est rapide et erratique ; vu leurs couleurs vives, ils doivent échapper aux oiseaux. Lorsqu’il se repose, le morpho replie ses ailes pour se confondre avec la feuille ou le bois sur lequel il s’est posé. Certes certains morphos, fatigués ou malades, se laissent saisir en images mais ce ne sont pas les plus beaux.

Une chenille de papillon hibou a deux yeux sur les ailes pour faire peur aux prédateurs. Mon appareil Nikon refuse de fonctionner ; ce n’est pas la batterie, il est chargé, ce serait plutôt un problème électronique ; peut-être a-t-il trop côtoyé une source électromagnétique. J’en suis réduit au seul petit appareil Sony. La qualité des photos s’en ressentira.

Catégories : Costa Rica, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire