La nuit de tous les mystères de William Castle

Si l’on vous offre 10 000 $ pour passer la nuit dans une maison hantée, le ferez-vous ? C’est la lubie d’un millionnaire excentrique Frederick Loren (Vincent Price) qui en est à sa quatrième femme, Annabelle (Carol Ohmart). Il présente cela comme sa fête, c’est elle qui invite ; il veut en réalité lui faire sa fête. Ses trois précédentes épouses sont mortes de crises cardiaques ou de suicide, il s’en est lassé très vite. La quatrième, jeune et jolie blonde, ne l’entend pas de cette oreille et le spectateur est très vite au fait.

La maison hantée date de 1924, elle a été construite par le célèbre architecte Frank Lloyd Wright près de Los Angeles, mais elle a été dans le film le cadre de sept meurtres au couteau, revolver, acide et corde, quatre hommes et trois femmes. Ils sont justement sept réunis pour cette nuit-là, le couple et cinq invités dont le propriétaire de la maison, un ivrogne qui a vu les cadavres des anciens meurtres.

Ils ne se connaissent pas, encore que… et doivent attendre de minuit à huit heures du matin pour toucher le gros lot. Les portes sont fermées par les gardiens, deux horribles vieux sépulcraux (Leona Anderson et Howard Hoffman), à minuit pile, encore que…

Car la trame policière se double d’un fantastique plus ou moins téléguidé. Des phénomènes « étranges » se produisent, comme un lustre qui se détache brusquement et manque d’assassiner la journaliste venue par curiosité (et besoin d’argent) ; puis un coup sur la tête du pilote parti explorer un recoin obscur où il n’y a que des murs ; ou un étranglement interrompu sur le cou de la dactylo invitée in extremis par le millionnaire qui est son patron.

Chacun se regarde en chien de faïence, soupçonneux – surtout lorsque l’épouse de Loren est retrouvée pendue en haut de l’escalier, en nuisette bleu ciel. Le docteur (psychiatre qui croit que les phénomènes de maisons hantées sont dus à l’hystérie) annonce qu’elle est morte. C’est ce voulait, sans le dire, son mari Frederick, mais quand même. La dactylo est épouvantée. Comme chacun a eu droit à un cadeau de bienvenue – un pistolet dans un cercueil – elle le garde à portée de la main. Le pilote qui joue son chevalier servant parce qu’elle est jeune et fragile (ah, ces hommes !) lui conseille de ne pas hésiter à tirer si quelqu’un entre dans sa chambre.

Elle n’hésitera pas lorsqu’elle part explorer la cave que le pilote voulait revoir et dont il n’est pas revenu… Je n’en dirai pas plus pour garder le suspense, ma foi pas mal réussi du tout, sauf qu’un squelette baladeur (interprété par lui-même selon le générique) donne une touche d’ironie grinçante à certaine scène de la fin.

Il y aura force cris hystériques, grincements irritants, portes qui se ferment toutes seules, murs qui coulissent, fantômes dans la nuit et ombres suspectes. C’est court mais drôle pour une nuit de Walpurgis ou de Nouvel an.

DVD La nuit de tous les mystères (House of the Haunted Hill), William Castle, 1959, avec Vincent Price, Carole Ohmart, Richard Long, Elisha Cook, Carolyn Craig, Wild Side Video 2012, 1h12, €9.99

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :