Articles tagués : anti-terrorisme

Les Faucons de la nuit de Bruce Malmuth

Les faucons traquent les vrais cons dans la nuit des mauvais quartiers de New-York. Ils agissent en duo, l’un déguisé en femme (Sylvester Stallone) sert d’appât tentant pour les brutes des gangs, l’autre flic prêt à les serrer en flagrant délit (Billy Dee Williams). Stallone à 35 ans n’est pas encore ce Rambo musculeux passé à la postérité mais il a ce visage de marbre qui ne sourit jamais, encadré par la barbe castriste et les cheveux bouclant sur les oreilles et dans le cou à la mode dans les premières décennies post-68.

Pendant que le duo en brigade spéciale de la police de New-York opère, un terroriste international d’origine allemande qui se fait nommer Wulfgar (« vrai loup » en allemand) et qui se vend au plus offrant (Rutger Hauer) fomente un attentat à la bombe à Londres. Il tue même des enfants, et surtout l’hôtesse de la boutique à parfums qui lui a souri et qu’il a regardée dans les yeux. Ce monstre froid n’aime pas les femmes ; il n’a plus rien d’humain et agit en égoïste dans la loi de la jungle, s’il s’habille chic, c’est peut-être qu’il veut se donner l’uniforme d’humanité qu’il a perdu. Il est aidé d’une jeune bourgeoise d’origine marocaine interlope – née à Tanger – qui veut se venger des colonisateurs, des mâles et de sa bâtardise (Persis Khambatta). Elle est aussi glacée et impitoyable que lui, ne vivant que pour la mort. « Un monde meilleur t’attend », dit sans cesse le tueur avant d’exécuter ses victimes d’une rafale de pistolet-mitrailleur de poche Uzi.

Le modèle de monstre a été pris sur Carlos, désormais en tôle après trente ans de méfaits, mais passe trop rapidement sur les prétextes « révolutionnaires » d’aider ou de venger « les victimes » du système. Le spectateur aurait aimé en savoir plus sur l’origine du terroriste, ce qui l’a poussé à passer à l’acte. Mais Hollywood s’en fout, préoccupée avant tout d’action violente et d’explosions spectaculaires, avec une bluette sentimentale en plus, le tout sur une musique de boite de nuit années 70. Cette fois la bluette se réduit à sa plus simple expression, Stallone reste amoureux de son ex mais ne sait pas l’exprimer. Compte beaucoup plus l’amitié virile de son compère noir Williams.

Plus intéressante est la vision de l’anti-terrorisme comme d’une opération de guerre et non de police, ce que les administrations ont encore du mal à se mettre dans la tête, toutes inhibées de droits de l’Homme et autres règlements de la pensée démocratique. C’est « un spécialiste européen » venu de Londres (Nigel Davenport) qui va apprendre à la brigade de flics recrutée parmi les meilleurs et les moins conformistes de la ville, comment procéder. Il y aura donc des armes de guerre et de l’action, mais surtout de l’intelligence pour « se mettre dans la tête » du terroriste et anticiper où il peut frapper et si les incidents qu’il fomente ne sont pas des diversions.

Wulfgar est orgueilleux et veut que les médias du monde entier parlent de lui. Quoi de mieux que New-York, la ville-monde, et le quartier de l’ONU, l’organisation mondiale, pour frapper un grand coup ? Sauf que la brigade de flics le trace et le débusque en retouchant le dessin de son visage puisqu’il a eu le tort de tuer le chirurgien esthétique qui lui a refait le portrait avec l’une de ses balles fétiches qui sont sa signature. Ce n’est pas sa première erreur : n’a-t-il pas fait sauter deux enfants dans l’attentat de Londres, au grand dam de la cause qui le payait ? N’a-t-il pas descendu sans aller plus loin le vendu qui lui apportait son nouveau passeport avec sa photo ?

Le film se réduit rapidement à la scène de cow-boy usée jusqu’à la corde, où les machos se défient et finissent par se battre en duel jusqu’à la mort de l’un d’eux. Wulfgar zigouille gratuitement une femme dans la nacelle suspendue tandis que Stallone en hélico marqué ATAC le regarde dans les yeux : pourquoi aller ainsi le provoquer sans rien pour le descendre ? Wulfgar exige que ce soit Stallone qui vienne prendre le seul bébé du groupe d’otages par le fil de secours ; puis que ce soit lui qui soit chauffeur du car où il veut emmener les otages. Stallone attend la faute, vise ses points faibles : sa compagne puis son goût de faire du mal aux femmes. Il retrouve ses réflexes de flic de New-York et se déguise comme avant. Mais ce n’est pas cette fois pour passer les menottes avant l’interminable justice ; la loi de Lynch exige de tirer le premier.

DVD Les Faucons de la nuit (Nighthawks), Bruce Malmuth, 1981, avec Sylvester Stallone, Billy Dee Williams, Rutger Hauer, Lindsay Wagner, Nigel Davenport, Persis Khambatta, L’Atelier d’images 2018, 1h33, standard €14.99 blu-ray €24.89

DVD D-Tox / Les Faucons de la nuit – Édition Collector 2 DVD, Universal Pictures France 2002, €24.99 blu-ray €16.52

Catégories : Cinéma, Etats-Unis | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

David Morrell, Démenti formel

david morrell dementi formel

Le thriller est un genre de roman inventé par les Américains et exploité par David Morrell avec un grand talent. Il faut dire que l’auteur de Rambo a été aussi professeur de littérature et membre de l’Association des opérations spéciales. Il sait de quoi il parle et il sait écrire.

Steve Decker est à la CIA un spécialiste de l’anti-terrorisme. Un soir, à Rome, alors qu’il doit superviser un agent « fils de son père », il ne peut empêcher la catastrophe. L’immature protégé en haut lieu a tout fait foirer et 23 Américains sont morts sous les bombes des gauchistes radicaux. L’explosif a été en partie fourni par l’agent incapable que Decker avait mis en garde. Évidemment, le « haut lieu » lui fait plus ou moins porter le chapeau : pas question d’entacher la réputation du fiston ! La diplomatie américaine apporte un « démenti formel » à toute accusation d’assassinat ciblé de quiconque, fût-il terroriste.

Ce pourquoi, puisqu’il a déjà la quarantaine, Steve démissionne pour se retirer à Santa Fe, où la lumière d’altitude, les monts Sangre de Cristo, les hurlements des coyotes dans les collines et l’étrange confort des maisons en adobe le séduisent. Il se « reconvertit » dans la transaction immobilière, qui était sa couverture CIA. Les mois passent, il oublie peu à peu son ancienne vie et son état d’alerte permanent, il se détend.

De quoi tomber raide amoureux de Beth, une belle jeune femme dans la trentaine qui cherche une maison à acheter… Idylle. Soirées téquila, petits restaurants typiques, amour sous la véranda.

Mais où serait le thriller si tout cela devait durer ? David Morrell sait nous enduire de quiétude avant de nous jeter dans l’action. Un chapitre n’est pas sitôt passé que l’adrénaline surgit brutalement une nuit, où des grincements se font entendre du côté de la serrure. Les armes automatiques ne tardent pas à parler et le sang à couler. C’est le début d’une course poursuite haletante de Santa Fe à New York en passant par les autoroutes.

Beth est enlevée, mais elle semble avoir suivi volontairement son ravisseur. Qui est Beth Dwyer ? Peut-on rester amoureux d’une insaisissable qui vous a peut-être manipulé ?

Steve retrouve ses réflexes et sa condition d’agent entraîné des forces spéciales. L’auteur n’est jamais meilleur que dans la description minutieuse des stratégies, raisonnements et préparatifs d’une opération. Avec les aspects psychologiques. Les héros n’existent pas, ils surgissent au hasard, après coup ; beaucoup sont morts – seuls existent les soldats, car la guerre est un métier, elle s’apprend. Préparation physique, préparation psychologique, motivations. « Je t’ai dit de maîtriser la peur, pas de la faire cesser. La peur est un mécanisme de survie. Elle te donne de la force. Elle te met en alerte. Elle peut te sauver la vie, mais uniquement si tu la gardes sous contrôle. Si c’est elle qui te contrôle, tu y laisseras ta peau ».

Où l’on observe accessoirement combien les frontières américaines sont (étaient ?) une passoire pour tout terroriste, mafieux ou malintentionné ; combien il est aisé d’acheter des armes dans les grands magasins ; combien les différentes strates de forces de l’ordre (police municipale, police d’état, police fédérale, agences de renseignement…) ont chacune leurs règles propres entre lesquelles naviguer. Et qu’elles répugnent à travailler ensemble.

Retrouver Beth à la trace, savoir pourquoi elle est partie sans lui, l’arracher des griffes des ravisseurs, régler leur compte aux terroristes tout droit venus du passé, tout cela prend quelques centaines de pages bien menées, aux séquences habilement découpées. Du grand art. Vous passerez un excellent moment !

La technique du thriller est probablement en train de passer de mode, chassée par les séries TV visibles n’importe où sur tablettes. C’est dommage. Existe-t-il de bons thrillers aujourd’hui ? Vos suggestions en commentaire sont les bienvenues. Attention, je ne parle pas des romans policiers qui continuent à se bien porter, mais des thrillers, ce genre si particulier créé dans les années 1970 avec Airport et qui a connu  son apogée avec la puissance américaine et juste avant la déferlante Internet. David Morrell est l’un des grands auteurs du genre.

David Morrell, Démenti formel (Extreme Denial), 1996, Grasset, 393 pages, €20.42

Ce roman a été publié par le Livre de poche en 1998, mais on ne le trouve plus que dans les rares occasions.

Catégories : Etats-Unis, Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,