Articles tagués : cow boy

Invasion Los Angeles – They live

invasion-los-angeles-dvd

Un ouvrier blond (Roddy Piper) nommé John Nada et à la carrure de lutteur sympathise avec un gros musclé noir nommé Frank Armitage (Keith David) sur un chantier provisoire de Los Angeles. Ce dernier, bienveillant aux éprouvés de la vie, l’invite à venir loger dans son bidonville, sis près d’un temple où un pasteur aveugle prêche l’Apocalypse. Nada veut dire Rien en espagnol, signe que la brute est un brin anarchiste, battu par son papa et enfui de la maison vers dix ans. Il s’est fait tout seul, comme le veut le mythe américain, et se vêt de jean Levis et d’une grosse chemise à carreaux.

Nada remarque des choses étranges, la télévision semble brouillée par des hackeurs qui diffusent des mises en garde, un hélicoptère tourne en recherchant quelque chose, le pasteur trop bavard est entraîné à l’intérieur du temple malgré ses protestations. Dans l’édifice religieux, des chants s’élèvent, mais Nada le trop curieux découvre qu’il s’agit d’enregistrements. L’activité principale semble être un laboratoire qui élabore d’étranges lunettes noires. La police intervient en force et embarque tout le monde, rasant le bidonville au bulldozer. Nada et Frank en réchappent et le premier n’a de cesse de revenir chercher l’un des cartons dissimulés qu’il a vus. Il est rempli de ces lunettes banales…

they-live-messages-subliminaux

Il en prend une paire et cache les autres, dubitatif. Mais en se promenant en ville, quelle n’est pas sa surprise de constater que ces lunettes très spéciales lui permettent de lire les messages cachés sur les affiches, et de voir les vrais visages de ceux qu’il croise dans la rue. Certains sont humains, comme lui, d’autres ont des crânes en plastique et un rictus de squelette, les yeux exorbités comme des robots. Ce sont « des extraterrestres », sans que cette affirmation ne soit jamais expliquée.

they-live-message-subliminal

Nada cherche à convaincre Armitage de chausser lui aussi une paire de ces fameuses lunettes pour voir la réalité en face et résister avec lui. Mais le Noir refuse, obstinément persuadé de ne jamais faire de vagues pour pouvoir s’en sortir. C’est l’attitude de nombre d’Américains en ces années de remise en cause de l’Etat-providence. Le fait que porter longtemps ces lunettes donne mal au crâne montre qu’il est douloureux de renoncer à ses illusions sur le monde et sur les autres.

Nous sommes tout juste 20 ans après 1968 et l’ère Reagan dure aux modestes pas très doués va s’achever avec l’élection de George Bush senior. La baisse des impôts a profité aux entreprises et aux riches tandis que l’aide médicale et l’aide aux chômeurs a été abaissée. Le chômage n’est alors que de 5.3% et le déficit fédéral de 2.9%, ce qui fait rêver nos édiles 2016, mais – par contraste avec l’époque glorieuse précédente – touche négativement des millions d’Américains. Cependant, Nada croit en son pays, il veut s’en sortir tout seul. Le peut-il ?

C’est là qu’intervient la parabole du film, tirée de la nouvelle Les Fascinateurs (Eight O’Clock in the Morning) de Ray Faraday Nelson. Le rêve de l’Amérique ne peut plus s’opérer parce que les « extraterrestres » tiennent le pouvoir par les médias, les affaires, la consommation et la suggestion. Transformer la caste des riches en extraterrestres est une façon de les exclure de la patrie américaine, tant vantée durant l’ère Ronald Reagan ; c’est en faire des prédateurs égoïstes, non patriotes, et qu’on peut flinguer à merci (Nada ne s’en prive pas).

they-live-nada-en-action

Ouvrez les yeux ! Tel est le message, pas subliminal du tout, de ce film réalisé avant l’ère Internet. Le prêcheur aveugle est évidemment celui qui sait, en liaison directe avec Dieu via les textes sacrés, et celui qui voit, puisque ses yeux sont déconnectés des signes affichés partout. On vous cache des choses mais il ne tient qu’à vous d’observer et de vouloir – sans suivre la presse ou la publicité comme des moutons.

Mais rien de socialiste dans cette opposition au capitalisme : John Nada est un « poor lonesome cow-boy », un justicier solitaire. Il doit se bagarrer virilement et lourdement (bien loin de Rambo l’efficace…) avec Frank pour le convaincre d’au moins essayer de voir avec les lunettes. Il se laisse embobiner par une garce trop chic aux yeux de glace (Meg Foster) qui est infiltrée chez les résistants. Rien de communautaire dans leur lutte, au contraire des extraterrestres toujours en bande organisée un peu comme le Parti communiste dans cette URSS qui allait s’effondrer trois ans plus tard. La révolution populaire n’est pas dans le tempérament américain, mais l’héroïsme si : Nada et Frank sulfatent à tout va les aliens qui grouillent dans les égouts sous la surface des rues, véritable monde parallèle où les affaires se font, comme la communication.

they-live-extraterrestres-en-bande-organisee

Nous sommes en plein mythe américain où la Bible d’une main et le Colt de l’autre, le Bon éradique les Méchants sur une musique de cow-boy. Les Méchants sont ici ceux qui tissent leur toile de domination sur les entreprises, les médias et la politique. Un complot contre la liberté par des « plus égaux que les autres », mais venu « d’ailleurs » – puisque l’ailleurs est tout ce qui n’est pas pleinement américain…

Donald Trump, avec son curieux prénom de canard Disney et son nom d’éléphant du parti Républicain, reprend ce mythe des « étrangers » qui dominent, et en appelle à la revanche des « vrais Américains ». Comme quoi la science-fiction peut prédire l’avenir : il aura fallu attendre une génération.

DVD Invasion Los Angeles (They live), film de John Carpenter, 1988, avec Roddy Piper, Keith David et Meg Foster, Studiocanal 2015, blu-ray, €14.95

Catégories : Cinéma, Etats-Unis | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Thomas Berger, Mémoires d’un visage pâle (Little Big Man)

thomas berger memoires d un visage pale little big man

Le film, sorti en 1970 avec un Dustin Hoffman jeune qui joue tous les rôles, du prime adolescent au vieillard, reste dans toutes les mémoires. Le livre de Thomas Berger qui l’a provoqué est beaucoup moins connu et c’est dommage, car c’est un chef d’œuvre d’humour à l’américaine. Tout y est exagéré, sentimental et roublard comme il se doit. Les mythes sont déconstruits, celui de l’Indien bon sauvage en phase avec la nature, celui du pionnier parti ensemencer et évangéliser des terres nouvelles, celui du cow-boy rude et chevaleresque, celui de la cavalerie et du général Custer…

Jack Crabb a plus de 120 ans quand un « journaliste » le trouve dans sa maison de retraite. Il n’a pas la langue dans sa poche et son expression est crue et imagée. Père prédicateur qui ne savait pas lire mais qui offre de l’eau de feu aux Indiens par ignorance des conséquences, frère qui fuit le massacre de la caravane sans jamais signaler la position des siens en danger au fort, emmené par sa sœur Caroline avide de se faire violer dans la tente de Cheyennes qui ne demandaient rien, il est abandonné là à 10 ans avec les petits sauvages par une famille décidément tarée. La première chose qu’il fait en bon gamin de 10 ans, après avoir mangé et dormi, est de se déguiser comme eux, à poil, en seul pagne et mocassins ; il se fait des amis en distribuant ses vêtements. Il y passe son adolescence, ce qui pouvait lui arriver de mieux sous l’égide de l’ancêtre Vieille-Cabane ; il y apprend l’amitié, la guerre, la survie, l’ennemi, l’amour.

Il fait retour aux Blancs lors d’une « grande » bataille indienne, car se retrouver quasi nu montant à cru un poney, armé seulement d’un arc et d’un couteau face aux Winchesters et aux sabres de l’armée chargeant sur ses grands chevaux, il y a de quoi tourner casaque. Adopté par un pasteur et sa jeune femme qu’il ne touche jamais et qui va se faire caresser ailleurs, il s’enfuit. D’ailleurs le pasteur a des conceptions – certes bien convenables – mais hors de la nature : sa liste de péchés « tout bonnement copiée sur Saint Paul », « ça faisait une description parfaite du caractère des Indiens » : « toutes les œuvres de chair, c’est-à-dire la fornication, l’adultère, la malpropreté, la lubricité, l’idolâtrie, la sorcellerie, la haine (…) la colère, la gourmandise, les hérésies, l’avarice, la rébellion, le crime, l’ivrognerie, la bouffonnerie et toutes choses de ce genre ».

Son existence, dès lors, croise tout ce que l’Ouest a à proposer dans ces années 1860-1880 : le commerce de mules vers les villes-champignons de la Frontière, la ruée vers l’or, les escarmouches avec les Indiens, la fanfaronnade avec ses Colts, les virées whisky et putes, la chasse aux millions de bisons (qui vont disparaître en dix ans). Il retrouve son frère Bill imbibé de whisky frelaté, sa sœur Caroline qui se prend pour Calamity Jane, une vague information sur sa seconde sœur tournée mormone. Il se marie avec une Suédoise et a un fils tout blond, Gus ; les deux sont enlevés par les Indiens. Il les retrouvera puis les perdra à nouveau, ensemençant entre temps une Indienne pour avoir un fils – qu’il perdra de vue dans une échauffourée avec l’armée. Il se lie d’amitié avec le bon tireur futur marshall Wild Bill Hickok, rencontre Wyatt Earp et le général Custer. Sauvé de deux grandes batailles dont la déculottée administrée à la cavalerie US par les Sioux à Little Bighorn, son récit s’arrête vers 34 ans. Il a parcouru la presque intégralité de la très courte Histoire du peuple américain à lui tout seul.

indien guerrier adolescent torse nu

Mais ce roman éneaurme (comme aurait dit Flaubert), écrit au galop d’un langage cru et direct, est passionnant. Sauf la préface et l’épilogue, qui font faiseur et ont bien vieilli. Mais le corps du texte est parfois grave, parfois à mourir de rire. Comme cette réflexion de gamin de 14 ans qui a tué son premier ennemi Crow : « Ainsi moi, Jack Crabb, voilà que j’étais un guerrier cheyenne ! Voilà que j’avais abattu mon bonhomme avec un arc et des flèches. J’avais été à moitié scalpé et guéri avec de l’abracadabra. J’avais comme vieux un sauvage qui causait pas un mot de chrétien, et comme maman une grosse bonne femme marron foncé, et comme frère un type dont je ne voyais presque jamais la figure vu qu’elle était tout le temps barbouillée d’argile ou de peinture. J’habitais sous une tente en peaux de bêtes et je mangeais du clébard. Bon Dieu, mais c’était quand même marrant ! »

Le livre est parfaitement complémentaire du film, tant il recèle de détails véridiques sur les coutumes indiennes, l’entraînement au duel de Colts, la destinée des putains et l’ignorance crasse du populo prêt à croire n’importe quel prédicateur, charlatan ou prometteur d’or à la pelle – comme par hasard sous les territoires occupés par les Indiens. Le lecteur français y découvrira l’optimisme américain, le cynisme matérialiste pour faire du dollar par tous les trafics et le messianisme civilisateur, pas toujours très chrétien, sans lequel les Blancs venus du monde entier n’auraient pas conquis le territoire en éradiquant Indiens, bisons et forêts…

Thomas Berger, Mémoires d’un visage pâle (Little Big Man), 1964, traduit de l’américain par Marie France Watkins, Livre de poche 1974, réédition du Rocher 1991, 450 pages, €15.00

Little Big Man, film d’Arthur Penn avec Dustin Hoffman, 1970, DVD CBS 2004, €9.99

Catégories : Cinéma, Etats-Unis, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Cow boys australiens vers Mount Isa

Article repris par Medium4You.

Alors que le soleil pointe à l’horizon, un taureau noir se promène seul entre les chambres, les aigles tournoient au-dessus de nos têtes. Encore 240 km et nous passerons la frontière entre le Territoire du Nord et le Queensland. Changement d’horaire à prévoir, 30 minutes à ajouter à nos montres. Les Tahitiens, curieux comme des chats, ont enfin reçu l’explication du pourquoi et du comment des visiteurs de Darwin. Cela va alimenter leur conversation durant plusieurs heures. Pour les autres, les paysages sont variés, tantôt de la végétation, tantôt des termitières, des prairies jaunes, des troupeaux.

Un nuage de poussière au loin. C’est le déplacement d’un troupeau par des hommes à cheval et à moto. Pour les grands troupeaux, on rassemble le bétail par hélicoptère. Nous ne verrons pas ce spectacle. Un point d’eau sert à rassembler le bétail. On entoure ce point, on laisse une porte ouverte pour faire entrer le bétail, celui-ci ne pourra pas ressortir. Les stockmen (vachers), des métis Aborigènes souvent, sont les cow-boys du bush. Ils partent pour diriger les bêtes vers cette souricière ; quand on estime le nombre de bêtes suffisant, on repart vers un corral avec les bêtes rassemblées du point d’eau vers un autre corral.

La frontière est proche, Rob traduit par Jeff indique qu’il faut préparer les passeports. Tout le monde a reniflé la provocation et ne bouge pas. Seule M. se dresse fièrement sur son siège le passeport tenu bien visible à la main… A la frontière, arrêt : vérification du camion, des papiers du conducteur, souffler dans le ballon et nous arrivons à Camooweal, 30 habitants, un petit magasin qui fait aussi office de bureau de Poste, un pub, 2 pompes à essence, un mini-marché où nous dégustons un sandwich. Ici se trouvent offerts à la vente des chemises de stockmen (55 $), des selles (800 $), des kits pour soigner les pieds des chevaux. La grande fresque à l’entrée du village représente un pionner venu avec des Aborigènes attraper et domestiquer les chevaux sauvages pour les revendre ensuite à l’armée indienne. Direction Mount Isa.

Mount Isa est à la latitude 20° 43’ 36’’ Sud et à la longitude 139° 29’ 38’’ Est. Elle s’étend sur 42 904 km² et englobe 25 000 habitants. Vers 1923, l’explorateur John Campbell découvre une riche couche d’argent et de plomb. Du cuivre et du zinc sont également extraits. Ce sont les plus importants au monde, plus de 300 millions de tonnes sont extraites chaque année. La cheminée de la fonderie s’élève à 265 m de haut et est visible de tout point de la ville. Mount Isa prétend être la plus grande ville du monde en superficie, supérieure à celle de la Suisse. Les minerais sont transportés sur 900 km jusqu’au port de Townsville.

Après la découverte de la ville depuis la colline, le reste de la matinée est consacrée à la visite de la mine, visite épuisante. Il s’agit d’une « mine » crée pour les touristes ! L’après-midi, après un sandwich avalé à la hâte, nous visionnons un film et recevons les explications sur les fossiles découverts dans la région, à Riversleigh. En 2008, le maire John Molony, afin de rééquilibrer les statistiques de sa ville, a lancé un appel aux femmes « moches » à venir s’installer dans sa commune mais les femmes ont violemment contesté la décision de leur maire.

Ce matin, pas de petit déj, à 6h nous sommes déjà sur la route. Nous atteindrons McInly pour croquer, enfin, une tartine et boire une boisson chaude. McInly est la petite ville où le film Crocodile Dundee a été tourné. Un arrêt à Kynuna nous fait rencontrer trois motards, un couple et un individuel qui reviennent d’une manifestation à Darwin et qui rentrent chez eux à Brisbane. 8000 km sur de superbes mécaniques. Le contact est aisé, les Australiens s’expriment facilement et notre camion-bus intrigue beaucoup là où nous passons, il y a peu d’exemplaires de cet engin en circulation ! (350 000 dollars australiens).

Les locaux n’aiment pas la région car les montagnes ont été érodées au profit de la plaine où l’on élève des moutons. Les collines sont truffées de cavernes où vivent les dingos. Ce jour, l’herbe est haute et verte (Channel Country). Toutes les petites rivières, en cas de pluie, forment un immense lac… toutes les routes sont fermées. Ici, soit il pleut, soit la poussière envahit tout.

Voici Winton, cœur géographique du Queensland. Ici fut écrite la chanson chère au cœur de tous les Australiens Waltzing Matilda par A.B. « Banjo » Paterson en 1895. L’auteur accueille de sa statue les visiteurs du Waltzing Matilda Centre. Jolie petite ville qui possède aussi son pub et a ainsi le droit de prétendre au titre de city.

A 110 km de la ville nous visiterons le Lark Quarry Dinosaur Trackways, des traces de pas de grands et petits dinosaures conservés dans la terre d’une colline et figés pour l’éternité. Se souvenir que les poubelles de Winton sont des pattes de dinosaures à trois doigts. L’environnement du hall d’exposition est constitué de touffes de Mitchellgrass, de Smokebush, de Spinifex et de roches ocre et rouges. Un décor de western ? Le Mitchellgrass est une touffe d’herbe ronde, piquante, excellente pour le bétail car grasse. Nous les voyons bien vertes avec des graminées grâce aux pluies abondantes et récentes. Encore un peu de patience et nous foulerons le sol de Carisbrook.

Nous passerons deux nuits et deux jours dans cette station de Carisbrook. La ferme est isolée, à plus de 20 km de son premier voisin, et nous sommes dispersés dans quatre chalets. En attendant le repas, chansons autour d’un feu de camp. Nous ne ressemblons pas à des pionniers pourtant, ou alors des pionniers à la retraite. Le fermier s’est fait aider par une voisine pour préparer le repas : salades, pommes de terre en gratin, saucisses et bœuf (super cuit !), gâteau au chocolat avec crème anglaise et boule de glace. L’un de leurs trois enfants s’est cassé la jambe au lycée et Madame la fermière est partie le consoler à l’hôpital d’où la présence de la voisine ! Carisbrook est une station moyenne de 200 km² et possédait 800 têtes de bétail et 2000 moutons (pour la laine). Entre 2000 et 2008, la sécheresse a ruiné les stations. Les fermiers n’ont pu payer leurs dettes auprès des banques, certains sont partis avec une petite valise, d’autres se sont suicidés, d’autres ont tenté une reconversion comme notre hôte. Il reçoit des visiteurs comme nous ou des scolaires, les promène sur ce qui fut ses pâturages. Sur les 800 têtes de bétail qui paissaient sur ses terres seuls 31 lui restent, sur les 2000 moutons il ne demeure que 33 mérinos ! Quel gâchis. Il ne possède pas assez d’argent pour racheter les bœufs et moutons alors que les dernières pluies ont reverdi les lieux.

Hiata de Tahiti

Catégories : Australie, Voyages | Étiquettes : , , , , ,

Lucky Luke contre Pinkerton

Morris était drôle, Morris et Goscinny très drôles, ce pourquoi nous sommes un peu déçu par le duo Pennac & Benacquista. Leur scénario se traîne durant un bon tiers, il dévalue Luc la Chance et fait des Dalton des scies répétitives dans la bêtise. L’album trouve son rythme de croisière vers le milieu et la mayonnaise finit par prendre. Il y a de l’action, de la virtuosité et de la morale, comme dans le vrai.

Mais, ne vous y trompez pas, vous avez affaire à un ersatz, un faux Lucky Luke comme il y a dans cet album un faux billet de deux dollars.

Les adultes retrouveront une nostalgie téléphonée, mais les enfants qui le découvriront ne goûteront pas tout le sel des gags déjà lus. Reste l’histoire, assez banale, d’un détective ambitieux qui a voulu industrialiser la profession de redresseur de torts. Le fichage généralisé est une manie post-11 Septembre destinée aux citoyens, le ‘tous coupables’ quelque chose qui passe par-dessus de la tête des bambins.

Sur le dessin, rien à dire, il a repris les tics de Morris et Lucky n’est jamais maladroit comme les successeurs de Jacques Martin peuvent l’être lamentablement. Seul le brin d’herbe systématique fait tache, qui remplace la clope politiquement incorrecte. Mais trop c’est trop. Les auteurs médiatiques se sont donné du plaisir ; ils n’ont pas prolongé Lucky Luke, ils se sont plutôt frottés avec. Le vintage des oldies but goodies est un métier…

Mais on peut y prendre plaisir quand même.

Lucky Luke contre Pinkerton, dessin Achdé, scénario Daniel Pennac et Tonino Benacquista, d’après Morris, éd. Lucky Comics, 2010, 46 pages, €9.45

Catégories : Bande dessinée | Étiquettes : , , , , , , , ,