Articles tagués : ravitaillement

GR 20 corse Mardi 18 août

Très froide nuit et vent humide ; nous sommes bien sans vêtements dans les duvets, enfermés jusqu’aux yeux dans le cocon. Des nuages passent sur les crêtes, laissant peut-être présager quelques gouttes. Nous faisons l’inventaire de la bouffe qui nous reste pour trois : trois boîtes de sardines, cinq barres énergétiques Gerblé, quatre soupes en sachet, deux paquets de nouilles, 500 g de riz, une grosse boîte de thon, deux petites boîtes de thon assaisonné, deux tablettes de chocolat, du Viandox et du bouillon de poulet. Nous devons en effet passer les trois premiers trois jours du GR en autonomie car le ravitaillement ne sera pas possible avant.

Nous apprenons avec les randonneurs que la pommade Soca au placenta permet de cicatriser plus vite les ampoules (elle coûte alors 5 F. soit 1.91 € d’aujourd’hui). Du sparadrap aéré mis directement sur les talons avant la marche empêche les frottements, donc les ampoules ; Annick retient la leçon. Nous observons aussi avec les Basques qu’une vache à eau légère (ou un sac étanche) est intéressante pour transporter de l’eau sur un bref trajet. Un petit bout de tuyau à large section permet de recueillir l’eau des sources inaccessible au goulot de la gourde. Des guêtres sont utiles sur les terrains mouillés ou remplis de tiques, lorsque les herbes battent les chevilles. Pour accrocher le pain, un filet est essentiel, comme l’ont compris les trois randonneuses écolos. Contre les courbatures, l’Algipan ou l’Alrhakhadol sont vendus sur ordonnance. Mais le mieux est encore de boire à satiété pour éviter l’acide lactique qui s’accumule dans les muscles en cas d’effort ; cela, c’est la course de fond qui me l’apprendra quelques années plus tard.

Aujourd’hui, nous avons vraiment l’impression de marcher en montagne : des nuages flottent sur les crêtes, la fraîcheur humide des 2000 m nous saisit la peau et nous hérisse les pointes des seins dès que nous arrêtons de marcher ; Annick voit deux tétons se dresser sous son tee-shirt mais elle n’est pas la seule. Le tissu irrite, donnant l’envie d’ôter le vêtement, ce dont Eric ne se prive pas, même à basse température ; dans l’effort, il irradie de chaleur. Le col appelé Bocca di a Muvrella s’élève à 1952 m.

Éric et moi laissons Annick et nos sacs sur la crête pour descendre le raide sentier pierreux qui rejoint l’hôtel du Haut Asco dans la vallée. Le patron tient une liste de ravitaillement pour randonneurs du GR 20. La descente et la remontée, avec l’attente d’être servi pour les courses, nous aurons pris trois heures, soit la moitié de ce qui est indiqué sur le topo-guide. Mais, si nous sommes plus jeunes que la moyenne, cela nous a bien crevés.

À l’hôtel, nous avons l’impression de retourner à la civilisation avec le bar, les touristes, les autos. De petits Allemands très blonds avec leurs parents sont à croquer. L’un d’eux, en tee-shirt orange et sabots, est bien découplé pour ses 10 ans. Dommage que les enfants grandissent et donnent un jour de grands et lourdauds en randonnée tels que ceux que l’on rencontre riant fort et parlant haut le tudesque. Nous avons retrouvé à l’hôtel les trois Bretonnes écolos dont la prof de philo. Elles refusent les conserves, trimbalent des légumes frais et sont organisées par habitude. La prof évidemment parle bien et toutes les trois sont assez sympathiques bien que gauchistes, écologistes militantes et féministes affirmée – « peut-être gouines » ajoute Eric en hétéro forcené. Après l’arrivée de la gauche au pouvoir en l’an 1981, « changer la vie » est apparu possible… Ce qu’il en a été, je vous en laisse seul juge.

Une fois revenus auprès d’Annick, nous prenons la route des crêtes jusqu’au refuge d’Attore, à 2000 m. Nous y bivouaquons pour la nuit. Le granit rose est dentelé, le pierrier a de gros blocs rectangulaires. Il y a peu de soleil ce soir, il fait même froid. C’était une grande étape pour nous avec la variante des courses !

Catégories : Corse, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Phénomènes de société à Tahiti

Mopelia est un atoll situé au sud-ouest de Maupiti. Quatre kilomètres de terres basses entourent un lagon fertile en nacres. Une quinzaine d’habitants vit du coprah. Mopelia possède une passe et est donc accessible par bateau. Aucune structure d’hébergement et aucun magasin toutefois. Il fut un temps, il y avait une rotation toutes les deux semaines depuis Maupiti, c’était, c’était… il y a pas mal de temps. La dizaine de famille vivant à Mopelia est privée de ravitaillement depuis le mois d’avril 2014 et 35 tonnes de coprah attendent de pouvoir être embarquées à bord du navire de la flottille administrative. En théorie, les rotations entre Tahiti et Mopelia s’effectuent tous les 6 mois. Le navire ne peut, compte tenu de son tonnage, emprunter l’unique passe de l’île. Il doit au préalable embarquer la barge de l’île de Maupiti pour effectuer les transferts de marchandises sur Mopelia. Malheureusement, l’état de la mer, l’indisponibilité de la barge pour cause de problème mécanique a empêché le Tahiti Nui 8 de procéder au ravitaillement en vivres des habitants. Depuis avril 2014, Mopelia n’a plus de gaz, d’essence ni de nourriture. Les habitants n’ont que les poissons pêchés dans le lagon et les cocos pour se nourrir. Le Tahiti Nui 8 n’a pu rejoindre Mopelia en novembre, il devrait atteindre l’île le 15 janvier, nous sommes déjà le 25 tandis que j’écris ces lignes… Sœur Anne, ne vois–tu rien venir ?

cascade foret tahiti

Mais ça avance, merci. Des murs gris, pas encore de toit, encore 4 girafes sur le chantier, la prison près de Papeete s’élève. Le palace s’annonce luxueux. Ce chantier financé par l’État coûte la bagatelle de 5,85 milliards de XPF (49 millions d’euros). Une cellule au prix d’un appartement 120 000 € par prisonnier. Nuutania, réputée la prison la plus surpeuplée de France et de Navarre, sera rafraîchie et continuera à servir (pour les femmes et les mineurs) quand celle de Papeari entrera en fonction au 1er semestre 2017. 410 détenus devraient intégrer cette nouvelle geôle. Madame la Directrice de l’Administration pénitentiaire était venue fin septembre 2014 se rendre compte sur place.

En début juillet, le Resort superluxe de Tetiaroa, The Brando, a ouvert ses portes avec deux familles de clients américains. Il aura fallu 5 années de travaux, un investissement annoncé de 11 milliards de XPF (presque 100 millions €, défiscalisés bien sûr pour), qu’enfin les premiers clients profitent de cet endroit paradisiaque. Le séjour minimum, d’après la pub, est de 3 jours en pension complète pour un couple et coûte au bas mot 9 000 € plus 600 € par personne pour l’aller-retour en avion (50 km, 15 minutes de vol). Qu’on se le dise, le refuge pour millionnaires est ouvert. D’après les langues de vipère de Radio Cocotier, cet hôtel serait un leurre pour une vaste opération immobilière. Il resterait à vendre 585 ha des motu de l’atoll. Du calme, il y en aura pour tout le monde !

montagne brume tahiti

« Et si on autorisait les casinos des bateaux de croisière à quai ? » Le Pays réfléchit à ouvrir aux croisiéristes les salles de jeux des navires amarrés à Papeete afin de favoriser des escales plus longues, qui seraient bénéfiques pour l’économie locale. La législation actuelle est ambiguë, mais le permettrait…

48 heures de dérive, deux nuits en mer et 11 vols de recherche effectués par 3 aéronefs différents (le Gardian de la Marine nationale, l’hélicoptère Dauphin de l’Administration et le Casa de l’armée de l’air). Mais ils ont été retrouvés ! Ils ne possédaient pas de balise de détresse. Ces trois naufragés appartenaient à la communauté de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (Mormons). Le sauvetage a coûté 65 millions de XPF, aux frais de la société.

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,